Le RDV Tech #118 – Silk Road : Un bêta pour une beta

Le RDV Tech 118 - Un bêta pour une beta

Au programme :

[Les infos à retenir]

  •  Silk Road, le marché de la drogue sur le net
  • La triche chez les fabricants de téléphone
  • Affaires gouvernementales, le retour

Et le reste…

Liens de l’épisode :

Plus d’infos sur l’épisode :

Vous pouvez télécharger le fichier MP3, et vous abonner par iTunes ou en RSS.

Commentaires

  1. Salut Patrick, un bon épisode! Mais il une erreur, c’est plutôt la gendarmerie qui finit sa transition vers l’ open source.

  2. Dommage qu’il n’y ai jamais de liens de sources sur les sujet qui sont aborde sur LRDV.
    Du coup j’ajoute un lien pour le sujet Silkroad: http://www.reddit.com/r/SilkRoad/comments/1nl7p9/sr_shutdown_fallout_discussion/ccjlwgp

    Perso, je suis desormais passe sur Atlantis depuis le mois de mars dernier

    • Tu tombes mal, sur cet épisode on a les liens des sujets principaux. 🙂
      En général on essaye de mettre ceux auxquels ont fait référence spécifiquement dans l’épisode en disant « allez voir ça, c’est intéressant ». Mais c’est vrai que j’aimerai en mettre plus ; c’est juste un peu pénible et chronophage… Quand j’aurai plus de temps, je le ferai peut-être !

  3. Salut à tous,

    je voulais juste réagir au sujet de la saisie et la vente des Bitcoins. Cette monnaie virtuelle n’est peut être pas reconnue par les Etats-Unis comme une monnaie officielle comme le Yen ou l’Euro mais il s’agit d’un bien. Et ce bien peut être vendu par les autorités judiciaires tout comme tout autre bien saisi (voiture, maison…).

    Ensuite, au sujet de la remarque de Jérôme au sujet de la drogue ou des contrefaçons. Ces biens sont considérés en droit comme des biens hors du commerce, c’est à dire qu’ils ne peuvent faire l’objet de convention. C’est pour cela qu’il est impossible à chaque Etat de vendre de la cocaïne ou des faux sacs Louis Vuitton.

    Sinon l’épisode est sympa comme d’habitude.

    • C’est ce que je pensais avoir dit (et que j’ai dit dans l’épisode de TWiT). On est sur la même longueur d’onde ! 🙂

      • C’est bien ce que tu as dit. C’est juste qu’un juriste comme tu le sais aime la précision des termes. On est un peu borné… 🙂

    • Si on veux titiller, on ne possède pas les bitcoins, on a seulement des informations dans la blockchain. Même si le bitcoin n’est pas reconnu en tant que monnaie-fiat, pour que l’Etat se les approprie sans se mettre hors-la-loi et puisse les revendre il faudrais déja qu’il définisse le concept dans la loi pour pouvoir considérer les bitcoins comme une propriété.

      • Si je dis que moi aussi je veux titiller et que je pense qu’en disant « titiller » tu voulais dire « pinailler », tu m’en veux ? 🙂
        Mais oui, disons que techniquement tu n’as pas tort, mais on est vraiment dans le coupage de cheveux en douze là… Si des gens sont prêts à « payer » pour ce qu’a « saisi » le gouvernement et que le gouvernement est prêt à le « vendre », le débat reste le même je pense.

      • Tu as raison et la transaction aura lieu sans encombre, mais dans une société où nous n’avons pas le droit de faire un pet de travers sans avoir à se justifier, c’est jouissif de repérer des ambiguïtés de ce genre.

        ps : j’admets, pinailler est le juste mot 🙂

  4. Je m’étonne d’entendre parler une fois de plus de la complexité de brancher un câble micro USB. C’est pourtant à la portée d’un enfant. Lorsqu’on saisit la prise, il suffit simplement de sentir les picots sous son doigt pour avoir le bon sens. Si on ne les sent pas, il suffit simplement de retourner la prise entre ses doigts ce qui prend, en comptant très large, une seconde. Cette opération est même réalisable les yeux fermés ou dans le noir. Fastoche, non ?

    • C’est aussi mon avis depuis que j’ utilise le Lumia 920. Je pense que la qualité de la connectique compte beaucoup surtout la partie femelle.
      J’ai adopté ce micro USB depuis. J’avoue après avoir vu le connectique lightning, c’est micro USB en mieux. Peut-être une nouvelle norme pour 2020. J’ai appris que le câble du lightning se tord et casse , est ce vrai?

  5. Oh mon dieu j’ai ris au NATIONAL a 1h18 ^^
    L’adc vaincra =P

    Sinon bel épisode comme d’habitude

  6. Très bon épisode, c’est toujours un plaisir de vous écouter 
    Je voudrais juste revenir sur Amazon la fin de la gratuité des frais de port (ou des 5 %).
    Comme Jérome, et Adam Smith, je pense que l’Etat n’a rien à faire là.
    Pour défendre les libraires on va chercher des poux dans la tête d’Amazon mais Amazon n’a pas besoin d’être moins cher pour séduire ses clients.
    La tendance ne s’inversera pas alors que le coût des livres pour les lecteurs va augmenter et donc moins de livres vendus ..
    D’autres part augmenter le coût du papier renforce l’attractivité des livres électroniques … que les libraires ne vendent que très peu … encore une fois Amazon est plutôt gagnant.
    Bref je ne comprends pas bien à quoi doit servir cette loi mais si c’est pour défendre les libraires c’est plutôt maladroit…

  7. Toujours plaisant à écouter.

    Petite remarque pour Jerôme, nul besoin d’engager un espion pour voler ton emprunte, si on te vole ton iphone, l’écran en est remplit… c’est bien la tout le problème, c’est comme ça que les hackers ont réussi à la récupérer.

  8. Encore un magnifique Podcast.

    Merci beaucoup, Patrick, et merci à tes invités (particulièrement Jérôme ! ).

  9. Encore un excellent Episode du « LRDV » (comme il fallait l’appeler au tout début!).

    Je viendrais juste faire mon chiant, apporter mon avis qui sera ou pas partagé mais tant pis.
    On entend plein de critique sur la télé Française, et ses nombreux défauts. Faut il le rappeler que Nowatch, le nom venait un peu (beaucoup) de là.
    Un des reproches qu’on peut faire au PAF, c’est qu’il ne se renouvelle pas. Reichman par ci, De Caunes par là, et encore et toujours les même visages et noms sur les nouveaux concepts, les nouvelles émission, voir les revivals d’anciennes.
    Bien, il est clair que le sang neuf dans le podcast est hautement plus difficile à trouver qu’un clampin avec une belle gueule qui voudra bien lire un prompteur. Mais il y a des moments, je trouve ça triste de presque forcer cet aspect. Aujourd’hui c’est M. Keinborg qui fut ma « goutte » et me pousse à écrire ce commentaire, à donner mon ressenti.
    Qu’on se comprenne bien, je n’ai aucune animosité envers Jérôme, c’est certainement quelqu’un de très sympathique, et votre amitié évidente n’est certainement pas sorti de nul part.
    Maintenant, était-ce vraiment nécessaire de le voir apparaître, ENCORE, dans une émission Made in Patrick? Au delà du fait que ça vous fait certainement très plaisir de partager ce moment de fierté avec lui. Mais soyons honnête, Son avis sur l’actu Tech est-il vraiment intéressant? Sur cet épisode je n’ai même pas pu compter le nombre d’intervention franchement à coté de la plaque, voir même simplement autre chose que « la petite blague » de son humour particulier. Entre presque théorie du complot de série américaine, et jeu de mot qui ne feraient pas 2 RT sur Twitter, j’ai du fouiller pour trouver une intervention qui aura éveillé mon intérêt.
    La dernière émission était un duo Patrick-Jeff, extrêmement intéressant comme toujours, mais cet épisode à 2 têtes ne présentait pas de vide particulier. Guillaume était tout aussi intéressant à écouter, et son avis était digne d’attention.
    L’épisode aurait-il était  » de meilleur qualité  » à seulement vous deux? JE le pense.

    Encore une fois, ce n’est pas une croisade anti Jérôme, loin de là, j’aime beaucoup sa participation dans AppLoad que j’écoute depuis son premier épisode ou il était déjà là, et j’ai découvert beaucoup d’appli grâce à lui, merci pour ça.
    Mais des fois, malgré la fin de Nowatch ça tend vers la consanguinité dérangeante, de même niveau qu’à la télé.
    2 des derniers invités de Will&Co la saison dernière? Patrick et Jérome. Premier invités de Positron ( podcast GENIALISSIME au passage!!) ? Jérome et William? Dernier LRDV, un Jérome franchement touriste, vous voyez l’idée?
    Et pourtant il y en a eu des invités variés dans cette émission, et quand on voit qui descend dans la cave du Captain (Michael Gregorio, Alex Nassar .. CORBIER!?), bon ok c’est un podcast clairement plus « généraliste », beaucoup moins pointu (surtout sur l’actu tech !!) donc n’importe qui peut y aller avec une bouteille de Jack et ça passe. Mais l’idée c’est que je suis sûr qu’on pourrait avoir autre chose que certain « touriste » parfois. En fait c’est l’aspect copinage qui est presque gênant.
    C’est peut être moi qui attend quelque chose de beaucoup plus sérieux que ça ne l’est.

    Mais encore une fois, j’adore vraiment cette émission. En fait j’aime beaucoup tout le travail de Patrick, étant un ancien d’Azeroth.fr , j’ai suivi son activité depuis, étant de la toute première heure un auditeur passionné sur LRDV, je peux même affirmer qu’à un certain degré cette émission m’a changé la vie. Je n’étais pas si intéressé par l’actu Tech auparavant, j’ai découvert l’iPhone et Twitter les premiers mois de l’émission grâce à elle (bon ok, Patrick tu as donc RUINÉ ma vie !!!!§§§), et je suis maintenant totalement plongé dans ce monde. Et je porte un très grand respect à l’avis REFLECHI, mûri et toujours pertinent de Patrick sur les sujet -très- sérieux. Je n’écris pas ce pavé comme une diatribe bien au contraire. Et si fallait que ce genre de choix se voit répété à l’avenir ça ne changerait pas mes habitudes. Mais je tenais à faire partager mon émotion, voilà.

    • Je suis d’accord avec toi sur le fait de la « consanguinité » des podcasts, mais je dois dire que je ne le vois pas vraiment comme un soucis, au contraire : une des origines de NoWatch était la volonté d’avoir un environnement saint et collégial dans le podcast français, où les podcasteurs se connaîtraient et pourraient interagir et aller dans les émissions des uns et des autres, comme c’est le cas chez les anglophones. Ma terreur était de voir se développer une ambiance comparable à celles des blogs, ou beaucoup sont isolés et se tirent même dans les pattes, avec une concurrence qui fini par pourrir un peu l’ambiance et la collaboration. J’avais initié il y a bien longtemps des rencontres entre podcasteurs, et comme je le disais ça a été à mon avis l’un des points de départ de NoWatch. De ce point de vue, je pense que nous avons réussi (ou du moins contribué à la réussite) : le monde du podcast français / francophone est collégial et presque collaboratif, et les gens se connaissent et dans l’ensemble s’apprécient. Et je t’assure que ça n’était pas gagné.

      Pour ce qui est de « sortir » de cette consanguinité, il y a plusieurs éléments :
      – D’une part les podcasts n’ont pas vraiment la notoriété qu’on aurait pu espérer, et nous sommes des acteurs relativement modestes de ce PAF. Ca n’aide pas à l’intégration de personnes plus « connues ».
      – D’autre part, je ne suis pas sûr que le fait d’aller chasser sur les terres de la télé ou de la radio soit particulièrement positif. Beaucoup de gens tombent dans le « piège de la célébrité » et ont des étoiles dans les yeux quand quelqu’un de « connu » s’intéresse à eux. Je ne parle pas de l’ADC, qui a une trajectoire très particulière et où, comme tu le dis, le contexte se prêtent parfaitement au fait de recevoir des invités de ce type. Par contre, il m’est arrivé de refuser des interviews ou des participations qui pour moi ne rentraient pas dans le cadre de ce que j’essaye de faire. Le problème est que le résultat aurait à mon sens dévié de l’ambiance et de la « mission » du rendez-vous Tech : je reste concentré sur une résumé divertissant de l’actu tech, accessible et commenté. Je ne veux pas faire une émission spectacle ou ça ferait bien d’avoir telle ou telle personnalité pour le principe.
      – Enfin, le monde du journalisme tech en France manque cruellement de spécialistes. Il y a beaucoup de membres de cette communauté qui sont journalistes avant tout, et auxquels on a « attribué la rubrique tech » et qui s’y intéressent pour cette raison. Aux US, la tech est un vrai sujet de société plutôt qu’une simple curiosité, et il y a donc un « vivier » beaucoup plus actif. Ici, je crains hélas que le contexte s’y prête moins.

      Enfin, pour ce qui est de la question de Jérôme spécifiquement… Hélas, les goûts et les couleurs sont dans la nature ! 🙂 J’ai souvent des commentaires critiques sur la participation de Jeff par exemple, que certains trouvent trop orienté. Moi je pense que sa situation et son éclairage sont précieux : VC, au coeur de la Silicon Valley, il apporte un vrai plus à l’émission. Toi tu n’adores pas les participations de Jérôme ; il est certes moins spécialiste, mais il apporte aussi sa vision de la tech, avec laquelle je ne suis certes pas toujours d’accord, mais qu’il est pour moi intéressant d’injecter dans nos discussions aussi.
      Bien sûr si nous n’avions pas la relation que nous avons il viendrait peut-être moins, mais on pourrait dire ça pour beaucoup d’émissions et d’invités… Il faut aussi prendre en compte le fait que l’émission doit rester agréable à écouter et amusante : l’information en est un pilier, le fait que l’auditeur ne s’emmerde pas en est un autre, et ils sont tous les deux très importants. Jérôme a pour moi un bon mix entre ces deux éléments, et c’est aussi pour ça que je l’invite à nous rejoindre de temps en temps. A l’autre bout du spectre, il y a beaucoup de gens très spécialisés ou dont la vision est très précise, mais qui ne font simplement pas de très bons animateurs de podcasts… C’est un travail assez particulier, et tout le monde n’a pas forcément l’expérience et l’inclination naturelle pour l’accomplir.

      Bref, je réponds à ton pavé par un autre pavé… J’espère que ces explications te conviendront, et je conclue en disant que ça me fait toujours très plaisir d’avoir des retours aussi réfléchis et construits. C’est aussi un des éléments essentiels de cette petite aventure : une communauté mature et consciencieuse avec laquelle on peut interagir sereinement. Et ça aussi je pense que c’est une conséquence de la direction que l’on prend et des choix que l’on fait pour nos émissions. Vu la qualité de la communauté du RDV Tech, je me dis que les miens ont été plutôt bons… (hop, petit envoi de fleurs au passage. :))

      PS : Et merci pour les compliments pour Positron ; cette émission était un peu une gageure et je n’étais pas du tout sûr du résultat que nous obtiendrions… Je suis très heureux de constater que le produit final plait !

      • Je me permet de répondre rapidement, sans vraiment chercher a te faire changer d’avis, les goûts et les couleurs, ça se discute pas.

        C’est plus sur la pertinence de mes avis tech que j’aimerais réagir. Je ne suis ni un technicien, ni un puriste du tech, et a vrai dire je ronfle rapidement dans les émissions trop technique. La Tech me passionne, mais il est vrai que j’ai tendance à construire des points de vue et des synthèses différentes. Cela me vient probablement de backgrounds divers : marketing, boursier, créatif et une passion pour l’Histoire. Je ne pense pas que cela fasse de moi quelqu’un de « moins spécialiste » mais je te laisse à ton jugement.

        Alors, je te l’accorde, je fourche parfois sur des points précis (et Patrick ne me rate jamais ;)) mais sans orgueil mal placé, certaines de mes analyses et points de vue sur le monde Tech à travers les différentes émissions que j’ai présentées, se sont avérés plutôt pertinente aux vue des infos.

        Alors sur mon style « décontracté », la on rentre dans du purement subjectif et on reviens sur goûts & couleurs

        Pour la consanguinité, tu y va aussi un peu fort, je crois que mes participations au Rendez-vous tech se comptent sur les doigts d’une main (limite 2) sur ces 4 dernières années 😉

  10. Pour la loi à propos du crowdfunding et de la restriction à 360 000€ et 250€ par personne, je crois beaucoup de monde l’ont mal lu et mal compris.

    En fait, cette loi ne concerne que les prêts entre particuliers (comme sur Prêt d’Union) et non des dons (comme sur Ulule ou Kickstarter). En effet, il s’agit en fait de prêts d’argents et donc devant être remboursé par l’emprunteur après un certain délai, avec des intérêts et tout ce que ça peut générer, comme on pourrait en faire à la banque, en fait.

    Contrairement aux sites comme Ulule et Kickstarter sur lesquels on fait des dons sans avoir de retour « monétaire » donc sans les intérêts qu’on peut avoir lors de prêts.

    C’est différent, les projets ne sont en général pas de la même envergure et pas du même genre. On trouvera sur les site du type Prêt d’Union des projets personnels, tels qu’achat de mobilier pour son chez soi, ou emprunt d’argent pour nourrir sa famille en temps difficiles.

    Voilà pour ce point.

    Et c’est quoi cette histoire de « quatre caméras sur la façade pour voir les yeux de l’utilisateur et créer un effet 3D de l’image » ? Je suis un peu beaucoup, extrêmement perplexe. Ça me parait juste invraisemblable.

    Sinon, super émission. Ca me permet de rattraper mon retard tech ou de mieux comprendre les événements qui se passent dans ce petit monde.

    • Sur la partie Crowdfunding, je suis 100% d’accord avec Patrick et pas d’accord avec Jérôme.

      Arrêtez de prendre les gens pour des assistés ! Laissez les se planter ! LE principe du rêve Américain c’est que n’importe qui peut démarrer une idée, un business et faire fortune ou se planter.

      Philosophiquement, en mettant des limites et bornes en France cela envoie un message fort: « Vous ne ferez jamais un grands succès ». Et ce discours « petits bras » m’énerve…

      • Bravo JP je partage complètement ton avis sur le crowdfunding et rien à ajouter !

      • Ce que je dit aussi, au dela du discours « protection », c’est aussi qu’a partir d’un certain investissement il peut-être intéressant de « basculer » sur un système d’actionnariat classique. Aujourd’hui, en cas de grand succès, comme tu dit, ceux qui « misent » sur un projet ne bénéficie pas vraiment de cette réussite.

        Je suis un fervent libéral (pour certaines choses ;)) et je pense aussi qu’il ne faut pas empêcher la prise de risque qui est le nerf de l’esprit d’entreprise, mais la prise de risque doit aussi s’accompagner de récompenses en cas de réussite, et cette récompense doit être proportionnelle au risque (no pain no gain ;))

        Et c’est vrai que des mesures de « protection des gogos » peuvent bloquer ces processus, mais faut rester vigilant, je pense qu’on est à quelques mois/années du premier « scandale » d’une escroquerie crowdfundé.. j’espère me tromper

      • L’esprit de crowdfunding c’est d’abord d’aider des projets de façon plus ou moins désintéressés. Les gens derrière les projets ne cherchent pas d’actionnariat ou la perte de contrôle de leurs idées. C’est ça qui est nouveau et qui fait peur aux banques et boursicoteurs qui sont sur un modèle différent. On est absolument pas dans le modèle des business angels, des investisseurs, etc…

        On récompense et on soutient les bonnes idées, on les aide pour voir aboutir les plus intéressantes et les plus structurées et les contreparties sont presque anecdotiques.

        Ça se rapproche de la bonne action étandu au business.

        Quand j’ai financé sur ulule un refuge pour homosexuels à Toulouse ce n’est pas pour attendre un retour sur investissement mais pour soutenir une idée, un projet…

        Le système que tu décris Jérôme, existe déjà et est encadré pour limiter les dégâts.

      • Arf j’ai fait des fautes plus grosses que moi :p

  11. J’ai oublié le lien de ma source à propos du crowdfunding.

    Aussi, c’est un moyen de ne pas trop concurrencer les banques dans le domaine du prêt aux particuliers, je pense.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0203035976529-l-etat-encadre-strictement-la-finance-participative-611773.php

    • Je ne suis pas sûr que ces remarques viennent contredire ce que nous avons dit… Ca serait même le contraire. L’aspect « prêt » de la chose vient même compliquer toute l’affaire ; le principe du financement participatif comme on l’envisage aujourd’hui avec Kickstarter ou Indiegogo vise à proposer aux « futurs clients » la possibilité de participer au développement d’un projet ou d’acheter le produit à l’étape de la conception plutôt qu’à celle de la mise en vente… Si l’idée se transforme en France en participation à l’investissement, avec contrainte qu’elle ne puisse exister que comme telle (donc avec remboursement obligatoire), les choses se corsent considérablement.

      Pouvoir permettre l’investissement est sans aucun doute une bonne chose, et je suis certain que Kickstarter aimerait pouvoir le proposer aussi. Cela implique effectivement une réflexion sérieuse, en particulier sur le rôle des banques dans cet écosystème, mais je pense que c’est une discussion à avoir en marge du système de « soutient aux projets » ou d' »achat sur projet » que nous connaissons aujourd’hui. La dynamique est autre, et l’effet sur la faisabilité des projets est différente.

      Je reprends une citation de l’article:
      « Au vu de nos pratiques, le seuil global est tout à fait acceptable. La quasi-totalité des prêts à la consommation en France ne dépasse pas 75.000 euros. »
      Cette analogie me parait inepte : si un projet « crowdfundé » considère sa moyenne de financement comme celle d’un prêt à la consommation, on n’a rien compris. L’idée de ce système est de permettre à des projets de plus en plus ambitieux de se soumettre au « vote du peuple » et de voir le jour s’ils reçoivent un soutient conséquent. Pourquoi ne pas imaginer que le prochain Square ou le prochain Dropbox voie le jour (en France) grâce à ce système ? Ce n’est pas avec des ambitions à hauteur de 75.000 euros (ou même 300.000 euros) qu’on y arrivera. Pourquoi limiter les ambitions des innovateurs ? C’est un problème récurrent dont on ne semble pas pouvoir se sortir.

      Je suis par contre d’accord avec la suite :
      « En revanche, celui de 250 euros par personne est restrictif. Il faudrait certainement le doubler ou le porter à 1.000 »
      A 1000 euros par personne on commence à arriver à des sommes raisonnables. J’aimerais voir cette limite aller encore plus haut, mais force est d’avouer que ce ne sont généralement pas les récompenses à 10.000 euros qui financent les projets, mais plutôt les multitudes de participations moindres.

      Quoi qu’il en soit, il reste à mon sens deux problèmes dans ce projet :
      – D’une part l’aspect investissement (et remboursement) qui sont obligatoires. Je pense que ces contraintes compliquent la vie des projets et limitent les opportunités. L’offrir comme possibilité, je suis tout à fait pour. Mais l’imposer, c’est vouloir trop tenir la main à des gens qui sont des adultes et qui sont libres de choisir ce qu’ils font de leur argent.
      – D’autre part les limites dans les sommes, qui mettent dès le départ des barrières à l’évolution et aux possibilités du système. Pourquoi se fermer des portes dès le départ ? Pourquoi voir petit ? La protection des participants ? Hélas, pour réussir il faut aussi savoir prendre des risques, et en l’occurrence les risques sont très limités : soutenez un projet qui ne voit pas le jour, vous aurez perdu 10, 100 ou 1000 euros si vous y croyiez vraiment. On n’est pas en train de parler de quelqu’un qui a vendu sa maison. Idem pour la limite totale du projet : les *vrais* innovations coûteront plus à lancer que quelques centaines de milliers d’euros, surtout dans les projets de produits physiques que les plateformes comme Kickstarter ont ravivé ces derniers temps.

      Bref, le projet reste encore en discussion et il va certainement évoluer. Quoi qu’il en soit, il est bon de voir que le gouvernement s’y intéresse et veuille faire bouger les choses dans le domaine…

      • Patrick, pour ton premier point gênant, je ne vois pas où c’est gênant, Le crowdfunding à la Ulule est légal et le restera (et lui n’est pas limité). Il y a un article de Tom’s guide qui fait le point là-dessus (écrit par l’ami Griffoooo), je ne sais pas si tu l’as lu.

        http://www.tomsguide.fr/actualite/gouvernement-crowd-funding,22796.html

      • Intéressant, je n’avais pas vu les choses tout à fait comme ça ; je pensais que le projet du gouvernement visait à donner un cadre légal aux services comme Ullule, qui devraient donc s’y conformer… Si les deux types de financements coexistent, le problème n’est plus du tout le même, c’est sûr. Je ne suis toujours pas sûr que les limites initiales soit pertinentes sur ce type de « microcrédit distribué », mais c’est une autre question.

        Merci pour l’éclairage, donc !

  12. Bonjour monsieur Ken Borg (si, si),

    Je suis très intéressé par votre projet de financement participatif d’un stylet iPad à 5 doigts. Je n’ai jamais vu de stylets avec des doigts et c’est vraiment un concept intéressants car les doigts sont très utiles (cochon va), en particulier pour tenir des stylos, taper au clavier, faire des doigts d’honneur et se curer le nez.
    J’aimerais donc participer à ce financement, un stylet capable de faire tout cela étant une idée magnifique qui a trouvé grâce à mes yeux.

    Je vous envoie mon numéro de CB par e-mail, ainsi qu’un billet de 100€ et une photo de mon chat (parce qu’il est joli mon chat).

    Merci beaucoup pour cette merveilleuse idée,

    Cordialement,
    Nicolas B.

  13. En commençant l’épisode on se croirait dans enquetes exclusives sur M6 😉
    Sympa l’ambiance de cette épisode 😉
    Thor c’est les fameuses séquences des films ou l’on dit « je n’arrive pas le localiser, il passe par des proxy du japon, londres… »
    Pour Samsung pris la main dans le sac, le truc bête c’est qu’ils ont été trop gourmand: ils fallait gagner 10% pas plus 😉

    Pour le parallax, personne n’a vomi à l’arrivée de la nintendo 3DS 😉

    @jerome que ce soit budgétaire ou pour ne plus être aliéné à une société américaine, l’important c’est 1:
    – ça prouve une nouvelle fois que GNU/linux n’est pas réservé aux barbus
    – qu’il y a des vrais économies à faire en passant à des solutions libres (même en payant du support/formation)
    – si il manque des fonctionnalités, on peut les développer, même la gendarmerie l’a fait: http://www.zdnet.fr/actualites/thunderbird-3-une-partie-du-code-developpee-par-la-gendarmerie-nationale-39711458.htm
    La gendarmerie économisait 2 millions en 2009 et « 50 millions d’euros pour une opération similaire avec Word 2007 » rien qu’en abandonnant Microsoft Office http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/la-gendarmerie-economise-des-millions-gace-au-logiciel-libre_176814.html
    Pour rappel Munich économisait 11 millions l’année dernière : http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-munich-economise-11-millions-d-euros-en-passant-a-linux-51432.html

    Par contre attention au « moins cher par ce qu’il est gratuit »: pour faire une bonne migration il ne faut pas compter à 0 euros, il faut penser dans son budget à payer des formations et du support.
    Ca reste beaucoup moins cher, mais il faut bien le prendre en compte pour ne pas avoir de mauvaise surprise et bien penser que les chiffres ci-dessus prennent en compte ce budget déporté 😉

    Il y a eu énormément de réactions sur cette news mais l’important c’est l’interopérabilité: savoir que le format utilisé le sera à terme, qu’on est pas dépendant d’un logiciel propriétaire.
    Rappelez-vous l’abandon de Microsoft Money, les utilisateurs sont resté sur le cul: logiciel fermé mais surtout format de fichier fermé 🙁 Heureusement certains, dans la communauté libre on fait des efforts de rétro engineering mais ça reste une solution bancale 🙁

    Pour le « monopole » de Google, attention: on est pas ici comme pour Microsoft où le client lambda n’a pas le choix de l’OS sur son ordinateur (la vente liée est interdit par la loi, mais n’est pas respectée), on est dans le cas, où malgré une offre assez riche de moteurs de recherche bing, duck duck go… le « client » choisi de faire ses recherches sur Google 😉
    C’est come si on attaquait amazon/fnac: tout le monde choisi où il achète ses DVDs/livres… 😉

    Pour rappel la définition du monopole:
    « Le monopole (du grec monos signifiant « un » et polein signifiant « vendre ») est, au sens strict, une situation dans laquelle un offreur se trouve détenir une position d’exclusivité sur un produit ou un service offert à une multitude d’acheteurs. » source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Monopole
    Google n’est pas le seul à proposer un moteur de recherche et les client ne sont pas contraint de l’utiliser (contrairement à la vente lié sur PC)

    Pour le chargeur universel, je suis d’accord avec vous : d’un coté je suis pour l’universalité, de l’autre (ma femme a un iPad mini) le lightning c’est vraiment sympa (pas de sens)
    Il faut juste les obliger à offrir l’adaptateur: un seul chargeur + un petit adaptateur pour l’iphone/ipad… 😉

    • Juste une réponse sur la question du monopole : tu définis le monopole au sens étymologique, que veut dire, en gros, « 100% du marché ». En termes économico-juridiques, quand on parle de monopole, on parle en fait de situation « quasi-monopolistique » (c’est le terme officiel), et le droit français interdit ces situation puisque la base de l’économie est basée sur la concurrence. Quand un acteur du marché est dans une situation de quasi-monopole sur son secteur (on peut arguer du fait qu’on y est déjà en Europe avec Google), la concurrence devient difficile, et par conséquence le consommateur y perd.
      Ton antipathie envers Microsoft t’égare : même eux n’avait pas une telle présence (100%). Chacun avait le droit d’aller vers MacOS (ou même Linux dans certains cas)… Peu le faisaient, mais le choix existait bien, et c’est aussi pour ça, murmure-t’on, que Bill Gates a aidé Apple au retour de Steve Jobs : il ne voulait pas voir disparaître son seul concurrent, et se retrouver de facto en situation de réel monopole.

      D’ailleurs Microsoft n’a jamais été vraiment condamné pour la question de la supposée vente liée avec les PCs, que je sache : les sanctions sont tombées pour les logiciels (IE et Media Player), mais c’était bien différent.

      Bref, je veux en venir à la chose suivante : même si les utilisateurs ont le choix du produit à utiliser (PC/Mac, Google/Bing, Peugeot/Lada), les principes économiques libéraux sur lesquels sont fondés l’économie française disent qu’une part de marché de quasi-monopole n’est pas saine pour la concurrence (quelle qu’en soit la raison), et doit à priori être corrigée. Moi je suis plutôt d’accord : sans concurrence de fait, le consommateur est désavantagé parce que les leviers de baisse des prix et d’amélioration des produits ne s’activent pas. Maintenant tout la question est de savoir si Google est assez dominant pour mériter ces mesures, et ça je ne serais pas vraiment en mesure d’y répondre…

      • 1. ce n’est pas ma définition mais celle de wikipedia, je fais exprès de sourcer ce que je dis pour appuyer mes propos
        2. pour la vente lié c’est un fait et non une idée que je me fais: (MacOS n’est pas un « PC »: apple produit les deux OS et Matériel comme TomTom, l’iphone…)
        source: http://www.numerama.com/magazine/22238-la-justice-declare-la-vente-liee-deloyale-en-toutes-circonstances.html , http://www.pcinpact.com/news/82322-vente-liee-pc-et-os-benoit-hamon-enterre-promesses-dhollande.htm
        3. comme je le disais: le visiteur est à un clic de son choix: il ne lui coutera pas plus de chercher sur bing ou google, il choisi celui qu’il préfère: j’ai déjà essayé les 2 voir les 3 (j’ai déjà essayé duckduckgo, exaleed…)
        4. pour l’histoire de l’injection dans Apple de Microsoft: « À l’été 1997, Apple n’est plus très loin de la faillite, après six trimestres consécutifs de pertes, pour un total de 1,5 milliard de dollars476, malgré un plan social de 3 500 suppressions de postes en 1996477. Pour éviter une restructuration supplémentaire, trop pénalisante pour ses clients, le constructeur informatique obtient 150 millions de dollars de son vieux rival Microsoft, sous la forme d’une augmentation de capital, par la création d’actions sans droit de vote. En échange, Apple accepte de mettre fin aux poursuites judiciaires contre Microsoft, qu’il accusait de l’avoir copié. »
        source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_bourses_de_valeurs#1997:_la_miraculeuse_.22paix_boursi.C3.A8re.22_entre_Apple_et_Microsoft

        Je pense qu’au sujet de Microsoft peu de gens suivent l’actualité qui les concerne: j’ai déjà cité ici et là l’affaire fumeuse de l’open document, et pourrait faire un billet complet sur les mauvaises pratiques de Microsoft.

        Et pour information: je n’ai pas d’animosité envers la société dans son ensemble, j’ai juste au vu de nombreux points sourcés peu/pas de sympathie pour cette société.

        Donc avant de dire:
        « D’ailleurs Microsoft n’a jamais été vraiment condamné pour la question de la supposée vente liée avec les PCs, que je sache », faites des recherches: personne n’accuse Microsoft de vente lié, ce sont les constructeurs qui sont condamnés, quelques sources:
        http://www.pcinpact.com/news/68765-lenovo-vente-liee-pcd-pratiques.htm
        http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/05/26/vente-liee-d-ordinateurs-et-logiciels-hp-condamne-pour-pratique-deloyale_1527901_651865.html

        ps: pour ie, l’europe est obligé de faire payer des amendes car Microsoft même quand on lui demande officiellement de faire quelquechose trouve toujours le moyen de s’en défaire
        http://www.tomshardware.fr/articles/navigateur-Europe,1-45298.html

        Et pour revenir à Google et sa « position dominante » choisie par les utilisateurs (nous), pourquoi ne pas attaquer facebook et twitter ??

      • Je ne répondrais que sur le premier point, parce qu’il est 1h30 du mat et que je suis fatigué :

        > 1. ce n’est pas ma définition mais celle de wikipedia, je fais exprès de sourcer ce que je dis pour appuyer mes propos

        Je sais bien, j’ai vu. La page de Wikipedia à laquelle tu fais référence précise dans le paragraphe suivant ta citation (tu aurais du continuer à lire) :
        « Par extension (plutôt abusive) le terme de monopole est souvent utilisé pour décrire une situation proche de la définition précédente mais distincte : Le terme « monopole » est alors appliqué à une entreprise qui n’est pas à proprement parler en situation de monopole mais domine largement un marché où la concurrence existe encore, mais de manière marginale. »

        C’est exactement ce que je disais, et exactement la situation de Google. Et la situation de Google nuit à la concurrence ; le fait qu’elle soit un monopole « par choix » des utilisateurs n’y change pas grand chose selon l’EU, qui dit qu’il faut « proposer » des alternatives à tout prix pour que la concurrence reste saine. J’ai bien compris que tu n’es pas d’accord, mais ça ne change pas le fait que c’est ce qu’ils proposent.

        Quand à ta questions sur Facebook et Twitter, tu réponds toi-même à ta question : il y a Facebook ET Twitter pour se faire concurrence. Et Linked In, et Google+… Voir même Instagram ou Pinterest. Le marché des réseaux sociaux est beaucoup plus divers et concurrentiel que celui de la recherche web : même si tout le monde a un compte Facebook, les concurrents sont là et Facebook n’a pas le champs totalement libre (ils ont d’ailleurs très souvent réagi à des innovations de leurs concurrents, ce qui est l’un des buts précis de la concurrence).

        Ensuite pour les questions du monopole de Microsoft… Il est trop tard pour me relancer dans des explications interminables, mais encore une fois tu mélanges un peu tout : Microsoft a bien été condamné pour vente liée pour IE et Media Center (le carrousel de navigateurs et Windows N en sont les résultat ; si tu penses qu’ils n’existent pas ou que ça n’est pas une condamnation pour vente liée, je ne sais pas trop quoi te dire), mais moi je répondais à ce que tu disais sur la question de la concurrence, et qui ne s’applique pas. Je te cite :

        > Pour le « monopole » de Google, attention: on est pas ici comme pour Microsoft où le client lambda n’a pas le choix de l’OS sur son ordinateur (la vente liée est interdit par la loi, mais n’est pas respectée)

        Tu sembles laisser entendre que Google n’est pas un vrai monopole, alors que Microsoft oui. Et je suis désolé mais Microsoft n’a jamais eu de vrai monopole, puisque le Mac a toujours existé. Tu penses peut-être que le Mac n’est pas un PC, mais ça n’a pas de sens ; à l’époque ou la guerre était entre Amiga et Atari, ou quand on considère iOS et Android, les plateformes sont différentes mais elles se font pourtant bien concurrence.
        Le vrai problème qui te titille, je pense, c’est la question de Linux, qui à mon sens te fait perdre un peu le recul nécessaire à l’analyse…

        Et pour la question de l’injection de cash par Microsoft dans Apple, je ne comprends pas bien où tu veux en venir avec ta réponse : citer un article (ou 12) c’est bien, mais il faut que ça appuie une idée… Là tu ne fais que dire « Apple n’allait pas bien, MS a donné des sous », ce qui revient à répéter ce que j’ai dit plus haut quand j’ai aussi précisé « pour les garder à flot parce qu’ils deviendraient un monopole si Apple coulait ». Je n’ai pas bien compris ce que tu voulais dire.

        Bref, je crois que la conversation se perd dans les méandres de l’heure avancée et de la communication par clavier interposé ; perso je m’arrête là, bonne nuit camarade ! 🙂

  14. Encore de la lecture:
    « Hispalinux, une association espagnole, accuse Microsoft d’atteinte à la concurrence : le Secure Boot intégré à l’UEFI empêche d’installer le système d’exploitation de son choix sur les PC vendus dernièrement avec Windows 8 par défaut.  »
    http://www.linformaticien.com/actualites/id/28547/windows-8-hispalinux-accuse-microsoft-de-concurrence-deloyale.aspx

    Pour information livres sur Microsoft:
    http://www.generation-nt.com/hold-up-planetaire-face-cachee-de-microsoft-creative-commons-calmann-levy-actualite-16723.html

    Juste pour la parenthèse open document: pour rappel « Le 6 juin 2008, quatre membres de l’ISO, le Brésil, l’Inde, l’Afrique du Sud et le Venezuela, ont fait appel contre l’approbation des formats OOXML comme standards internationaux ISO/IEC
    Cette décision a entrainé le fait historique d’une remise en cause affichée de la confiance portée à l’organisme de normalisation ISO de la part de six pays (Brésil, Afrique du Sud, Venezuela, Équateur, Cuba et Paraguay) dans un communiqué conjoint où l’on peut lire notamment :
    « Il nous apparaît clairement maintenant que nous allons devoir, quoiqu’à contre-cœur, ré-évaluer notre appréciation de l’ISO/IEC, en particulier en ce qui concerne sa pertinence vis-à-vis des différentes structures d’interopérabilité de nos gouvernements nationaux29. » »

    source http://fr.wikipedia.org/wiki/OpenXML

  15. Bonjour,
    Premièrement merci de prendre le temps de répondre aux commentaires, je salue toujours cet effort qui donne une plus value au podcasting: cette proximité cette possibilité d’échanger/réagir à un épisode que n’a pas la TV 😉

    Pour le monopole, je cède, en effet je n’avais pas lu la définition jusqu’au bout: vous avez raison.

    note: pour moi Facebook et Twitter ne sont pas du tout en concurrence: on a jamais vu une émission tv afficher un « hashag facebook »
    Facebook est en concurrence avec Google+,linkedlin… mais pas twitter: ce ne sont pas les mêmes outils: on ne créer pas d’albums sur twitter, on ne s’ajoute pas à des groupes…
    Twitter, aujourd’hui n’a pas de concurrent, regardez les médias actuels ils utilisent TOUS le hashag twitter 🙁
    Il y a même des émissions spéciales autour des tweets car c’est de venu un vériable média temps réel

    Pour la vente lié c’est un fait, condamnation citées à l’appui, alors qu’il serait très simple de respecter la loi: simplement en proposant l’étiquette contenant le code d’activation de windows dans une enveloppe séparée au lieu de la coller sistématiquement sur l’ordinateur vendu 😉

    Pour la question de l’injection du cash, j’ai bien cité la raison: l’arrêt des poursuites en justice
    « En échange, Apple accepte de mettre fin aux poursuites judiciaires contre Microsoft, qu’il accusait de l’avoir copié »
    cf http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_bourses_de_valeurs#1997:_la_miraculeuse_.22paix_boursi.C3.A8re.22_entre_Apple_et_Microsoft

    Merci encore de répondre à vos auditeurs 😉

    • C’est toujours un plaisir de répondre aux arguments construits ! 🙂

      Pour Twitter/Facebook etc, certes ce ne sont pas exactement les mêmes fonctionnements, mais dans l’ensemble je pense qu’on peut raisonnablement dire qu’il y a plus d’un « réseau social » sur le marché. De la même manière que les PC Windows et les PC Mac n’étaient pas tout à fait identiques (certains logiciels fonctionnaient sur l’un mais pas sur l’autre), mais ils étaient tout de même un peu en concurrence. La chose est moins claire, je te l’accorde.

      Pour la « vente liée de Windows », cet argument du « code à part » n’est pas nouveau, mais il est vraiment difficile à mettre en place… Ce code dont tu parles, il existe déjà : c’est la version boite (ou numérique) de Windows. La raison pour laquelle Windows est moins cher quand il est vendu avec le PC, c’est que les constructeurs non seulement achètent en volume, mais qu’ils ne paient en plus à Microsoft que les versions vendues, ce qui fait encore baisser le prix d’achat pour eux (les constructeurs). En gros, il est très difficile d’évaluer objectivement le coût d’UNE licence de Windows pour l’achat avec une nouvelle machine. Bien sûr, ça arrange Microsoft, qui n’a aucune envie qu’on vienne changer les choses, mais ça n’empêche que c’est bien le cas (et qu’accessoirement ça fait baisser le prix de l’OS, ce qui profite au consommateur). Sincèrement, je pense que la raison pour laquelle Linux n’a pas décollé n’est pas entièrement imputable à MS ; les questions de facilité d’uilitsation sont aussi vraiment à prendre en compte, par exemple. D’ailleurs si on regarde les marchés où ce facteur n’a pas autant d’importance (serveurs), Microsoft s’est fait totalement décimer par le pingouin. Et à coté de ça, même pour l’informatique personnelle, la bataille est loin d’être terminée : et entre les OS mobiles qui prennent un importance croissante et les évolutions comme SteamOS, je pense que les armées de l’antartique n’ont pas dit leur dernier mot.
      Mais pour en revenir à la question de la vente liée, la seule solution vraiment possible à mettre en place serait l’interdiction de vendre un ordinateur avec un OS et basta. Mais non seulement ça serait totalement illogique (voir inepte), mais en plus au final le consommateur y perdrait, donc je pense que ça n’est pas souhaitable… Et accessoirement, même quand le choix de l’OS a existé (Dell avec Linux), l’essai n’a pas été concluant… L’équation est est vraiment moins simple qu’il n’y parait au premier abord hélas.

      Et enfin pour ce qui est de Microsoft investissant dans Apple, la chose a été réglée de manière privée, entre les deux acteurs de ce procès, qui était un procès civil : c’était Apple qui accusait Microsoft d’avoir copié ses brevets (deux entités privées qui cherchent un arbitrage pour régler un différent). On est dans un domaine totalement différent de ce dont nous parlions au départ, à savoir une procédure publique (ou une loi) visant à protéger le consommateur contre une (des) entité(s) privée(s). Ce n’est plus du tout la même chose… Il n’y a pas d’amende ou de condamnation, juste deux sociétés qui s’arrangent entre elles.

  16. Merci encore de répondre,
    Je rajouterais juste pour cette histoire de « code à part »
    « mais il est vraiment difficile à mettre en place… Ce code dont tu parles, il existe déjà : c’est la version boite (ou numérique) de Windows.  »
    Non: il existe une licence OEM (que l’on peut acheter également à Montgallet quand vous montez votre PC ou ailleurs)
    http://www.ldlc.com/fiche/PB00137226.html 106 euros contre 300 euros la version boite 🙂
    Note: vous pouvez depuis quelques mois sur ldlc acheter les ordinateurs portable avec/sans os
    http://www.ldlc.com/informatique/ordinateur-portable/pc-portable/c4265/+fb-C000000888+fv889-4949+fv394-5912.html il y a 100 euros de différence avec/sans windows 🙂 Donc non il n’y a rien de compliquer à respecter la loi et de faire ce que fait LDLC en magasin 😉

    Et pour Dell c’est un très mauvais exemple car ils ne l’ont jamais fait sur l’ensemble de la gamme, juste les netbooks ou des pc très bas de gamme 🙁
    Personnellement j’ai acheté mon dell, formaté et installer xubuntu et utilisé mon CD windows (fourni contrairement aux autres) en machine virtuelle (pour certains logiciels comme hubic)

  17. Et pour Dell, ça ne les empêche pas de récidiver pour ubuntu avec le xps spécial developpeur (même si je le trouve cher)
    http://www.dell.com/us/business/p/xps-13-linux/pd

  18. Chapodpaille dit:

    Chouette podcast, la partie sur silkroad était vraiment très intéressante.

    Pour ma part, les interventions de Jérôme ne m’ont pas dérangé, bien au contraire, de plus votre vision sur le problème du crowdfounding était intéressante et bien éloignée des premières réactions que j’avais pu lire sur le net, lesquelles étaient plutôt « épidermiques »

    Concernant le lightning, il me semblait que le soucis ne venait pas de la qualité de la connectique mais de la disposition européenne (qu’il allait dans le bon sens que soit pour les utilisateurs ou tout simplement sur un plan de rationalisation du marché et écologique), que Apple avait signé, mais qu’il n’a finalement pas suivie. Il ne faut pas s’étonner que l’europe s’y intéresse à présent.
    Au delà de la qualité du produit, que personne ne nie il me semble, c’est à mon sens plus une optique d’accroître leur éco-système et de vendre des licences aux fabricants de docks ou autres. C’est quand même rageant, sur le choix d’un dock connecté de se priver de l’usage de ses différents appareils, ou de passer par des adaptateurs divers parce que les marques ne se sont pas mis d’accord sur la connectique à utiliser. Et dans l’affaire, ce n’est certainement pas l’utilisateur qui y gagne.

    A bientôt

  19. Comme Guillaume et Jérôme l’ont dit, pourquoi avoir relevé cette triche de Samsung ?
    Tes collègues ont été très étonnés que tu en parles ? Tu t’es fais plaisir ?

  20. Sans trouver les connecteurs de chez Apple ou autres plus pratiques, je ne supporte pas les directives de l’E.U. ou de qui que ce soit !
    Si les constructeurs commencent à suivent toutes directives, on peut arrêter de faire des podcasts !

Exprimez vous!

*