Le RDV Tech 181 – Explosion de VR


Au programme :

  • VR : Playstation, et les autres.
  • Android N sort de nulle part.
  • Le Show Hello 2016.
  • Conférence Apple, on sait déjà tout.
  • Et plus encore…

Pour soutenir l’émission, rendez-vous sur http://patreon.com/RDVTech

Plus d’infos sur l’épisode :

Vous pouvez télécharger le fichier MP3, et vous abonner par iTunes ou en RSS.

Commentaires

  1. Salut,
    Très bonne émission comme toujours.

    Juste un petit bémol sur la partie VR, j’ai écouté pas mal de podcast traitant sur ce sujet et en fin de compte je trouve ça prématuré, pour la simple et bonne raison que personne n’a encore tester les versions commerciales des produits et que l’on sait très peu de choses sur le contenus VR.
    Donc entendre des intervenants dire  » La VR ça ne marche pas, j’y crois pas  » en se basant sur des prototypes ou pire le google cardboard, c’est comme dire  » Ce jeux ça ne marchera pas c’est hyper bugger  » en ayant tester une beta.
    De même que comparer la VR avec la 3D aux cinémas ou le motion Gaming n’a aujourd’hui aucun sens.

    Tous les acteurs du marché boss dessus on en apprend des nouveaux tous les jours et ça dépasse de loin le nombre d’acteurs présent pour la 3D ou le motion gaming, on peut imaginer que les décisionnaires de ces boites ne sont pas que des idiots et qu’il y a un vrai potentiel de succès pour s’y intéresser.

    Ensuite l’argument isolement social, on nous le sort a chaque fois, j’ai envie de dire c’est comme tous si ton copain, ton fils ou ta copine passe trop de temps avec un casque sur la tête, débrancher la prises ça marche aussi pour moi c’est un faux débat, oui il y aura des cas extrêmes mais on est la plus sur un problème psychologique, social ou d’éducation que vraiment lié à l’appareil.

    Bref laisser arrivé le produit et son contenue et juger à ce moment la de sa viabilité.
    PS : J’ai apprécié la position de Patrick globalement plus neutre, dans mon commentaire je vise l’ensemble des podcast, vidéo et émissions qui traitent la VR qui sont dans la plupart des cas trop basées sur des spéculations personnelles.

    • Salut,

      Je me permets de répondre parce que je trouve plusieurs de ces arguments discutables.

      Tout d’abord il y a déjà un casque disponible en version commerciale depuis plusieurs mois, le Gear VR de Samsung. Ce n’est peut être l’expérience la plus aboutie (avec néanmoins l’atout d’être entièrement sans fil) mais c’est une porte d’entrée raisonnable pour les millions de possesseurs de Galaxy S6/S7. Et pourtant je ne vois gère d’enthousiasme à son sujet.

      De plus, la résolution du PSVR commercial, par exemple, est identique au prototype Morpheus ou encore à l’Oculus DK2. Partant de là, je pense que quiconque a testé un de ces prototypes peut donner son avis sur la résolution du PSVR commercial. De même, d’autres points, comme le poids (610g pour le PSVR soit deux gros casques audio), le fait d’avoir une écran à 3cm des yeux, le fait que ça chauffe le visage, le fait que certaines expériences peuvent provoquer des nausées ou des migraines (Oculus classe les jeux selon le risque), le fait que ça isole du monde réel, qu’on soit attaché à des câbles qui peuvent s’emmêler etc peuvent être discutés en se basant sur des arguments fondés.

      J’ajoute que le motion gaming, partie intégrante de la VR, existe depuis un certains nombre d’années et peut être jugé sans spéculer. D’ailleurs, je n’ai pas l’impression que beaucoup de monde s’interroge sur le fait que l’on nous ressort des accessoires « casuals gamer » du type Wiimote et Kinect alors que les joueurs crachent dessus depuis longtemps et que tout le monde les avait enterrés. Pourtant les trois acteurs principaux du secteur (Nintendo, Microsoft et Sony) s’y étaient lancés. Ils devaient également penser qu’il y avait du potentiel… Ça montre encore qu’à l’heure actuelle les casques VR sont pensés pour une expérience de jeu « casual » (fatigue et manque de précision qu’entraînent ces contrôleurs) et non comme l’avenir du gaming.

      Débrancher la prises c’est facile à dire, en général c’est plus compliqué… Dans tous les cas, un casque VR, selon moi, ne peut être qu’un facteur d’isolement supplémentaire (je distingue le « virtuel » du « réel », les « amis » Facebook des « vrais » amis).

      Le produit sorti, certains rétorqueront qu’il faut laisser 6 mois, un an, deux ans pour voir arriver la « killer app ». Et puis de toute façon je ne vois pas quel problème pose le fait de spéculer, de s’interroger, de réfléchir.

  2. Bonjour Patrick,
    Je tiens a faire une précision sur la partie Hello et notamment sur Laura.Ce n est pas aussi louable que Patrick semble le dire. En effet il existe déja un réseau bien développé, mais des gros acteurs comme Orange ou Bouygues arrivent aujourd’hui pour faire leur place. C’est la loi du marché mais les pratiques sont un peu dénonçcables. Je met en copie un lien de l’ITW de Ludovic Le Moan,pdg de Sigfox.

    http://www.latribune.fr/technos-medias/si-les-operateurs-mobiles-tuent-sigfox-un-autre-arrivera-derriere-553919.html

  3. Bonjour et merci pour toutes tes excellentes émissions, Patrick ! C’est la première fois que je commente car dans cet épisode vous abordez à nouveau la question des pubs et AdBlock. A chaque fois que j’entends parler de ce sujet je trouve que le coeur du problème n’est pas abordé et cela me dérange. Voilà cvomment j’observe la situation : comme souvent évoqué, le problème est une baisse significative des revenus pub sur les sites web qui agite les personnes dépendantes de ce revenu, ce qui est compréhensible. Ils ont la tête dans le guidon, ne peuvent probablement pas agir très fort sur les annonceurs pour corriger le problème et tapent sur leur sphère d’influence : les utilisateurs et leurs adblock. Ce qui me dérange fort c’est le fait que cette réaction ne prend pas compte du coup de la racine du problème : les budgets pub ne sont pas illimités. Pour exemple, si tous les AdBlock étaient supprimés, le revenu pub n’augmenterait que le court temps qu’il faudrait aux annonceurs pour réagir et payer chaque vue moins cher. Les budgets pubs ne sont pas illimités. En résumé, les sites reposant sur un business model pub sont en crise car les budgets pub sont en baisse et dilués par la masse croissante de sites, et les sites réagissent de façon aveugle en agressant leur sphère d’influence : le lectorat. Il devient évident de comprendre qu’il ne peut y avoir aucune écoute mutuelle entre les deux parties en conflit puisque le vrai problème n’est pas exprimé, il est laissé en dehors de cette zone de conflit.
    Bref ma conclusion c’est que le web est jeune, qu’il grandit et que beaucoup de business model dits « gratuits » se cassent la gueule et que c’est normal parce que les budgets pub ne sont pas illimités. Les adblocks ont peu à voir la dedans, ils sont le symptôme de la réaction illusoire (mais humaine) de ceux qui voient leurs corubes de revenus baisser : faire plus, faire plus (au risque de perdre en qualité et de noyer le contenu dans de la pub dont le revenu, limité, baissera à coup sûr). Mais je félicite les médias qui prennent plus de recul et se penchent sur d’autres modèles : faire payer, faire de la qualité. En cela, Franchspin est un bel exemple de compréhension de l’écosystème et je m’en vais de ce pas participer au patreon.

    • On en parle de différente manière (en évoquant par exemple régulièrement la multiplication des contenus « faible qualité » pour avoir plus d’affichages de pub), mais oui tu as tout à fait raison, c’est une des causes du problème ! Et la suite de ton analyse est aussi très juste : le web est jeune, il évolue encore, et les business model des débuts ne sont pas forcément les plus sains, comme on est en train de le constater… C’est un élément qu’on occulte peut-être parfois un peu trop. A savoir par quoi il vont être remplacés, ce qui est la question à 1000 francs (ou plus 🙂 : si on le savait, le problème ne se poserait pas vraiment ! Du coup on continue à chercher.

      Et merci pour les compliments ! Je suis heureux que ce système te plaise. 🙂

  4. Pour la réalité augmentée, je ne suis pas d’accord avec votre bilan: elle s’est très bien démocratisé je trouve
    On la retrouve à plusieurs « endroits » dans notre quotidien, et sa R&D continue pour ajouter sa v2.0 encore plus 🙂

    Par exemple une page recensant des usages concrets
    http://publigeekaire.com/2009/06/10-applications-concretes-de-la-realite-augmentee/
    et
    http://lentreprise.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/marketing-vente/promotion-communication/realite-augmentee-15-exemples-d-applications-pratiques_1531939.html
    ou encore
    http://innersense.fr/2015/09/17/4-exemples-de-marques-qui-utilisent-la-realite-augmentee/

    Si je dois en mettre en avant pour confirmer ce succès:
    – Lunettes et autre accessoires (Atol, montres and co)
    – Choisir son paquet pour envoyer par la poste /ups..
    – trouver metro/chambre d’hotel, monuments.. à paris/lieu touristique
    – Checker l’achat d’un meuble par rapport à son logement
    – maquillage (Loreal)
    – marketing (pepsi, auchan,chocapic..)

    Une utilisation moins sexy mais efficace: les entrepots
    http://www.generixgroup.com/fr/communiques-presse/application-lunettes-connectees-entrepot/
    La vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=jWHmvHR3mmQ

    Pour la VR pro, un simple usage qui peut le faire décoler reelement: les meetings
    Chaque année on dépense dans le monde un budget collossal pour envoyer nos équipes physquement dans d’autre villes/pays pour participer à des réunions

    On a tous essayer les conférence téléphonique ET vidéo, mais il manque encore quelquechose, la VR pourrait permettre de faire de grosse économies de ce coté la.

  5. Quand j’entends pour un smarthone « 4,4 pouces c’est minuscule » je rappelle:
    1. que les utilisateurs d’iPhone trollait sur la taille immense des android avant l’arrivée d’iphone plus grand
    2. que le dernier iPhone de Cupertino, l’iPhone SE fait de nouveau 4 pouces 😉

    Tout le monde n’a pas besoin d’un très grand téléphone, le smartphone étant devenu la « norme » pour le grand public, on se retrouve avec une migration des anciens besoins de « dumb phone » sur les tactiles:
    Personnes qui veulent « juste téléphoner », voir consulter les photos de leurs enfants/petits enfants et de préférence une bonne autonomie
    Car pour rappel: plus l’écran est grand, plus il consomme, donc les 4 pouces ont encore de l’avenir 😉

    Et pour l’iPhone SE, on se retrouve avec la puissance du 6S dans un smarthone plus petit et moins cher (200 euros) 😉

  6. Salut Patrick, salut tout le monde !

    Je m’exprime rarement dans les commentaires mais je suis particulièrement dans le sujet de la pub sur web pour le cours d’économie des médias que je dispense à l’université. Je partage l’avis de Patrick sur l’Adblocking : je trouve ça nul mais il ne faut pas espérer que les gens arrêtent, donc le dire ce n’est pas trouver une solution. Marie-Amélie a justement évoqué le « native advertising », mais je ne partage pas son avis du tout sur la qualité des pubs en question. Je prépare même un article à ce sujet, pour démontrer à quel point le phénomène de « putaclic » s’est développé pour faire du contenu toujours plus racoleur qui grâce au native ad va générer un gros trafic et faire du volume avec de la pub pourrie, généralement par des phénomènes de fraude au détriment des annonceurs, ce qui est très bien mis en lumière dans cet article de Bloomberg: http://bloomberg.com/features/2015-click-fraud/

    Et je ne parle même pas des nombreux vrais/faux articles qui se présentent comme de l’information sur l’immobilier, le crédit, la bourse, la nutrition, et qui cachent très grossièrement des pubs pour des services souvent discutables, à la limite de l’arnaque parfois, et même franchement dans l’arnaque (vous savez, le fameux iPhone6 que les français achètent pour 1 euro !). Bref, les journaux se vautrent dans ce sombre marécage du publirédactionnel venu au secours des recettes pubs qui dégringolent, et l’avenir pour une info de qualité c’est d’expliquer pourquoi ce n’est pas gratuit de faire du contenu, et donc d’assumer de faire payer pour ça. On peut discuter des modalités, mais le native ad n’est qu’un petit ballon d’oxygène qui va vite se dégonfler, à moins que les internautes continuent à passer leur vie sur les top 10 des chatons mignons et des chirurgies esthétiques ratées des stars en déroute.

    Et pour la VR je suis enthousiaste alors que je ne suis pas du tout early adopter, mais en matière d’éducation et même de loisirs je vois plein d’applications possibles, et l’achat de mon Google cardboard m’a donné envie d’investir un jour dans un vrai casque, pour lequel je mettrais bien entre 200 et 400 euros environ. J’espère que l’offre de contenu suivra, mais j’ai presque envie de lancer mon entreprise de création de contenu, simplement je suppose que les budgets de création doivent être assez dissuasifs…

  7. Concernant les adblock, je dirais que le problème n’est pas uniquement que les utilisateurs ne veulent plus de publicité, c’est surtout la simplicité de mise en place des extensions d’adblock pour navigateur web qui engendre cette augmentation de popularité des adblock. Pourtant, ce n’est pas le seul moyen de bloquer la publicité, il est par exemple possible de simplement recourir au fichier HOST de l’OS (par exemple, AdZHosts, un simple fichier HOST à télécharger : https://sourceforge.net/projects/adzhosts/ ) mais c’est moins pratique et moins facile à mettre en place et donc pas à la portée de tout le monde.
    Le surplus de publicité sur le web, ce n’est pas un problème nouveau. Ca fait des années que le web est pollué de bannières de publicité animées et qui clignotent dans tous les sens. Je me souviens d’une époque où la majorité des bannières publicitaires du web présentaient une fausse fenêtre au style Windows XP qui clignotait dans tous les sens ou encore des publicités en Flash. Les adblock n’étaient pas très utilisés à cette époque-là et pourtant il y en avait autant besoin qu’aujourd’hui.
    Maintenant les adblock sont là et ils vont continuer à être utilisés, quoi qu’il arrive. Il va falloir faire avec.

    Techniquement, lorsqu’on visite une page Web, on la télécharge depuis le serveur sur sa machine pour la consulter. L’utilisateur a tout-à-fait le droit de choisir de ne pas télécharger l’entièreté de la page mais seulement ce qui l’intéresse. Les flux RSS proposent ça en quelque sorte.
    Est-ce que c’est bien ou pas, chacun a son opinion là-dessus. Est-ce que c’est légal ? Je ne vois pas pourquoi ça ne le serait pas. Il pourrait tout-à-fait se passer la même chose avec la radio ou la télé si quelqu’un invente un moyen simple de bloquer la publicité sur ces médias. Le problème vient du fait que les éditeurs de sites web n’avaient pas réalisé jusqu’ici que la publicité de leurs sites web était tout-à-fait dissociable du contenu de leurs articles et que donc ce n’est pas un moyen de financement totalement sûr. Ce qui est normal, tant qu’on n’est pas confronté aux problèmes, on n’en a en général pas conscience.

    Personnellement, j’utilise un adblock et j’essaye de mettre en liste blanche tous les sites et les blogs de news que je visite régulièrement. Mais forcément, pour tous les autres sites sur lesquels je vais moins régulièrement ou juste une fois, ils subissent un manque à gagner sans que ce soit mon but premier. Si la publicité sur ceux-ci n’est pas excessive, elle ne me dérangerait pas. C’est en quelque sorte des « dommages collatéraux »… Ce que je voudrais en fait, c’est un adblock qui propose des listes noires plutôt que de listes blanches (bloqueur désactivé par défaut sauf pour certains sites), ce qui permettrait de ne bloquer que les sites que je juge inutilisables sans adblock. Si vous en connaissez, je suis preneur.

  8. Pour aadBlock, bonne illustration de commitstrip
    http://www.commitstrip.com/fr/2016/03/23/the-latest-innovation-from-the-media?

  9. Pour addBlock, je l’ai déjà dit dans des commentaires: quand j’entends « ils n’ont qu’a s’adapter »
    Malheureusement: ils le font c’est bien le soucis:
    – premium
    – blocage de contenu quand addblock
    – content marketing (articles/tests sponsorisés…)
    merci pour le résultat 🙁 on va vers la fin de l’internet gratuit…

    Et pour rebondir sur « sans addblock la navigation est atroce », arretez d’aller sur des sites qui abusent de la pub 😉
    Personnellement, comme patrick je n’ai pas d’addblock, et je boycotte les sites où il y a trop de pub 😉
    Comment faites vous quand vous consulter 20 minutes/metro.. ? vous arracher systematiquement les pages de pub ?

    Par contre je vous trouve un peu radical concernant « l’efficacité de la pub », pour rappel les regies paient tres peu à l’affichage mais plus au double/triple clic.. voir affiliation
    Le nombre de sites ou je vois une pub amazon d’un produit que j’ai consulté: pour vous ça ne marche pas, pour moi, ça me rappelle que j’ai en tete d’acheter ça en ce moment, et je finis par l’acheter..

  10. Pour les robots je vous trouvent tous un peu tranché alors que si on développe un peu la question on se rend compte, qu’on a déjà des robots dans nos vie quotidienne, et ça avance
    Et idem, je ne suis pas d’accord pour dire que l’occident s’y oppose ou s’en méfie

    Voici à quoi je pense:
    – les drones qui ont une IA très développé pour permettre de suivre un élément/individu, eviter les obstacles
    – les fameuses voitures autonomne, l’ia automobile se démocratise et est encouragé, après il faut différencier l’IA qui aide (dépasseament de bande blanche, freinage anticipé sur l’arrivé d’un obstacle, parking self..)
    – le DAE, ce fameux bloc « autonome » qui permet d’emettre une charge pour eventuellement réanimer une personne: pour rappel, il décide SEUL si il faut envoyer une charge apres analyse

    et le marchine learning, qui reste le coeur: l’IA au sens large se démocratise et s’utilise de plus en plus:
    – businness (anticipation logistique, précalcul de charge de flux (humain, transports, marchandises)
    – analyse marketing en général (tendances, anticipation de prochains produits achetés…)
    – assistant personnel (siri, cortana and co)
    – le quantified self
    – le gps (le « path finding ») c’est une forme d’ia
    – l’IA dans les jeux: on est passé des fantomes dans pacman à des soldats évoluant en 3D dans des CAD et autres CStrike..

    Bref on voit sur ces simples exemples que l’on apprécie les « robots » sur certains sujets mais pas sur d’autres 😉

    Sinon pour rappel concernant l’avancée française malheureusement on avait une pépite Made In France mais la france l’a laissé se faire racheté : Aldebaran Robotics 🙁

Exprimez vous!

*