Le RDV Tech 219 – Tu entends les cigales ?

Au programme :

  • Samsung Galaxy Note 8, iPhone « 8 » et réalité augmentée.
  • Casque VR autonome Facebook et un Hololens encore plus autonome ?
  • La nouvelle tendance de la pub Facebook (la presse va pas aimer)
  • Bezos très riche, usines aux US, Uber assure ses chauffeurs, Bitcoin split, VPNs en Chine et en Russie…
  • Et bien plus encore !

Pour soutenir l’émission, rendez-vous sur http://patreon.com/RDVTech

Plus d’infos sur l’épisode :

Vous pouvez télécharger le fichier MP3, et vous abonner par iTunes ou en RSS.

Commentaires

  1. Bonjour.
    Le RDV Tech existait avant cette histoire de Patreon.Dire que ce podcast existe grâce au pig…. pardon aux patreons c’est de la désinformation.Pire on aurait pu espérer une évolution de ce podcast vu la plus grande disponibilité du sieur Beja (le mot est faible quand on quitte son travail…) or il n’en est rien.Même format (bin oui un format vidéo demande sûrement trop de boulot) et toujours les mêmes invités.Je précise que je suis Patrick depuis des années et que j’ai toujours été impressionné par la régularité de publication de ses podcasts mais bon il y a des fois il faut dire ce qu’on pense.
    Cordialement.

    • Avant tout, j’aimerais te demander de ne pas insulter les gens qui me font vivre, et qui financent cette émission que visiblement tu apprécies (puisque tu l’écoutes régulièrement). Traiter de pigeons ceux qui décident qu’un boulot mérite d’être rémunéré me parait terriblement hypocrite ; je suis sûr que tu as un travail, et je ne suis pas certains que tu serais heureux qu’on t’informe un jour que tu ne vas plus être payé pour (mais que tu peux arrêter si tu veux, t’es pas obligé de bosser si tu ne le sens pas). J’imagine que tu vas peut-être vouloir me répondre que je le fais par passion, donc je devrais pas me plaindre. Si c’est ce que tu penses, je n’ai rien à dire. Tu peux arrêter de lire ce message, et continuer à écouter les émissions que d’autres paient pendant que tu les méprises. Mais si tu veux savoir de quoi il en retourne vraiment, je t’invite à continuer.

      Effectivement, j’ai eu pendant plusieurs années un travail à temps complet pour payer mes factures, et on va dire un « gros mi-temps » pour satisfaire mes passions. Après mes journées de boulot de 8h+, je rentrais à la maison et je commençais mon deuxième boulot. Et même quand je ne rentrais pas à la maison, je me faisais un devoir de faire un travail sérieux, et ça pouvait vouloir dire enregistrer un épisode dans un aéroport après 3 jours impossibles à 16h de boulot par jour, parce que je voulais bien faire les choses. C’est marrant et on s’en souvient parce que c’était notable, mais c’était très loin d’être le seul moment où les choses était horriblement difficiles à tenir. C’était épuisant, au bout d’un moment je n’en pouvais plus (j’ai eu des problèmes de santé assez sérieux), et j’ai du supprimer certaines des émissions que je faisais parce que je n’avais plus le temps ou l’énergie de m’y consacrer. Comme je le disais c’était un vrai boulot, mais je n’étais pas rémunéré pour (hors quelques opérations commerciales malheureusement limitées). Quand j’ai eu l’opportunité de fusionner les deux aspects (payer les facture par la passion), je l’ai saisie, et j’ai augmenté mon volume de production (pas sur le RDV Tech spécifiquement, j’en conviens, mais je produis aujourd’hui 6 émissions, 4 en français et 2 en anglais, et je participe à 3 émissions de plus, en anglais). Je pense que je fais du bon boulot, et que je crois que la plupart des auditeurs en sont satisfait (en tous cas ceux qui contribuent semblent l’être).
      Bref, je crois que tu ne saisis pas bien ce qui s’est passé quand j’ai quitté mon travail : ce n’est pas vraiment que j’ai plus de temps pour les podcasts aujourd’hui, c’est que je passais déjà un temps énorme dessus avant, alors que j’avais aussi un « vrai » travail en plus, et que c’était pas tenable sur le long terme. Mon ambition avec ce système de financement est d’avoir une vie « normale » en faisant un travail qui me plait plus, et c’est ce que nous avons réussi à créer. Et je t’assure qu’il y a bien eu une augmentation du volume de travail (sans compter la partie administration et gestion) même si toi tu ne la vois ou ne la ressens pas. Et certes je ne suis pas un streamer qui vit chez ses parents et qui peut passer 8h par jour sur Twitch… Mais je n’ai jamais prétendu que c’est ce que je fais. J’ai 43 ans (bientôt 44), et le type de travail que je fais est un peu différent.
      Enfin pour la vidéo, demande à n’importe quel YouTuber, ça demande à peu près 10 fois plus de boulot que l’audio, et pour les formats podcasts ça ne « sert » pas tant que ça (quelques centaines de vues YouTube contre des dizaines de milliers d’écoutes en podcasts). Donc mon choix est de, soit produire moins de podcasts mais avec la vidéo (que peu de gens regardent), soit produire plus de podcasts sans la vidéo, mais avec plus d’auditeurs satisfaits. Voila l’explication pour la vidéo.
      A coté de ça, les épisodes spéciaux du RDV Tech (sécurité, Bitcoin, ShenZhen, Machine Learning) sont des exemples de chose que je n’aurais, je pense, pas eu le temps de préparer ou de mettre en place autrement. Idem pour les nombreux lives d’événements Tech ou Gaming (outre plusieurs confs Google / Apple / etc avec les amis de Geek Inc, j’ai couvert en live quasiment toutes les conf de l’E3 depuis 3 ans, en anglais avec mon ami Scott Johnson, même au milieu de la nuit), que je ne pense pas que j’aurais pu faire correctement autrement (on tentait de le faire quand je bossais encore, mais c’était forcément beaucoup moins sérieux ; j’ai du couvrir certaines conf depuis un hall d’hotel parce que j’étais en voyage d’affaire !).
      Bref, encore une fois, je suis désolé si toi tu n’as pas l’impression que ça n’a rien apporté, mais je pense que tu n’as pas compris la nature des changements ou l’intention de cette opération… Maintenant si tu as des suggestions constructives pour l’évolution des émissions, je suis toujours tout ouïes.

      • On n’est pas pigeon du tout ! C’est purement volontaire et sans contraintes. Chacun fait ce qu’il veut.

        Et je ne me souviens pas (et je suis même certain à 100%) que le lancement du patreon n’a jamais promi que le format ou le contenu allait changer.
        Juste si on aime et que l’on veut supporter, on peut ou pas.

        Je trouve qu’avec mes 3€ par épisodes, je ne dois pas me taper tout les sites d’infos, toutes les keynotes longues et barabantes.

        J’écoute beaucoup de podcast et je ne payerais pas pour la plus part. Avec le rendez vous tech, la qualité est constante (forme et fond), il y a une régularité d’horloge atomique, une analyse qui ajoute quelque chose à ce que j’aurais pu lire ailleurs, et les intervenants sont toujours bien choisi.

        Je n’ai jamais abandonné ou skipé un épisode sans le terminer et c’est pour cela que je paye.

      • Merci du commentaire Michael. Le fait que ça rende aussi un service (éviter de te tapper tous les sites d’info) est pour moi un élément central de cette relation… Les patreotes ne donnent pas juste de l’argent pour être gentils, mais aussi parce que l’émission fourni un vrai service qu’ils n’auraient peut-être pas autrement. C’est un bon deal pour tout le monde je trouve ! 🙂

  2. Patreon et Tipee sont une des solutions
    Personnellement j’aimerai bien un flattr-like efficace. Le problème étant de « penser » à cliquer sur l’addon sur son navigateur

    Une solution alternative pourrait etre de temps en temps (mensuellement par exemple) d’avoir un recap des domaines les plus visités avec un champ de saisie pour indiquer un pourcentage à reverser à chaqun

    • Flattr: le problème est dans le design… Même avec les meilleures intentions du monde, les gens (déjà peu nombreux à utiliser le système) ne pensent effectivement pas à cliquer. Donc c’est une bien belle idée mais dans la vie réelle ça ne fonctionne pas, hélas.

      Quand à un système de pourcentage avec répartition, ça serait cool en effet, mais je doute que ça inclue toutes les formes de consommation de contenu de manière cohérente. Un webcomic par exemple prend 30 secondes à lire mais des heures à créer. Il vaudrait mieux allonger artificiellement un article pour faire passer plus de temps de lecture. Et je ne parle pas des apps de podcasts, qui n’integreraient sans doute pas un tel outil.

      Bref, Patreon et Tipeee sont « une des solutions », peut-être, mais ça sont les seules qui marchent, et on ne paie pas son loyer avec des promesses… 🙂

  3. Attention aux raccourcis sur l’histoire de la voiture electrique, si on regarde l’histoire thermique/electrique on voit que le chemin a été inverse

    Pour rappel : 1834 première voiture electrique, contre 1861 pour la première voiture thermique (presque de 30 ans plus tard!)…
    http://www.avere-france.org/Site/Article/?article_id=5871

    Ou plus recemment/concretement chez peugeot en 1984 (deja une centaine de Km d’autonomie, suffisant pour la ville/périphérie urbaine):
    http://proto-design-peugeot.wifeo.com/205-electrique.php

    Les principaux problèmes du succès/echec de l’electrique face au thermique:
    1. l’autonomie / temps de recharge
    2. les lobbyes
    3. l’investissement (choix d’investissement)
    4. la taxe « transport »

    Pour le premier soucis, depuis des années des idées ont été proposés plus ou moins pertinentes: changer sa batterie en station pour « faire le plein rapidement », utiliser des prises à haut voltage pour recharger plus vite…

    Pour le second: comme pour beaucoup de sujets plus ou moins techniques, des interets financiers peuvent faire disparaitre une bonne idée/concept.

    Pour le troisième point, il découle un peu du précedent: pour investir il faut qu’on soit un peu « suivi »/supporté, mais jusqu’a present c’était loin d’etre le cas, les petroliers souhaitant garder leur vache à lait petrolière *

    Enfin le dernier et non des moindres: l’electrique aujourd’hui beneficie de son marché de niche: l’état ne s’y interesse pas. Quand, les proportions seront inversé (dans quelques années selon N Hulot) l’état devra reporté son manque à gagner sur l’essence sur l’electrique « nouveau carburant » de nos transport
    Et la ce qui était un des avantages de l’electrique: le prix au km fondera comme neige au solleil avec l’ajout de la « taxe » transport…

    Bref pour les années à venir je pense qu’on devrait avoir beaucou
    – de l’hybride « inversé » : petit moteur thermique generant de l’electricité pour palier au soucis d’autonomie
    – de la pile à conbustible (deja commercialisé notamment par toyota avec la Mirai*)
    – peut etre le retour du GPL ou autre biocarburant en hybride inversé ou non (c’etait une bonne alternative)

    *Des voitures à hydrogene à Paris : https://news.autoplus.fr/Toyota/Mirai/Toyota-Mirai-Hydrogene-Paris-Taxis-Hype-1517438.html

    *Les petroliers anticipant investissent déjà sur la suite: http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/total-pret-pour-construire-le-nouveau-monde-de-l-energie-691594.html

  4. Bonjour,

    Je participe au Patreon de l’émission et je ne me sens pas du tout être un pigeon.
    (Si peut-être lorsque je suis sur mon canapé en train de roucouler en écoutant le podcast tranquillement :-)).
    Je ne me sens pas piégé du tout car les choses sont totalement transparente et cette transparence, dans la relation des auditeurs avec Patrick, est souvent répétée durant l’émission.

    Chacun est libre d’écouter l’émission sans participer, d’y participer financièrement, d’arrêter d’y participer mais d’écouter quand même, d’arrêter tout court d’écouter l’émission.

    Me concernant j’écoute l’émission depuis sa création pour ainsi dire, je n’ai pas participé tout de suite financièrement au Patreon car je n’étais pas encore « rentré » dans ce mode de fonctionnement.
    Il faut dire que Patrick est un pionnier dans le monde du financement participatif « Podcastique » et que ce n’était pas encore dans mon esprit de financer de cette façon là.

    Et puis je me suis dis puisque c’est son job à plein temps, cela sortait totalement du simple « hobby » (bien que cet hobby est en faite une activité à plein temps), et qu’il fallait bien vivre de son travail, je me suis donc inscris au Patreon durant de long mois, plus d’un an même.

    Puis j’ai arrêté de participer et d’écouter l’émission pensant que finalement j’allais glaner les infos par moi-même sur la tech et me débrouiller.

    Je me suis très vite rendu compte que je passais à côté de beaucoup d’information ET surtout à côté de l’analyse faite dans ce podcast sur les sujets (sans parler de l’agréable élocution de Patrick).

    Aujourd’hui je ré-écoute l’émission et je participe à nouveau financièrement au Patreon, en toute transparence je participe à hauteur de 1€ par émission sans limite d’émission, (j’ai essayé le Slack à 3€ mais je n’avais pas le temps d’y jeter un œil régulièrement donc je suis revenu en arrière).
    1€ par émission semble peut-être peu mais chacun fait avec ses moyens sachant que je soutien d’autre créateur (Jérôme si tu est dans le coin petit clin d’oeil ;-).

    Tout cela pour dire quoi au final : je ne me vois pas écouter l’émission sans participer au Patreon, c’est pour moi naturel car derrière il y a un travail colossal et surtout un sérieux qui mérite salaire.
    C’est aussi un geste « militant », je sais ce que je paie, à qui et sans publicité cachée.

    Chacun est libre ou non d’y participer, c’est un choix et il n’y a pas de jugement à avoir entre les auditeurs qui le font et ceux qui ne le font pas.
    La réalité est aussi qu’on ne peut pas participer à tout (moi-même j’ai fait des choix) car entre les soutiens aux créateurs, les abonnements divers et variés mensuels parfois faut faire des choix.

    Bien à vous.
    Yoann.

    • Témoignage essentiel : tu as essayé de faire sans, et tu t’es dit que c’était mieux avec… Je devrais mettre ça sur le poster, si j’avais des posters… 😀

      • On ne peut pas me reprocher d’être aveuglé par le RDVTech car j’ai essayé sans effectivement, cela n’a pas duré longtemps avant que je revienne.

        Oui c’est bien mieux avec, je suis un passionné de la Tech. mais les gens ne se rendent pas compte le temps que cela prend de se tenir au courant des sujets sans tomber dans l’information généraliste et souvent trop légère.

        Je ne parle même pas d’analyse où pour le coup je n’ai pas les connaissances et compétences pour comprendre certains sujets.

        On est au delà du « je fais plaisir à Patrick » en participant au Patreon, je rémunère une personne qui travaille et qui en plus est sympathique.

        Il y a des choses que je regarde/écoute pour lesquels je ne donnerai pas 1€…

    • +1 : on donne par choix

      Perso avant je donnais plus pour pouvoir participer à l’émission, ce fut des moments très sympa.

      Je trouve que par rapport aux autres médias le monde des podcasts restent très « accessibles » pour son public.

      Ensuite par manque de temps j’ai diminué ma participation, je garde le palier pour participer au slack qui est très convivial et était très interessant pendant les présidentielles 🙂
      Depuis j’ai plus le temps pour slack non plus, mais je trouve la contribution raisonnable et j’apprécie de participer à cette aventure.

      Merci encore pour ton travail Patrick, les émissions tech de cette qualité et francophone se comptent sur les doigts d’une main… 😉

      • Entièrement d’accord, j’écoute sur une enceinte connectée et en voiture sur mon système audio.

        Il arrive souvent que lorsque les gens entendent ce que j’écoute, ils me demandent c’est quelle radio ? et quand je leur dis que c’est une émission sur la Tech. ils me répondent cela semble super intéressant.

        Un Podcast de cette qualité ET en Français (mon Anglais est trop léger pour suivre une émission) et bien moi je dis que cela mérite largement d’y participer financièrement.

  5. Je me permets d’ajouter un commentaire de soutien à Patrick. J’ai découvert le Rdv Tech quasiment à ses débuts (enfin il me semble). Par la qualité des enregistrements et le type de contenus gratuits proposés, Patrick a su fédérer une véritable communauté dont j’ai fais parti pendant presque un an. Et oui, j’ai été très content de participer à l’indépendance de M Beja au lancement du Patreon. Je ne participé aujourd’hui plus au patreon tout simplement parce que j’accroche moins aux sujets désormais plus orientés « tech pure » de type objets connectés/mobiles qu’auparavant (il me semble). Mais je soutien et reste admiratif du travail acharné qu’il est nécessaire de produire pour maintenir un tel niveau de régularité/qualité.
    Longue vie au RDV TECH et à sa forme de financement participatif VOLONTAIRE et non obligatoire.

  6. Merci de reprendre l’intervention du « libriste » 😉
    Ce que je trouve dommage avec les termes en « iste » c’est qu’il y a souvent une connotation négative (dans l’extreme)
    Alors qu’a la base: les personnes « libristes » sont ceux qui font le plus d’effort de tolérence : evoluant dans un monde où l’argent mène le jeu et permet d’imposer des solutions fermés
    Regardez par exemple ce qui s’est passé sur l’adoption d’un « standard » ouvert pour la bureautique (open Xml and co)…

    Pour GNU/Linux VS Microsoft / Apple: honnetement il ne faut pas se forcer à migrer: continuez à utiliser l’OS qui vous convient en pensant que vos données sont à l’abri, en ajoutant un addblock alors que MS ajoute de la pub dans son menu démarrer et assigne un ID marketing à son PC..(c’est écrit dans les CGV), continuez d’accepter l’inacceptable (mise à jour automatique plantant certains PC)… c’est votre choix
    Le problème pour moi, concernant Microsoft c’est plutot quand des sociétés en quasi monopole use et abuse de leur position: par exemple renseignez vous sur le secure boot et les impacts que ça a eu sur les « libristes »
    Ne pas pouvoir installer l’OS de son choix sur un PC acheté à cause de la volonté d’un éditeur d’OS fermé…

    Encore on a de la change, il y a suffisement de concurrence sur le marché des navigateurs pour éviter que Microsoft impose sa norme HTML « non normé »/standardisé

    Non: pour moi, comme le dit Jérome, la concurrence a du bon, et je regrette qu’en 2017 on le prone sans le réclamer pour les OS PC …
    A quand la possibilité de pouvoir à l’achat de son PC dire: j’achète l’ordinateur, mais je refuse de payer la licence de Windows, déduisez les 70-80 euros de licence, j’y installerai une version boite de W7 ou un GNU/Linux

    Pour Gimp/Libre Office, je veux bien croire que l’on préfère une interface plutot qu’une autre, l’idée était à l’époque de permettre le choix:
    Comme vous etes content de pouvoir utiliser firefox/chrome and co pour naviguer sur internet et choisir le logiciel qui vous plait le plus, on aimerai que ce soit de meme pour la bureautique…

    Après tant que vous payer la licence, rien à dire, j’ai plus de mal quand d’un coté on compare Photoshop/Office piraté vs Gimp/Libre Office gratuit 😉

    Il y a des softs que vous aimez utiliser meme sous Windows/Mac:
    – VLC,
    – Firefox
    – Chrome (basé sur chromium la version opensource)
    – Filezilla
    -handbrake ?
    – 7zip…

    Pour l’ergonomie W10 / GNU/Linux j’avais fait un comparatif, screenshot à l’appui
    Honnetement, c’est mieux W10 ?
    http://www.developpez.net/forums/blogs/130750-imikado/b1412/windows-10-vs-linux-mint-18-edition-kde-1-6/

    • Bonjour,

      C’est bien de comparer, mais on sent dans la comparaison ta préférence pour Linux.
      J’ai essayé maintes fois des dsitribs Linux, mais ne serait-ce que pour mon boulot au quotidien, Microsoft est largement ma préférence. Et encore plus avec Office 365

      • Oui je l’ai dit plus bas:
        Comme beaucoup, j’ai commencé sous windows (appris à l’école), puis PC de mon père, puis mon propre PC, j’ai beaucoup utilisé Windows, j’ai été decu sur plusieurs points, je testait à l’époque de temps en temps des distributions GNU/Linux (mandrake et redhat à l’époque)
        J’ai fini par switcher sur Mac, apres avoir decouvert en agence de pub
        et suis repassé sur le manchot quand j’ai du acheter une tour pour faire de la 3D 😉

        Donc ma préference actuelle: Mac / GNU/Linux, les deux se ressemblent pas mal
        Mon seul point négatif de la pomme: le prix et la quasi obligation de devoir changer de materiel avec l’OS qui s’alourdit avec le temps 🙁 (j’ai encore un macbook pro titanium sous Intel devenu trop lent pour faire tourner les derniers felin de la pomme)
        Alors que je fais tourner à merveille la dernière Mint KDE

  7. Salut

    Le commentaire de rousselet est intéressant.
    Je vais partager ma relation aux productions P Béja.
    j’écoute chaque épisode depuis un peu avant l’époque NOWATCH. Je crois en n’avoir raté au peu près aucun depuis.
    Ces émissions sont un moment de plaisir (rien à voir avec le fouet de Patrick) et d’enrichissement. J’apprends et je découvre des choses. Bref je crois qu’on est pas loin de la définition d’un produit culturel.
    Alors quand Patrick s’est lancé dans l’artisanat du podcast à temps plein, j’ai pris un peu le temps mais je suis devenu patreote en me disant ceci:
    – Ca m’apporte quelque chose et c’est gratuit. Ca peut le rester mais si cela devait s’arrêter, il me manquerait une source d’infos que je n’aurais pas le temps de compiler moi-même . Cela a donc de la valeur pour moi, donc je soutiens (comme on s’abonnait dans le temps à un magazine ou à un journal !).
    J’ai cette chance que les quelques euros par mois me soient indolores. Alors tout le monde y gagne. Et si ca permet à Rousselet de continuer à profiter des émissions ca me va bien.
    Disponible pour tous et financé par ceux qui veulent/peuvent; j’aime bien.

    Sur l’argument de toujours la même chose, c’est partiellement vrai. J’adore les épisodes spéciaux ! c’est une nouveauté et c’est top de mon point de vue . Après la ligne éditorial me plait, donc il n’y a pas de raisons qu’elle évolue trop. Mais c’est un exercice difficile car il ne faut pas perdre ses auditeurs en faisant des évolutions trop radicales. Mais pour tenir,encore plus, dans le temps et/ou accroitre l’audience, des évolutions devront nécessairement arriver je pense. Si je peux soumettre une idée: des interviews de décideurs du monde de la tech avec l’angle P Béja, ca me plairait énormément.

  8. J’écoute tes émissions depuis le début du rendez-vous tech. Je fais aussi une grosse veille tech et jeux vidéo mais ce que je viens chercher c’est de l’analyse, de la mise en service perspective et parfois du débat. Quand tu nous as donné la possibilité de financer ton émission, j’ai sauté sur l’occasion et j’étais même assez fier de participer à ça à ma façon. J’ai énormément de mal à comprendre certaines critiques en ton encontre. J’ai dû, depuis quelques temps mètre un terme à ma participation, et j’ai vraiment hâte de participer à nouveau à cette entreprise. Les gens qui te soutiennent sont des passionnés, pas des pigeons. Et c’est pareil pour Gamekult, ZQSD et d’autres…

  9. Bonjour patrick,
    Patreon et fier de l’être (et si je suis un pigeon, je suis un pigeon très heureux), j’apprecie beaucoup RDV Tech que j’ai découvert il y a quelques années.

    Par rapport à la partie de ton émission sur Google et les impots, j’ai peut être quelques explications pour le montage financier qui expliquer le « faible » niveau.
    Les annonceurs sont basiquement classés en trois catégories: Les annonceurs directs, ceux gérés par une agence Google Partner (comme moi) et ceux gérés par une agence Google Partner Premier.

    – Les clients directs, font leur adwords (sur moteur de recherche, display ou pub YouTube) en utilisant directement les services de Google. Il n’y a pas d’humain derrière et ceux qui font du support sont effectivement à l’étranger.
    – Puis il y a les agences moyennes qui gèrent des portfeuilles clients. Pas mal de ces agences ont des attachés de compte qui sont basés à Paris (et qui sont super sympas). On peut donc penser que ces revenus sont declarés en France.
    – Enfin les très gros comptes, les plus grosses agence (ceux qui gèrent en général 100,000€ de pub AdWords par mois, cumul sur l’ensemble des comptes) sont gérés par des équipes situés à Dublin et des representants là-bas. Paris n’intervient plus. Donc je pense qu’à juste titre, Google declare les impots là-bas.

    Voilà pourquoi, selon moi, Google paye si peu, car en réalité il y a peu de comptes gérés en France.

    A ta disposition.
    Alexandre

  10. Bonjour,

    Pour changer de sujet sur le patreon (et je fais partie des pigeons du coup… Mais assez fier de l être, contribuer volontairement à un travail qui mérite salaire est un choix que je suis content de pouvoir faire)

    pour revenir à la partie libriste anti-gafam.. Je ne sais pas si je tombe dans une de ces catégories et pourtant , certaines choses m interpellent.

    J ai quitté Facebook car son utilisation ne m amenait plus rien, après avoir coupé les flux de dizaines d « amis » dont le fil d actualité me semblait inintéressant il ne me restait que les pub et les pages d information directement accessible sur ces même sites.
    Très content de ce choix.

    J ai voulu quitter chrome et utiliser Qwant… Mais là j ai fait marche arrière. Je n obtiens tout simplement pas la même pertinence de recherche avec Qwant.

    Je quitte progressivement Gmail pour ProtonMail.
    Le déclencheur à été pour moi l envois d un mail où je mentionnais dans le corps du texte « Retrouvons nous mercredi prochain au lieu dit ».
    Le jour en question je reçois un pop up de Google now qui me dit « n oubliez pas votre rdv avec … »
    Waow… Ça m à fait très peur. L intrusion de Google dans les services est vraiment partout avec dans la plupart des cas un idée d amélioration d expérience utilisateurs … Mais je ne suis tout simplement pas prêt à être un livre ouvert pour Google.
    Je suis très satisfait de ProtonMail pour le moment et le fait que l initiative soit européenne, les serveurs en Europe et propose un cryptage directement dans l outil en fait une proposition très forte.

    Et la une idée à germer… Je ne pense pas être anti gafam mais je me rends compte être plus sensible a la partie data privacy. Mais aussi, j ai envie lorsque c est possible choisir des alternatives européenne…

    • Je pense qu’il y a en effet beaucoup de gens pour lesquels ces alternatives sont effectivement importantes, et heureusement, elles existent ! Je crois que si nous n’avions pas ces options disponibles je serais un peu plus militant dans mes opinions sur l’open source. Disons que là, on a de quoi faire si on veut utiliser du libre, et c’est tant mieux, comme tu le prouves. 🙂

  11. Comme le dit « @Mika » plus haut, le terme « libristes » a un caractère assez péjoratif à vous entendre.
    Surtout quand vous dites que « les libristes culpabilisent les gens », je ne me reconnais pas du tout dans ses
    propos, je suis plutôt ouvert au débat, j’ai toujours préféré convaincre qu’imposer.
    Imposer est selon moi le propre des GAFAM et c’est cela même que combattent les défenseurs des logiciels libres.

    Qu’on utilise le terme de « libriste » pour me définir ne me dérange pas à condition qu’il n’évoque pas une forme d’intégrisme ou d’extrémisme de la pensée comme j’ai cru malheureusement le déceler dans vos propos.

    Un libriste c’est aussi quelqu’un qui donne de son temps pour créer ou collaborer sur des logiciels libres, les améliorer, les diffuser afin que tout le monde, riche ou pauvre puisse en jouir sans distinction, sans avoir a débourser 1 centime ni à se soucier d’être traqué ou inondé de publicité.

    Comme le disait « @Loconox » dans les commentaires de l’épisode 218, le libriste est un convaincu, un peu comme un écologiste.
    Il est convaincu qu’avoir un code source ouvert permet non seulement l’innovation technologique comme l’avènement du web, du protocole bittorent, de la blockchain, mais également le transfert des technologies à des pays émergents, l’interopérabilité des fichiers, la standardisations des formats et j’en passe.

    Opposer a tout cela les seuls arguments de l’ergonomie et de l’interface me semble peser bien léger dans la balance. Surtout si l’on prend en compte la force de frappe des GAFAM pour imposer, verrouiller, cloisonner et enfermer les utilisateurs dans leurs écosystèmes.
    A cela je pourrais ajouter la force des habitudes, dès l’enfance, on nous apprend à utiliser des logiciels privateurs comme Word pour ne citer que lui. Hors l’industrie du tabac le sait bien, les habitues sont dures a changer.

    • +1

      Pensez au logiciel libre comme vous pensez à wikipedia:
      Une ouverture totale: tout est visible, rien n’est caché, et vous pouvez si vous le souhaitez contribuer à rendre l’expérience meilleure (sous reserve d’une modération bien sur)

      L’opensource c’est la meme chose: on expose le code de notre application, on se met à nu, et on propose d’y contribuer pour l’améliorer, le corriger, voir si l’envie vous en prend de le forker : créer une ramification

      Personnellement, je code beaucoup des mes projets en opensource, je travaille par exemple en ce moment sur un bomberman-like multiplateforme en Qt (PC et android), dispo sur github*
      Si ça peut servir à un étudiant ou un jeune développeur de lire, récupérer/compiler pour apprendre/améliorer voir s’en servir comme base à son futur projet, why not 🙂
      De même j’écris des articles s’appuyant sur ces mêmes sources pour expliquer, accompagner dans l’apprentissage de technologies (Php, Qt, Phonegapp, feu firefox OS..)

      C’est cela surtout l’open source: c’est un peu comme la richesse d’enseigner: on ne garde pas son savoir pour soi dans son coin, on apprécie de le diffuser aux autres 😉
      Regardez les recettes de cuisine: c’est de l’ « opensource » et c’est normal, tout le monde apprécie de partager ses recettes de cuisine avec ses amis, sa famille mais aussi ses lecteurs (pour les blogueurs culinaires)
      Imaginez un instant où en serions nous au niveau culinaire si chaque cusinier,patissier,boulanger n’avait jamais partager une seule de leurs recettes…

      D’ailleurs pour rappel, certains grands acteurs « propriétaires » n’hésitent pas à s’appuyer sur de l’opensource
      Microsoft (Framework Entity**, Visual studio code basé sur electron***, ils utilisent Git…)
      Apple (noyau NetBSD..)

      **https://en.wikipedia.org/wiki/Entity_Framework
      ***technologie opensource https://electron.atom.io

      *mon github pour les curieux: https://github.com/imikado

  12. Juste pour rappel, un article que j’avais écris à l’époque pour « remercier » l’opensource
    https://blog.developpez.com/ducodeetdulibre/p12163/non-classe/remercions-le-logiciel-libre-ou-en-serions-nous-si-il-nexistait-pas

  13. Bonjour,

    J’écoute, mais ne n’étais pas encore exprimé. Tout d’abord, merci pour le podcast, vraiment utile et agréable (et oui, je pense à Patreon). Pour la rencontre du 16 septembre, annoncée dans l’épisode, où pourrons nous trouver les bonnes infos ? Avant le prochain podcast je veux dire, ou si je n’ai pas le temps de l’écouter rapidement…

    Merci
    Cédric

  14. Hello Patrick,

    je m’appelle Guillaume et j’habite en Belgique et je suis un pigeon de 23 ans.

    Vu que je fais partie des 2-3 nerds Linuxiens qui écoutent le podcasts, je vais essayer de montrer (même si en vrai tu le sais déjà) qu’il y a une pluralité et qu’il faut pas forcément généraliser en parlant de « l’avis des libristes ». En fait je vais surtout raconter ma vie. Tu n’es vraiment pas obligé de lire, mais tu coûtes moins cher qu’un psy hihi.

    Je suis passé à temps quasi-plein sur Linux en 2013 suite aux révélations Snowden. J’ai eu à ce moment une grande inquiétude, une angoisse, une sensation de perte totale de contrôle quand on a appris que tout ce qu’on donnait aux GAFAM, eh bien la NSA l’intercepte en douce avec son programme PRISM. Tout. De fait, moi j’ai « rien à cacher » (et bon, c’est vraiment un problème de riche occidental que de se préoccuper de son droit à la vie privée) – mais à une échelle globale, c’est juste capital.

    Le constat était très frustrant : j’avais un PC sous windows, et je ne savais aucunement garantir que cette « boîte noire opaque » méritait ma confiance. Après tout Microsoft collecte un paquet de données sur ses utilisateurs, et puis la NSA allait intercepter le truc… Il y avait aussi des rumeurs, des infos qui circulaient au sujet de coopérations entre MS et la NSA,.. Bref : c’était pas net tout ça. C’était pas transparent.
    => Je voulais un truc qui était fiable par nature et pas à cause d’un bon branding.

    En gros, j’étais devenu le type complotiste dans les mauvais films américains qui colle des articles de journaux sur les murs de son bureau et qui avait compris avant tout le monde que c’était le FBI le vrai méchant. Sauf que là, en 2013, on venait d’apprendre qu’en fait c’étaient ces mecs-là qui avaient raison, et que la surveillance de masse c’était réel et bien glauque. Le monde s’écroulait sous mes pieds. Pour te donner une idée, j’ai un poster de Edward Snowden dans ma chambre. Voilà voilà.

    Aujourd’hui j’ai un PC avec les 3 OS dessus : Windows pour jouer, Mac OS pour développer sur iOS (ça sortira un jour, promis) et Linux pour à peu près tout le reste. En installant Arch Linux en 2013, j’ai vécu (enfin 95% du temps) dans un environnement où tout programme, tout driver que j’utilisais était open source. La transparence était totale et je me sens depuis parfaitement zen à ce niveau. Je le trouve très joli, une bien meilleure UX/UI que Windows 10. C’est très important pour moi en tant qu’utilisateur ou développeur.

    C’est évidemment quelque chose de parfaitement geek que de se dire « le code source de mon navigateur, il est sous license Apache !! » et c’est pas du tout un truc qui séduira madame Michu. Souvent, si je parle avec des potes et que le sujet de la surveillance arrive par hasard, la réponse sera toujours la même : « Tu sais.. ils peuvent m’espionner moi je m’en tape ». S’en foutre c’est une chose, ne plus en avoir le droit c’est juste déprimant. Vous les français, vous n’y avez plus vraiment droit.

    La bonne nouvelle c’est que côté mobile (et on vit dans un monde mobile 1st), la sécurité, la gestion des permissions, l’open source, le chiffrement a aujourd’hui gagné. C’est une vraie victoire pour ceux qui comme moi s’en inquiétaient et du coup c’est intéressant à analyser. En gros, l’open source a rendu ça possible (car à mons sens, la transparence est un pré-requis à la confiance. Je ne peux pas faire *confiance* en un iPhone) mais n’a pas été un moteur de traction. Personne n’achète un téléphone Android parce que le noyau Linux est sous license GPL.

    Je pense donc que les énervés qui viennent dans les commentaires te dire qu’il faut absolument installer Linux se trompent de combat : si c’est pas ton truc, ben y’a pas mort d’homme. L’important c’est que la prochaine génération, le prochain truc qui remplacera Windows pour Patrick Beja, ce truc *doit* être open source. On y arrivera, et on le fera à une échelle bien plus efficace qu’en se battant dans les commentaires. Nous regagnerons le droit à notre privacy en tant que société, et c’est mon rêve de technocrate de dire qu’on le fera avec du code, de la transparence et des maths.

    Maintenant je pense que dans ton émission, on mélange un peu le libre « software installé sur ton PC », et le « GAFAM = bad guys ». Je sais que les deux vont souvent par paire mais c’est pas la même conversation du tout. De fait, sur ce deuxième point je n’ai aucune leçon à donner et surtout, personne n’a vraiment de solution efficace. The mainstream Internet can only be a centralized Internet, imo.

    PS: QuickLyric est Open Source & meilleur que ses concurrents (but I’m biased) donc évitons la généralité « Libre = UX cheap ». De même, éviter l’équivalence « libriste » = « végétarien de gauche en sandales ». Je n’ai pas de sandales.
    PS2: Et tu as raison, l’utilisation du mot « éthique » dans ces discussions est parfaitement ridicule.

    Voilà, combien je vous dois docteur ? J’espère venir le 16, donc essaie de prendre une heure potable pour un gus qui vient en Thalys. 🙂

    Best,
    – Guillaume

    • Je lis avec plaisir et attention, c’est ce genre de témoignage sans prêche qui est important !
      Maintenant je dirais un truc que je n’ai peut-être pas dit dans l’émission (je crois mais je ne suis plus sûr) : pour moi il est important que cette alternative libre existe. Il faut que nous ayons la possibilité de choisir « autre chose » que les offres « fermées » qu’on nous propose partout. Si Linux et Firefox et les autres n’existaient pas, je me battrais pour. Donc je ne nie pas l’importance du libre non plus ; comme tu l’as compris mon propos était ailleurs.

      Quand aux honoraires, ça sera un hug le 16 ! 😀

    • Pour ma part, longtemps utilisateur de solutions libres, j’ai fini par abandonner la plupart d’entre-elles.
      J’ai débuté sous Linux en 1995 avec Slackware sous noyau 1.2.13 et j’ai vu Linux s’améliorer d’années en années, mais sans arriver à devenir le système sans prises de tête. J’ai définitivement abandonné avec l’arrivée de Win7 qui était devenu un OS stable alors que j’avais encore des problème de Wifi sous Linux (!) et que j’en avait assez de passer mes soirées à faire de l’admin pour connecter mon imprimante ou mon GPS.
      Le libre part d’une excellente idée, mais n’arrive que rarement à un stade « achevé ». Je vois les alternatives de Framasoft pour contrer Google, c’est juste pas possible de revenir autant en arrière.
      J’ai essayé pendant des mois de laisser mes documents perso scannés sur des infrastructures françaises, via Hubic. Hubic n’a pas bougé d’un yota depuis sa création et l’app mobile est à l’abandon. Et l’upload de document rame.
      Aujourd’hui, je n’ai par exemple aucune alternative à Google Drive, en dehors de GAFAM et de Dropbox. Google Drive est tellement bien foutu que les alternatives FR ou libres sont devenues inutilisables.
      De temps en temps je relance Firefox à la place de Chrome: si je le laisse une nuit ouvert au boulot, le lendemain, il est freezé. Ses pages de settings sont d’un autre temps (des onglets, des boutons « avancés », des boites de dialogue modales!! purée mais quand je cherche à changer un param dans chrome je passe par un champ de recherche qui cache tous les autres paramètres). Et ça me fait mal au coeur de voir mon petit Firefox, que j’ai utilisé depuis qu’il s’appelait encore Phoenix, péricliter ainsi.

      • Je crois que tu as eu à peu près la même expérience que moi au cours des années… J’adorerais aimer utiliser ces logiciels, je n’ai rien contre le principe de l’open source (au contraire !), mais en pratique c’est juste pas possible pour moi, bien trop en retard…

      • Patrick, attention aux généralités. Firefox n’est pas en retard sur Safari, VLC n’est pas en retard sur QuickTime, etc.

      • Oui, je pense qu’on va modérer un peu le propos. Les logiciels libres ne sont pas parfaits, mais ils sont parfaitement adéquats dans un certain nombre de cas. Si je veux jouer agressif, je peux dire que je n’utilise que Linux et presque que du libre que ce soit perso ou pro, et que Windows est juste inutilisable pour mon boulot (développeur et adminsys). OSX pourrait peut être marcher, pas testé vu le prix. J’utilise Gimp à l’occasion, mais Photoshop est pour moi une usine à gaz. D’un autre côté, je n’ai pas besoin de sa puissance, donc je ne vais pas payer ou pirater (et je pense que cela vaut pour tous les non professionnels de l’image ou amateurs très éclairés). Ensuite, sur le téléphone, c’est du Linux/Android et pas que du libre, parce que sur cette plateforme je n’ai pas cherché/trouvé tout le nécessaire.

        Pour ma part, full Linux (Ubuntu), c’est juste un OS qui marche. Wifi, réseau, multi-écrans, carte 3D, son/micro, jamais aucun soucis matériel. Et je n’ai aucun logiciel qui demande un autre OS, donc cela convient à mon usage. Je n’essaie pas de l’imposer aux autres (je le conseille aux devs, ma femme l’utilise à l’occasion sans peiner plus que cela).
        Quant à Chrome/Firefox, n’utilisant presque jamais Chrome je ne comprend pas son interface de conf et perd du temps à chercher. Chacun ses habitudes, point final.

        C’est clairement un problème d’usage, de besoin, et de la qualité de chaque logiciel. Tirer des généralités n’a pas de sens.

      • Oui ok sur VLC (je l’utilise beaucoup, même si franchement c’est pas un modèle d’ergonomie) et à la limite Firefox (je le trouve moins bon qu’à une époque) et plusieurs autres. Mais je n’ai pas dit le contraire, faut arrêter de chercher la petite bête. Le coeur de mon propos est que pour moi (et je pense pour beaucoup d’autres), beaucoup de logiciels libres que les libristes nous enjoignent à utiliser ne font pas l’affaire (remplaçants de Windows, Office, Photoshop, etc). Après OUI il y a des exceptions dans tous les sens, il y en a toujours. Mais si on présente les exceptions avec le même poids que le reste, on ne s’en sort plus nulle part ; il faut pouvoir dire des choses « générales » sans devoir citer les exceptions à chaque fois, sinon on ne peut plus discuter. Et j’irais même jusqu’à dire que c’est souvent avec ces remarques que les « libristes » (terme qui énerve tant les libristes) pourrissent le débat : tu essayes de dire quelques chose, et on te rétorque un « oui mais !! » qui est en fait marginal et qui, même s’il est factuel, ne change pas le fond de ton propos. Je ne dis pas que c’est exactement ce que tu as fait ici Geecko, mais l’exemple fonctionne : « dans l’ensemble, les logiciels libres ne me conviennent pas » -> « oh mais il y a VLC » -> « oui bon ok certes, techniquement il y a VLC et deux trois autres qui sont cools, mais il n’empêche, dans l’ensemble les logiciels libres ne me conviennent pas ».
        Et ca marche pour tous types de débats ; tech, gaming, politique… 🙂

      • J’ai été pointilleux sur la sémantique, c’est vrai. Je ne pense pas que le mot libriste puisse offenser, tant qu’il n’est pas utilisé avec mépris.

        Je ne partage pas cette association, cette généralité « libre = UX naze » que tu fais, d’où notre désaccord. Je me souviens t’avoir entendu parler de WordPress sur DTNS il y a quelques années et, pour dire que l’interface était parfois pénible, tu avais utilisé l’expression « I can feel the open-sourciness of it ». Correlation does not imply causation, et il y là l’implication que l’open source rend les trucs pénibles à utiliser. Je ne suis pas d’accord qu’on fasse de ce cliché une règle, une généralité.

        Je suis très très content de mon UX sur Linux, et je suis très exigeant. Pareil sur Android, où *énormément* de très très belles apps sont open source. C’est à mon sens parce que l’environnement Java/Linux d’Android favorise cette ouverture, et qu’Android domine le monde – ça amène une certaine diversité. Mais je crois que tu regardes ça de l’extérieur, avec tes exemples du début des années 2000.

      • Disons que sur WordPress, l’interface d’il y a quelques années était vraiment pas jolie jolie, et j’avoue volontiers qu’elle a évoluée. Sur VLC par contre, je ne trouve pas. Mais peut-être effectivement que je garde une image dépassée ; il faudrait que je reteste aujourd’hui. Quelle serait la distrib Linux qui allie selon toi meilleure interface et fonctionnalités ? Je pourrais l’installer sur une VM pour voir…

      • Pour la distribution GNU/Linux, ce qui va vraiment vous convaincre, ce n’est pas la distribution mais plutot l’interface graphique
        C’est une phrase un peu « etonnante » pour un windowsien/macien car ces deux os ne laissent pas le choix : ils proposent un tout comprenant un noyau, une interface graphique, un gestionnaire de bureau…

        Sous GNU/Linux, au contraire on a le choix, et vous pouvez totalement detester une distribution à cause de son choix d’interface téléchargé ou au contraire la trouvé merveilleusement fignolée au petits oignons

        Personnellement pour les amoureux de jolie interface, je conseille KDE qui depuis des années travaillent à fournir de nombreuses choses copiées par la suite

        Un rapide tour sur un de mes billets permet de voir la comparaison W10 (le dernier de Microsoft) et Linux Mint édition Kde
        https://linux.developpez.com/actu/111427/Windows-10-vs-Linux-Mint-18-edition-KDE-1-6/

        Note: l’interface Cinnamon est pas mal non plus, chaqun ses gouts 🙂

        Pour le débat, y a pas débat: qu’importe le flacon pourvu qu’on ai l’ivresse. Personnellement je n’utilise pas GNU/Linux ou les logiciels libres parce qu’ils sont open source,

        J’utilise GNU/LInux car je suis décu de windows depuis des années (je travaille toujours au bureau avec des Windows, et j’ai deux ordinateurs sous W10 pour garder un oeil dessus), j’ai été sur Mac un moment: j’étais meme pas mal connu sur certains sites comme mac4ever ou macBidouille, puis j’en suis parti à cause du prix (besoin de m’acheter une tour, et un macPro… hors budget)
        Je suis donc revenu sous GNU/Linux (que je continuai de suivre d’un oeil, encore davantage grave à la virtualisation et au live cd qui permettait de regarder un peu l’évolution)
        Et depuis je n’ai pas regretté mon choix, j’ai meme fini par supprimer mes dual boots windows/linux. Et j’apprécie vraiment le travail qu’ils fournissent et n’hesite pas à en faire part, surtout quand des collègues se plaignent de leur windows (surtout depuis W8/W10, ils se plaignaient moins de seven )
        Après quand on est sur cette plateforme, naturellement beaucoup de ses logiciels sont open source: certains sont fournis de base, après j’ai quelques logiciels proprétaire : comme chrome (meme si il existe la branche opensource chromium)
        Je developpe sous Atom, Qt, et meme mono (pas taper 😉
        Bref: ce n’est pas un classico de foot: on est pas binaire: PSG/OM, enjoy l’informatique

        Essayez à l’occaz un live dvd/clé usb: ça installe pas l’oS, ça le charge juste en mémoire , mais ça permet de se faire une idée, plus qu’en virtualbox pour moi 🙂

        http://supercapote.com/

      • J’ai mis du temps à répondre, désolé. Tu me demandais ce que je conseillais comme distro linux.

        Je vais juste remettre les choses en contexte, vu que ça fait quelques jours.
        Si l’on s’accordera tous à dire que quand on est développeur, les outils open source sont souvent les meilleurs et les plus malléables, la question de l’open source « consumer » fait ici débat. Je ne fais pas un plaidoyer pour dire qu’il faut toujours absolument utiliser l’open source, ou que l’open source c’est toujours mieux à l’utilisation, ce n’est pas le cas.
        Parfois l’open source est meilleur (Chrome, Firefox vs Edge, Safari) parfois il est cheap (Gimp, LibreOffice). Clairement le premier facteur de qualité dans ces exemples c’est l’argent qu’on met derrière.

        Patrick, tu n’utiliseras pas Linux de sitôt et c’est normal. Je ne comprends même pas ceux qui pensent que ce sera possible de te faire changer, ou ceux qui veulent te faire changer en te parlant de noyaux et de Desktop Environment.

        Non, mon seul point ici c’est de dire : Open Source n’implique pas cheap et moche. Ca n’a aucun rapport. Correlation does not imply causation, et dire, quand un wordpress est pénible à manier que c’est à cause de son « open-sourciness », c’est tellement, mais tellement nul…
        il y a du libre très joli et très ergonomique. Chrome, Android, Gnome, Atom, … et aussi du moins bon, clairement – mais c’est valable dans les deux sens. Encore une fois la plupart des exemples sexy auxquels je peux penser sont sur Android, car c’est vraiment le premier écosystème Open Source mainstream.

        Je pense également que c’est douteux de prendre un cas du genre Photoshop/Gimp, LibreOffice/MSOffice et de penser que cette différence est valable dans tous les domaines.

        Bref, le contexte étant reposé, je ne viens pas ici plugger la meilleure distribution Linux accessible – ça n’existe pas, rien ne te plaira. Nous on adore notre terminal et nos scripts python – et c’est le but. On est le 1% d’utilisateur qui aime ça. Tu n’en fais pas partie et tant mieux, il en faut pour tous les goûts.

        Je viens simplement te montrer, comme tu le demandais, un exemple pas hideux de vie sur Linux.
        https://www.youtube.com/watch?v=nMI_pmWxUP0
        https://www.youtube.com/watch?v=L4KdCEQswEM
        (tu peux couper la musique)
        Comme tu peux le voir, ça n’est certainement pas complètement à chier. Je trouve ça beaucoup plus beau que ce que fait Microsoft. C’est sobre, élégant. Il y a clairement une influence Apple, parfois ils ont même de l’avance.. https://i.imgur.com/hwTPSoF.png C’est pas plus mal.

        Un live USB de Antergos te suffira pour tester ça vite fait, si tu le souhaites.

      • Ok je comprends mieux, merci pour le contexte et les explications.

  15. Bonjour,

    Petit retour sur le « libre ».
    Pour moi c’est une question de pragmatisme plus que de philosophie.

    Je suis un utilisateur qu’on pourrait qualifier d’avancé. Je programme, je rédige des documents de plusieurs dizaine de pages avec des graphiques et des schémas et j’ai aussi une utilisation standard (youtube, email…).

    Je suis actuellement sous Linux parce que cela me correspond. Mais cela ne fait que deux ans que j’ai franchi le pas alors que j’ai pendant des années essayer de m’y mettre (depuis les premières Slackware… sur disquette). Avant il me manquait toujours quelque chose.
    MacOs et Windows sont plus « fermés » et permettent moins d’adapter l’OS à son besoin. Cela a une contrepartie, cela prend du temps et au final, si on y pense bien, on a encore rien « produit ». C’est donc un truc de passionné qui est loin des attentes d’un utilisateur lambda.
    Pour le travail, je suis sous Windows car mon métier fait que Windows est utilisé à 99.99% (1 cas de Linux en 15 ans).

    Pour les logiciels, c’est la même chose. Pour rédiger de gros documents avec plein de graphiques, pour moi il n’y a pas photo, c’est la suite Office (word, excel et visio). Libreoffice est largement en retard et n’offre pas le niveau d’intégration d’Office. C’est pour une utilisation professionnelle et les quelques centaines d’euros de licence sont largement rentabilisés.
    Dès qu’il s’agit d’utilisation personnelle (donc moins poussé) Libreoffice est largement suffisant et je le conseille très souvent. Je conseille plutôt d’investir l’argent dans le RDV Tech 🙂 (désolé Patrick mais là je crois que c’est mensonge…).

    Dans la même idée :
    – Photoshop : Non beaucoup trop cher pour besoin (surtout depuis qu’il y a les abonnements). The Gimp quand c’est complexe sinon le reste du temps « Paint.net » (Windows) ou Pinta (Linux)
    – Dessin vectoriel : Inkscape (toutes plateformes). Lent au démarrage mais il est complet
    – Mind mapping : Freeplane (toutes plateformes). Je l’utilise énormément pour prendre des notes et structurer des idées. L’interface est un peu brouillonne (défaut de nombreux logiciels libres) mais l’utilisation au clavier est d’une redoutable efficacité

    Je comprend que certain n’hésite pas investir dans des logiciels payants car cela répond à leurs besoins.
    D’autre, par méconnaissance, achète parce qu’il pense que c’est le seul choix qu’ils ont. Cela est dû à la puissance du marketing des grands acteurs.

    La majorité des utilisateurs n’ont qu’un souhait : J’appuie… ça marche.

Exprimez-vous !

*