Le RDV Tech 220 – Questions polémiques

Au programme :

  • Le memo sexiste de Google
  • La folle semaine des smartphones
  • Comment gérer les sites nazis ?
  • Et bien plus encore !

Pour soutenir l’émission, rendez-vous sur http://patreon.com/RDVTech

Plus d’infos sur l’épisode :

Vous pouvez télécharger le fichier MP3, et vous abonner par iTunes ou en RSS.

Commentaires

  1. First, avant tous les commentaires sexistes et ceux contre la discrimination positive.
    🙂

  2. Julien Bertozzi dit:

    Bon, à chaud pour moi le soucis de ce train pour stocker de l’énergie c’est l’encombrement. Vu ce que tu décris j’y crois pas du tout. Si encore c’est vertical..

    • Non mais ça n’est pas une solution personnelle… Ca serait plutôt pour imaginer des « fermes de stockage d’énergie » je pense, à côté des centrales de production en fait. Et aux US c’est pas la place qui manque… 🙂

  3. Jonathan B. dit:

    Un podcast de blanc!! Et non je ne parle pas de la couleur, mais des longs blancs et des trop nombreux euhhh….
    Patrick, ton podcast est toujours de qualité et tes invités sont souvent intéressants et pertinents mais dans le cas de ta co-animatrice du jour, il n’y avait aucune analyse, aucun raisonnement très recherché (même dans la partie consacré à son domaine, la téléphonie), et comme je l’ai dit auparavant, trop de blanc et de euuuhhhhh (pas très agréable à l’écoute).

    Et avant qu’on me sorte la carte de : « Tu dis ça parce que c’est une femme », rien à voir. Les euuuhhhhh d’un homme aurait été aussi déplaisant.

    Merci tout de même, Patrick, pour ces podcasts de qualité.

    • Alors oui il y a eu pas mal de moments d’hésitations, mais..

      Mais pas uniquement de l’invité. Qui plus est les blancs étaient aussi un bug technique. Comme l’a dit Patrick, pas le meme matériel que d’habitude et dès que plus de décibels ca coupait le son. C’est destabilisant. Les euhh n’auraient pas semblés si importants avec un flux plus continu de bruit ambiant.

      Ensuite, lors d’un exercice d’enregistrement live, maintenir sa spontanéité et sa pertinence, même fouiller dans ses mémoires demande de la pratique ou un caractère bien trempé.

      Et surtout, cf le titre du podcast, on était majoritairement sur de la prise de position en live sur des sujets qui traitent d’éthique, d’équité, de moralité. Rien n’est ni blanc ni noir et ce n’est pas une boutade ethnique 😉 Quand la réponse à « qu’en penses tu », peut être répondue en thèse, antithèse, synthèse, la première phrase peut mettre du temps à venir, surtout quand tu te dois de rester globalement neutre et factuel.

      Si tu analyses toi de ton côté justement, les questions viennent de Patrick – homme, à son invitée – femme, sur un sujet qui traite de sexisme, de politique, de philo et de social, qui s’adresse très probablement à une population majoritairement masculine. Terrain difficile.

    • Hello,

      Malheureusement j’ai eu cette impression d’un podcast un peu en dessous cette fois-ci moi aussi… Je vois que je ne suis pas le seul.

      Pas beaucoup de dynamisme, beaucoup de blancs et des analyses un peu vide parfois.

      Apres c’est surement lié au materiel specifique de cet episode et au fait que c’etait la 1ere de Camille

      Un patreote

    • Je suis d’accord, l’invitée avait l’air ailleurs et avait beaucoup de mal à finir ses phrases. Je ne commente pas souvent mais pour ce podcast, je me suis senti obligé de le faire tellement ça m’a marqué. Sinon à part celui-là, les podcasts sont toujours top!

      • Je vois que je ne suis pas le seul à remarquer le niveau de ce podcast. C’est la première fois que je commente et comme Guilhem, je me sentais obligé. L’invitée n’y était pas, et j’ai arrêter d’écouter. Mais cela n’altère pas la qualité général de l’émission qui est

    • Tout à fait d’accord.

  4. Hello,

    Merci pour ce débat entre tech, politique et philo !

    Petite remarque pas anodine puisqu’on parle d’incitation et polémique. Il existe effectivement pas mal d’offres de services pour réaliser un déni de service sur des « sites qu’on aime pas ». La tarification est à la bande passante. Une importante précision cependant : quelle que soit la durée du DDOS et sa réussite on son échec, la peine de prison est la même 😉

    Pour l’anecdote, le langage de programmation qui fait tourner encore tout le mainframe et qui constitue encore la majeure partie des coeurs des systèmes d’informations, notamment parce qu’inégalé encore en termes de fiabilité, de robustesse et de performance, s’appelle le Cobol. Il a été pensé et créé dans les années 50 par une femme, Grace Hopper, qui a aussi donné le nom de bug à l’erreur informatique. On dit souvent d’ailleurs que les femmes sont plus organisées que les hommes, et c’est la qualité essentielle d’un bon développeur aujourd’hui en java, le langage le plus utilisé de nos jours. Et non il y a pas de mais 😉

    Batou

  5. L’hstoirde du ciment et de la coline, ça fait pensre au « volant d’inertie »
    http://www.lemoniteur.fr/article/stockage-d-electricite-un-volant-d-inertie-enfin-abordable-29071490

    C’est un peu le meme principe que les barages hydraulique 😉

  6. Pour disney, je suis mitigé: j’ai des enfants, ils regardent disney Channel et quelques films que j’achète en DVD
    Mais si disney distribue « tout disney », ca veut dire les films et la chaine disney channel ?

    Ils risquent de se faire de la concurrence avec leur offre en sat/cable

    Par exemple j’ai disney channel dans mon pack canalsat (avec d’autres chaines pour enfant: Pewee, nikelodeon and co), mais aux cotés d’autres chaines pour les parents comme Game One/J one,AB1, Paris premiere… , le tout pour 20 euros !
    http://espaceclientcanal.canal-plus.com/offres-et-services/csat/formule-abo/cid8326-les-formules-canal.html

    Pour Marvel j’ai du mal à voir la suite de l’aventure, netflix ayant beaucoup investi sur la licence dernièrement et de manière construite (serie sur chaque perso avec clin d’oeil cross serie : jessica jones, Luke cake, daredevil, iron fist ) + serie reunissant ces persos (the defender)

    • Je pense que le but est exactement de concurrencer Disney Channel avec leur propre service, avant que d’autres services ne viennent les remplacer ! L’histoire éternelle du renouvellement dans l’innovation… A voir ensuite si ça sera bien géré.

  7. Petite réaction sur le point sur la gestion des sites Nazis.

    Je suis un peu étonné que vous ne soyez pas plus d’accord avec la position de l’EFF. Comme ils l’expliquent mieux que moi sur leur site, le fait de donner le pouvoir à une entreprise privé de fermer l’accès à un site de cette manière peut être extrêment dangereux.

    Que Facebook retire le contenu qu’ils n’aiment pas sur leur plateforme, OK, c’est en leur nom que c’est présenté mais que Google puisse prendre la main sur le nom de domaine du Daily Stormer, je trouve que c’est trop de pouvoir pour un intermédiaire technique.

    Alors, dans le cas des sites Nazis, il est assez simple de se dire qu’ils ont raison mais rien ne dit que un jour, une entreprise ne coupera pas un site donc le contenu n’est pas aussi simple à classer comme « mauvais ».

    Après, qu’ils puissent arrêter de « travailler » avec une personnes qui enfreint leur « Policy », là aussi, rien de plus normal. Mais dans le cas ici, cela ressemble plus à une coupoure sous le coup de l’émotion. Le Daily Stomer n’a pas commencé à publier le type d’article qu’ils font une semaine avant d’être coupé. Et donc le jour où un intermédiaire technique voudra couper un site légitime, aucun problème.

    Enfin, j’ai un peu de mal a structurer ma pensé donc je ne peux que vous conseiller d’aller lire l’article de l’EFF qui au finale, explique mieux que moi : https://www.eff.org/fr/node/96764

    • D’une part toute entreprise privée a déjà le droit de faire ce qu’elle veut ; la liberté d’expression ne concerne que le gouvernement (qui ne peut pas t’arrêter, aux US, pour ce que tu dis). D’autre part « ils n’ont pas commencé hier » ne me parait pas être un argument valide ; si on les critique au premier article on se fait tomber dessus, mais si on attend on se voit répondre qu’ils le font depuis longtemps… Compliqué de faire quoi que ce soit dans ces conditions, c’est un piège parfait. Et enfin, j’ai un peu exagéré en disant qu’ils s’étaient faits effacer du net : comme je le disais, ils ont trouvé des hébergeurs et sont au final toujours accessibles.
      Le problème est qu’on est à la limite de ce qui est discutable, en ce sens qu’on peut débattre du oui ou non dans ce cas. Si on parlait de sites pédophiles ou terroristes, même sans décision juridique, personne ne lèverait un sourcil pour une action du genre. Donc sur le principe, ça n’est pas une chose que l’on ne pourrait jamais accepter. Mais oui, la décision est plus délicate ici, parce que s’il y a appel à la haine, il n’y a pas forcément d’appel à la violence. D’où ce papier effectivement important de l’EFF.

      Mais j’ajouterai autre chose : en France la question ne se pose même pas… Non seulement ces incitations sont illégales et condamnables, mais on encourage Google/Facebook/etc à être plus proactifs dans leur gestion de tout ça. Et là aussi je suis un peu ambivalent, mais il n’empêche, on a beau jeu de dire ensuite « rholala ils auraient pas du »…

      • « D’une part toute entreprise privée a déjà le droit de faire ce qu’elle veut » Je ne suis pas bien sur de correctement identifier ce que tu mets dans « faire », mais, en France, c’est pas tout à fait vrai. Les société privée ont de nombreuses obligations en particulier pour éviter la discrimination à la vente ou les situation de monopole. Par exemple, le refus de vente à un particulier doit être motivé, l’article L122-1 du Code de la consommation, sans quoi le potentiel client peut demander des dommages-intérêts. Je ne suis pas calé sur le sujet mais à mon avis, en France en tout cas, les sociétés ne sont pas libre et heureusement. Refuser la vente parce que l’on estime qu’il y a incitation à la haine et que c’est illégale, ok, encore faudra-t-il le prouver devant le juge. Refuser la vente pour des raisons politiques, même si on l’a indiqué dans le CGV, c’est pas forcément légale. On sait tous qu’il y a parfois des clauses abusives dans les CGV.

        Que l’on soit d’accord ou pas pour leur restreindre leur liberté d’expression, et comme tu le dis très bien « Ce type de décision ne se fait pas légèrement ». Mais je ne suis pas d’accord avec toi quand tu dis « je pense que, au final, le débat c’est fait de la bonne manière ». Certes peut être que sur le net les gens intéressés ont mené un débat sein, mais : Les décisions de coupure ont été prise de façons totalement non démocratique, par quelques individus et parfois sous le coup de l’émotion ; il me semble, à toi de me corriger, que le débat n’a pas été mené au sein des instances démocratiques de l’état, alors que c’est précisément là, en théorie, que les choix politiques doivent être pris. Je peux comprendre qu’en cas d’urgence (attentat) certaines décisions puissent être prises rapidement. Mais là, il ne me semble pas qu’il y ait urgence.

        En France la situation me semble aussi inquiétante. Je trouve irresponsable d’encourager des organismes privés à juger ce genre de situation. Il est clair que cette question de la visibilité sur internet de contenu éthiquement discutable, est un problème fort complexe, en France comme dans d’autres pays. À titre personnel je pense que la censure est une issue qui comporte bien trop de risque pour la démocratie par rapport aux effets bénéfiques qu’elle apporte. Je pense aussi que c’est une solution choisie par les états par facilité et ce pour plusieurs raisons, par ordre d’importance : 1 – c’est plus facile et moins couteux que de se concentrer sur les causes profondes de ces débordements ; 2 – ils délèguent ce rôle ingrat à des sociétés privées (moins couteux et déresponsabilisation) ; 3 – ça leur offre la possibilité de censurer dans le lot des contenus politiques (c’est pas le point le plus important et c’est discutable). Pour illustrer mon point 1 : Je sais que l’émission n’est pas à visé politique, mais dites moi si dans les débats que vous avez eu ici ou pu lire sur internet vous avez vu des arguments sur les causes et sources du nazisme ? Encore une fois je me permets une ouverture sur l’antiterrorisme, mais avez-vous vu, pendant les débats sur les lois anti-terro, aussi bien à la TV qu’à l’assemblé nationale, des explications sur les causes qui poussent des gens à se faire sauter ? Chercher à comprendre c’est chercher à résoudre. À propos du nazisme, débattons de ça, pour pouvoir faire disparaitre le nazisme, efficacement.

      • Le coeur du problème tel que tu le poses est le suivant : est-ce qu’on peut éradiquer le racisme ou pas ? Certains répondront « oui, par l’éducation ! » comme si c’était simple à implémenter… Certes, idéalement si tout le monde avait les bonnes expériences et la bonne éducation, personne au monde ne serait raciste. Mais c’est aussi une vision totalement théorique et irréaliste de la société en général, et de notre situation actuelle en particulier. Je pense moi que, hélas, il y aura toujours des gens, des endroits, des courants de pensée que inciteront à la haine. On peut faire de notre mieux pour les réduire autant que possible, et oui l’éducation a un rôle essentiel là dedans, mais penser que l’on peut totalement éradiquer la haine me semble être une illusion dangereuse. Si la 2ème guerre mondiale et le traumatisme qui l’a suivi n’a pas réussi à avoir assez d’impact sur la société pour faire disparaitre ces idées, rien ne pourra y arriver : on ne peut pas tuer une idée… Même un idée horrible comme celle-là. Donc oui, éducation, accompagnement, et tout le reste, oui. Mais ça ne suffit pas ; on ne peut pas donner à ces discours le même poids qu’aux autres. C’est pour ça que l’incitation à la haine est un crime, c’est pour ça qu’il y a des choses qu’on n’a simplement pas le droit de dire.

        Quand au rôle que jouent les sociétés dans cette « censure »… Effectivement, ça n’est pas idéal. Je préfèrerais largement que l’appareil judiciaire, d’une façon ou d’une autre, soit impliqué directement dans la suppression de chaque contenu illégal. Mais ça n’est là non plus simplement pas réaliste… Va-t’on engager des dizaines de milliers d’auxiliaires de justice pour vérifier que chaque article sélectionné par un algorithme ou une organisation tierce est effectivement contrevenant ? Tu sais bien que ça n’est pas possible… Bien sûr qu’il va y avoir des erreur, et qu’il faudra affiner et corriger. J’aurais préféré une autre solution, mais il faut faire avec la réalité qu’on a, pour pouvoir peut-être un jour arriver à celle qu’on imagine, parce qu’on ne peut pas substituer l’une à l’autre, hélas.

        PS : Je sais, parce que tu l’as évoqué sur Twitter, que quand tu parles de « raisons du racisme » tu veux en fait dire que, comme pour à peu près 90% des sujets que tu évoques, « c’est la faute au capitalisme ». Je ne partirais pas sur ce débat parce qu’on ne s’en sortira jamais, mais je dirais simplement que quand une vision des choses devient à ce point manichéenne, c’est qu’il y a un soucis quelque part.

      • Tu fais bien de souligner que la haine et la violence existera probablement toujours. Je ne voulais pas prétendre proposer une solution ultime, mais plutôt insister sur le fait que les efforts faits pour endiguer cette violence, ne me semble pas appropriés.

        Il est sur que tous les traumatismes du monde n’endigueront jamais le racisme. Je pense que l’éducation a un rôle à jouer mais pas que. Il y a des gens racistes très éduqué. Le manque d’éducation seul, n’a pas de conséquence suffisamment violente pour produire autant de haine.

        Je suis heureux de t’entendre dire que la situation n’est pas idéal. Dans l’émission tu semblais, au contraire, te satisfaire du déroulement des choses.

        Je crois en effet qu’il n’est pas utile de partir à nouveau dans un débat sur le capitalisme. Il y a pleins de trucs qui m’échappent encore, mais alors que je pensais avoir une idée sur la chose, j’ai beaucoup appris récemment en me documentant. D’où ma ferveur à partager mes nouvelles découvertes. Qui n’a pas été dans la situation où il vient de lire ou voir un truc époustouflant et en parle à tout le monde, jusqu’à être soulant 😉 C’est pas toi Patrick qui dira le contraire :p

        J’ai l’impression qu’on est assez mal informé sur ce qu’est le capitalisme. Pourtant les études ne sont pas nouvelles. Même au 18ème alors que la tendance était récente, des gens ont commencés à l’analyser ! J’en ai bien plus appris ces derniers temps que pendant mes études :/ Ce n’est pas parce qu’on vit dedans qu’on en comprends les mécanismes. Mon intention n’est pas de te faire changer d’avis mais plus de te pousser au doute et aux échanges de point de vu, au débat quoi. Est-ce que ce que je pense est juste ?

      • > Je ne voulais pas prétendre proposer une solution ultime, mais plutôt insister sur le fait que les efforts faits pour endiguer cette violence, ne me semble pas appropriés.
        > Je suis heureux de t’entendre dire que la situation n’est pas idéal. Dans l’émission tu semblais, au contraire, te satisfaire du déroulement des choses.

        Sur ce point je pense qu’on peut tomber d’accord, il y a beaucoup de choses à faire. Suggérer que « tout va bien et tout a été géré parfaitement, on peut rentrer chez nous » n’était pas mon but, je me suis peut-être mal exprimé à ce propos. Mais par contre je pense qu’il y a eu une sorte de relâchement depuis quelques décennies, où on se disait « bon ok c’est bon, c’est géré, ça va se résorber peu à peu, on a compris » et on a laissé couler, on a minimisé ces expressions de racisme et de haine… Là il faut sans doute recentrer un peu.

        > Qui n’a pas été dans la situation où il vient de lire ou voir un truc époustouflant et en parle à tout le monde, jusqu’à être soulant C’est pas toi Patrick qui dira le contraire :p

        Ah ça certainement pas. Mais je pense qu’il faut tout de même un peu de nuance, dans ceci comme dans tout… Il est tout à fait possible de s’informer sur des sujets importants et garder le recul nécessaire à la compréhension de ces enseignements. Quand les propos deviennent militants plutôt qu’analytiques (ou, pire, militants sous couvert d’analyse) il y a un truc à réévaluer quelque part.
        Je sait bien que le capitalisme a des défauts, et qu’on doit les compenser et les corriger (c’est le cas dans tous les systèmes et toutes les idéologies ; aucun n’est parfait quand on sort de la théorie). J’en suis moi-même convaincu, et c’est pour ça que je défends constamment les modèles qui intègrent, pour schématiser, une bonne dose de socialisme. Bref, en gros, et pour revenir au sujet, je dirais que si on ne réussi à voir que le négatif et plus rien du positif, c’est qu’il y un soucis d’appréciation… Sauf quand on parle des nazis, bien sûr ! 😀

  8. J’ai oublié de réagir sur la question des femmes en informatique

    Pour information déjà, il y a un « collectif » de tech(e) : Duchess, certaines francaise/francophones écrivent souvent des articles pour le magazine programmez! (https://www.programmez.com/)
    http://www.duchess-france.org/

    Pour mon expérience personnelle, j’ai rarement rencontré des filles dans mon cursus, j’ai bien dit « rarement » pas jamais, idem pour mes cousins ingenieurs 🙂
    On en rencontre peu, c’est dommage, on a beaucoup beaucoup plus d’hommes, donc forcément sur le volume important on a de très bons profils qui ressortent mathématiquement…

    En tout cas, le sexe n’a pas d’importance en informatique qui reste un métier cérebral: les aptitudes/différences « biologique » homme/femme: % masse musculaire, force .. n’influent pas du tout
    Après quand je lis des arguments ici du genre: « On dit souvent d’ailleurs que les femmes sont plus organisées que les hommes, et c’est la qualité essentielle d’un bon développeur « …
    Il ne faut pas non plus faire le stéréotype inverse: pas d’idée reçu: y a des hommes organisés et des femmes bordéliques , ce n’est pas lié au sexe
    Perso je suis bordélique en « vrai » mais très organisé dans mon code, et je suis un garcon, sans contrefaçon 🙂

    Idem, dans ma boite on a voulu à des moments prendre des profils féminin en mission pour « feminiser » l’équipe, et on a rencontré bien des profils et on a été jusqu’a prendre des filles moins qualifié que des hommes pour le meme poste…
    Cette discrimination positive nous a causé bien des torts et nous a laissé de belles anecdotes après coup
    C’est une mauvaise idée car ça accentue les stéréotypes: forcément: on prend un profil moins qualifié juste parce que c’est une fille, qu’on a déjà du mal à en trouver, qu’elle a le diplome, a l’air sympa en entretien.. après faut pas s’étonner du rendu…

    En informatique, il faut juger les gens sur leurs competences, regarder leur réalisaitons: github, sourceforge and co, et faire passer des tests techniques
    Le code c’est neutre, écrit par un clavier, il n’y a pas de code d’homme ou de femme 😉

    Par expérience, dans le developpment on a surtout une échelle (sexe confondu): qui va de passionné à « job alimentaire », c’est pour moi la seule distinction à ce jour, tout se joue sur la question: « faite vous du code/de la veille à la maison ? » …
    Trois passionnées que je salue:
    Sandrine (animatrice sur blogLinux.ca) : http://sandmarq.ca/?lang=en
    Fatiha (sysadmin et blogueuse tech): http://www.leblogdefatiha.com/
    Heloise (ancienne animatrice de nipSource et datascientist): http://heloisenonne.eu/

    Deux réferences pour conclure:
    1.Deux personnages principaux féminins très tech dans Halt and Catch Fire: Donna et Cameron
    2.Un épisode de The silicon Valley où Dinesh est séduit par le code d’une nana:
    Il interprete la manière de coder très féminine, sexy, et se laisse séduire… et en fait le code a été écrit par son compère Gilfoyle 😉

    • On pourrait en débattre pendants des jours.
      Même sur ce que tu cites. La force c’est la capacité à soulever un poids ou bien on fait référence à celle de l’esprit qui serait de subir sans se briser. Auquel cas elle n’est plus du tout sexuée et la force nécessaire aujourd’hui pour réussir ou être heureux n’est plus physique depuis de nombreuses générations.

      Je suis d’accord avec toi qu’il n’y a aucune différence biologique qui influe sur la qualité du code produit. En revanche homme ou femme, l’éducation et l’instruction reçue, les repères en construction d’identité, peut être le façonnage ou polissage (poncer pour gommer les aspérités) du caractère des individus dans notre société est clairement différent selon que ta protubérance soit au niveau du sternum ou sous la ceinture. Et ca induit des propriétés et comportements différents, pour parler objet, qui pèsent dans une certaine mesure sur des traits de caractères non innés chez un individu. Et ces propriétés influent elles directement sur la qualité de ton code. Tu fais du code propre et ton appart est un champ de bataille, alors deux bons points pour toi tu es un fainéant, quelqu’un qui dépense le moins d’énergie possible pour arriver au résultat attendu, c’est aussi ce qui fait un code performant. Et ce trait de caractère c’est une partie de inné, une partie d’éducation et de libre arbitre (de choix personnel). Mais le second poids lui, est sexe-différentiant. Je ne dis pas que c’est bien, mais c’est comme ça, et ca change mais alors tout doucement..

      • Je n’avais pas vu votre réponse

        Pour la force, je n’aurai pas du mettre ce terme, c’était surtout masse musculaire:
        C’est un fait: de base (sans entrainement particulier) les femmes ont moins de masses musculaire que les hommes, c’est biologique http://www.thierrysouccar.com/sport/info/corps-femininmasculin-les-differences-morphologiques-360
        Après, la force peut se développer en salle ou dans un sport, je pense que beaucoup haltérophile et de culturiste féminines sont plus forte que des hommes qui ne font pas ces activités 🙂

        Pour la suite, je suis d’accord que notre manière de coder est influencée par notre histoire, éducation, bien que l’on puisse évoluer au gré des rencontres
        Personnellement, je suis le courant craftsmanship* depuis peu suite à une rencontre fort instructive

        Je comprends que dans la théorie une fille qui a été élevée avec des poupées puisse penser/conceptualiser différemment d’un garçon ayant joué au train electrique / voitures…
        Sauf que depuis bien longtemps, des garçons jouent un peu à la poupée/dinette (celle de leur soeur,cousine, voir la leur) et que les filles jouent aux voitures, football,bricolage…
        Le point qui va plus influencer notre manière de penser est donc plus liée à nos centres d’interets/contexte/passions qu’à notre sexe

        Perso, comme beaucoup d’autre je suis autodidacte, j’ai appris le code à la maison sur mon temps libre par passion, et j’ai trouvé une formation diplômante pour avoir un peu de matière à inscrire sur mon CV afin de travailler dans l’informatique

        Mon parcours pourrait et doit etre celui d’autres filles, qui à cause de la « pression » sociale, était orientée vers d’autres filières que l’informatique
        D’ailleurs l’initiative 42 a fait émerger de nombreux profils « atypiques », dont beaucoup de réorientation de carrière

        *j’ai d’ailleurs fait une nouvelle version de mon framework incluant un template de projet dans cette voie http://mkframework.com/scraftsmanship.html

    • Si ça vous intéresse il y a une asso assez active pour accompagne les filles vers le développement. https://www.womenwhocode.com/

    • Julien Bertozzi dit:

      J’ai eu un peu le même genre d’expérience que toi sur la discrimination positive. Et au final ce que je regarde c’est la même échelle que toi

    • Complètement d’accord avec Mika et je ne l’aurai pas mieux dit. Mais pour les convaincu de la « discrimination positive », sachez déjà que ça n’existe pas. Discriminez n’a jamais été positif.
      Par contre moi j’aimerai le CV neutre de type tes compétence et ça s’arrête là. Bon après reste l’entretien.

  9. Hello,
    Très bon épisode encore une fois. Par contre je n’adhère pas aux points de vue sur le sexisme que je trouve demaingogiques. Les humains sont différents, ont des capacités différents, physiques, psychiques, comportementales. Ce qui est important est que chacun trouve sa place et ne soit jamais discriminé, ni négativement, ni positivement. La discrimination positive est tout aussi néfaste. Lors de mes études IT, il y avait 20% de femmes. Quand je suis allé en sciences humaines, il y en avait 70%. C’est un fait. Il y a toujours des exceptions, mais en moyenne, des différences existent.

    Pour finir en souriant.

    • Joshua1618 dit:

      Tu ne penses pas que le déterminisme a un effet notoire sur les différence homme/femme ? Si 70% des étudiants en sciences humaines sont des femmes, est ce que c’est parce que se sont des femmes ? ou est ce parce qu’on leur a inculqué qu’en tant que femme, elles devraient plutôt s’orienter vers les sciences humaines ?
      Le questionnement inverse pour les hommes est tout aussi légitime.

      J’ai pas trop envie de rentrer dans un débat sur lequel les philosophes s’étripent depuis au moins 400 ans, mais je pense que tu négliges l’influence du déterminisme dans ton raisonnement.

  10. Salut Patrick,

    Je vais faire le chieur mais le principe de stockage d’électricité n’a rien de malin et de révolutionnaire. Attention je parle du principe pas de la technologie qui est peut être révolutionnaire.
    Cela fait des décennies que l’on utilise l’électricité en surplus pour pomper de l’eau en montagne, la stocker dans des lacs d’altitude et produire de l’électricité ensuite dans des turbines en vidant ce lac artificiel dans des turbines qui produisent de l’électricité.
    Sûrement que cette nouvelle technologie a de meilleur rendement mais le principe est le meme.

    • Yep tu n’es pas le premier à le dire, mais je pense qu’il y a une chose importante dans le refinement de la méthode ; un peu comme le passage des anciens « smartphones » aux versions modernes. Oui techniquement c’était des smartphones, mais en pratique ça n’était pas aussi utilisable donc ça n’était pas très utilisé. Là j’ai l’impression que c’est beaucoup plus facile à implémenter (pas besoin de lac en montagne par exemple) et la question du rendement est importante aussi ; je doute qu’on ait 80% avec ces méthodes hydro-électrique… Mais bon je me trompe peut-être, j’avoue humblement ne pas y connaitre grand chose. 🙂

      • Tout a fait Patrick, et c’est exactement ce que je soulignais l’idée en elle-même n’est pas neuve mais si la technologie est bonne avec un très bon rendement ce sera une petite révolution !

    • Pralafointe dit:

      Bonjour Florian,
      Pour l’info, nous n’utilisons pas l’électricité en surplus pour pomper l’eau de la montagne. C’est tous simplement l’eau qui descend de la montagne (généralement en été, du a la fonte des neiges). Ensuite elle est, comme tu le dit, utiliser dans des turbines qui crée un courant électrique. Le but des barrages est de donner plus d’électricité en hiver car les centrales nucléaire on un rendement qui varie difficilement.
      L’avantage du train est à mettre en rapport avec les énergies renouvelables qui n’ont pas un rendement stable.
      Cette technique à été utilisé dans un village autonome pendant plusieurs années avec succès.
      Pour finir le terme exact de ce genre de chose est « stockage d’énergie potentiel ».

      Voilà 😉

  11. Sinon super émission comme d’habitude !

  12. D’accord avec le commentaire précédent, le problème ne me semble pas venir du mémo mais de l’interprétation qui en ai faite.

    Je trouve que le rédacteur de ce mémo est bien un bouc émissaire. Sauf erreur, je n’ai pas vu de propos de sa part discriminatoire envers les femmes.

    Parler de moyenne sur des caractéristiques liés à un genre ne me semble pas critiquable en soi ou discriminatoire. Par contre, il faut absolument empêcher d’attribuer des propriétés à un des individus précis à partir des moyennes sur une caractéristiques pour des populations.

    Le podcast semble dire qu’il ne faut pas faire d’analyse de population parce que les gens vont en inférer des opinions sur les personnes. Mais ce qu’il faut critiquer c’est les inférences, les préjugés, pas forcément les analyses statistiques.

    De façon concrète, dire que les femmes sont moins intéressées en moyenne par certains domaines de l’informatique ne me choque pas. En déduire qu’une femme précise (une collègue, une candidate à un poste, …) ne serait pas capable à son poste en raison de son genre est absolument discriminatoire et doit être empêché. La transition entre les deux propositions n’est pas automatique et c’est les gens qui la font qui doivent être critiqués.

    De plus, identifier (à condition que ça soit bien fait, de façon impartiale et juste) une différence d’intérêt pour un domaine par genre ne signifie pas nécessairement qu’il faille empêcher la discrimination positive. Les études statistiques c’est du descriptif, ce que l’on veut pour notre société est un choix politique. Si l’un influence l’autre, il faut encore lire correctement les données et se méfier des interprétations qui en sont faites pour ensuite effectuer les bons choix.

    Par exemple, après la lecture du mémo, il me semble qu’il faudrait plutôt encourager la discrimination positive pour le recrutement des femmes : la différence en terme d’employé homme/femme est actuellement largement supérieure aux différences par genre évoquées dans le mémo. Le potentiel d’employabilité de femmes dans l’informatique tech semble largement sous-exploité.

    • > Parler de moyenne sur des caractéristiques liés à un genre ne me semble pas critiquable en soi ou discriminatoire. Par contre, il faut absolument empêcher d’attribuer des propriétés à un des individus précis à partir des moyennes sur une caractéristiques pour des populations.

      Le problème est que tu ne peux pas faire l’un sans l’autre. Si je dis « les noirs sont en général moins bons en math et meilleurs en course », ça mêne forcément à colorer (ahem) la vision qu’on a de gens de couleur de peau différente. D’autant plus qu’avec ces « moyennes », sur les extrêmes comme ils sont présentés dans ce mémos, on se retrouve avec les meilleurs dans une catégorie uniquement d’une « couleur » (99%) et les moins bons d’une autre. De fait les « données » présentées montraient que les gens qui sont « vraiment » intéressés par ces sujets sont toujours des hommes / des femmes, et la conclusion que si on veut les meilleurs il faut choisir un sexe est évidente. L’hypocrisie est aveuglante.

      Sans parler du fait que, encore une fois, il n’y a AUCUNE preuve scientifique de ce qu’il avance (en le présentant pourtant comme une évidence scientifique). Il faut un raccourci criminel, en disant « oui il y a des différences physiologiques » (on est évidemment d’accord ») ET DONC il est clair que les femmes sont NATURELLEMENT moins intéressées par la programmation que les hommes. Il part de la conclusion pour arriver à sa théorie, constatant que « il y a moins de femmes qui font des études scientifiques donc c’est vrai », alors qu’il est facile de prouver que le biais sociétal est une cause claire (un exemple, parmi de très très très nombreux autres est que les soumissions des femmes sur Github sont largement plus validées que celles des hommes, mais *uniquement* quand ces soumissions sont proposées de manière anonymes et que les reviewers ne savent pas que ce sont des femmes qui les ont proposées).

      Bref, son papier est équivalent à dire « les blonds sont physiologiquement différents des bruns » (c’est vrai) donc ne nions pas qu’ils sont plus beaux (c’est faux et un biais sociétal démontrable simplement). Et ce raccourci à un nom : le préjugé, le racisme, la discrimination. Et entre ça et l’incitation à la haine il n’y a qu’un tout petit pas.

      • Avant la réponse longue, juste un petit mot pour dire que le podcast était comme d’habitude très bon et intéressant.

        J’ai l’impression qu’il y a un accord sur une opposition envers les stéréotypes et les préjugés.

        La différence est que pour moi il faut lutter contre les interprétations abusives, les corrélations à qui on fait dire n’importe quoi et aussi ne jamais se servir de données sur un groupe pour en déduire des propriétés sur un individu précis (source du racisme, du sexisme, etc.) plutôt que sur la publication d’études à partir de données par groupe.

        Que des personnes sexistes se soient servis de ce mémo pour défendre leur point de vue n’en fait pas un objet sexiste. Il faut éviter de juger quelque chose en fonction de ses pires « représentants » (qui sont malheureusement souvent les plus bruyants).

        Ce qui est présenté dans le mémo me semble assez scientifique, assez en accord avec le consensus actuel (autant que l’on peut parler de consensus en science, et dans la limite de mes connaissances). Par contre, il est absolument impossible d’en déduire, d’affirmer que les « femmes sont de moins bonnes informaticiennes ». Les différences entre les groupes présentées sont plutôt mineures, et surtout négligeables par rapport aux différences entre les individus.

        Ce n’est qu’un opinion, mais j’ai l’impression que ces mémo avait pour intentionnalité de critiquer la recherche de parité absolue (50%/50% , ce qui n’empêche pas la discrimination positive pour augmenter le nombre d’employé femme par exemple 40%/60% ou 60%/40%). Pour beaucoup, ce mémo s’est transformé en pamphlet contre les femmes dans l’informatique, ou contre la discrimination positive, et du coup le débat s’est fait autour de propos déformés, en faisant dire à un texte des choses qu’il ne disait pas nécessairement (encore une fois, interprétation personnelle, avec ses limite, je n’ai pas interrogé l’auteur, juste vu le texte).

      • Ecoute je ne sais pas quoi tu répondre… J’allais écrire une réponse longue, mais je me rends compte que ça ne ferait que répéter ce que j’ai déjà dit. Alors je me contenterai de dire cela : tu affirmes qu’appliquer des généralités aux cas particuliers est la base du racisme… Et bien c’est exactement ce qu’il fait. Non seulement, encore une fois, ses affirmations n’ont RIEN de scientifique (purement basées sur des éléments – même pas des études complètes – qui confirment son biais de base, comme l’ont expliqués de nombreux articles depuis), mais en plus il dit précisément que « les femmes sont moins intéressées par les ‘choses' » (qu’il met en équivalence avec la programmation tout court). Ou crois-tu que ces affirmations mènent ? Tu pense que les gens qui défendent et soutiennent cette rhétorique se retournent ensuite pour dire à la femme qui travaillent dans leur bureau « ah oui mais toi non, toi ça va, c’est juste en général » (ce qui a déjà des sales relents de « j’ai un ami noir ») ? Non, ca c’est le meilleurs cas des sexistes « gentils ». La réalité c’est que ce genre de courant de pensée (qui n’a encore une fois aucun fondement factuel ou scientifique) extrapolent la chose comme les racistes extrapolent les « tendances » imaginées chez les noirs dans leur idéologie générale. Non seulement ça influence le jugement, mais quand on a un candidat en face, on ne va pas « prendre de risque » ou quand on veut quelqu’un de « vraiment bon » on va quand même tabler sur « ceux qui savent » et ça perpétue les obstacles et les difficultés pour les groupes en question. C’est le fondement même de la discrimination, et je ne comprends pas comment tu peux dire ça d’un côté, et prétendre ensuite que ce mémo n’y contribue pas, quand il dit exactement « les femmes sont moins intéressées par les choses, elles sont moins bonne en programmation EN MOYENNE ». Ce « en moyenne », comme tu l’expliques, est la base de la discrimination.

        Etre raciste, ça n’est pas dire « ce noir est un con », c’est dire « en général, les noirs sont plus cons que les blancs ». Et c’est exactement ce que fait ce mémo pour les femmes. Je ne sais pas comment l’expliquer mieux que ça.

      • Je suis d’accord avec Patrick ici. Comme il le dit très bien, aucune étude scientifique rigoureuse n’a pu mettre en évidence un lien entre intelligence (quelle que soit la manière dont elle est définie) et le genre ou l’origine ethnique., Du coup je pense qu’il est dans cet exemple très inapproprié de défendre le cas de cet employé.

        En revanche, je peux comprendre aussi le point de vue d’Alochia. Si on prend un autre exemple, personne ne criera au sexisme si quelqu’un affirme que les hommes ont une masse musculaire supérieure aux femmes. C’est un fait biologique, qui s’applique à beaucoup de mammifères, dont l’Homo sapiens. Là où la discrimination rentre en jeu, c’est de dire que une femme en particulier ne peut pas faire un métier physique car c’est une femme. Donc le problème vient bien dans ce cas de discriminer une personne car elle appartient à un groupe et non de d’affirmer que ce groupe est en moyenne moins apte à une tache qu’un autre.

      • Si on parle de masse musculaire par exemple, certes, le raisonnement tient. Mais ici ça n’est évidemment pas le cas, donc insister sur cette comparaison me parait au mieux capilotractée, et au pire… nauséabonde. :/

        PS : La première fois que j’ai vu en Finlande des « ouvrillères » en bâtiment et porteuses de bagage à l’aéroport ça m’a fait tout drôle, parce que je n’en avais simplement jamais vues ailleurs. Et pourtant vous savez comme je suis attentif à mes préjugés dans ces domaines. Un autre exemple de l’influence inconsciente que peuvent avoir des modes de pensée sur nos comportements au quotidien…

    • Dire que « les femmes sont moins intéressées par l’informatique que les hommes » n’est pas discriminatoire en soit. C’est peut être faux s’il y n’y a pas d’étude statistique mais c’est pas discriminatoire. C’est à la rigueur un fait statistique. Ce qui peut être discriminatoire c’est de rapprocher ce fait statistique au sexe, à l’individu (cause interne), alors que les causes sont peut être sociales (cause externe). En psychologie on parle d’erreur fondamentale d’attribution. Il y a tout plein de vidéo qui explique ça ici : https://www.youtube.com/channel/UCGeFgMJfWclTWuPw8Ok5FUQ (la série sur le costume je crois)
      Je cite wikipédia : L’erreur fondamentale d’attribution consiste à accorder une importance disproportionnée aux caractéristiques internes d’un agent (ici son sexe) au détriment des facteurs externes (le fait que socialement les femmes ne sont pas incitée à faire des études scientifique, par exemple)

      • Dit comme ça, c’est un fait que l’on constate, et ça n’est effectivement pas discriminatoire. Sauf que ce n’est pas ce que fait ce mémo : il passe une bonne partie (la section « why we’re blind ») à lier ce désintérêt à des caractéristiques biologiques / génétiques, et ce sans aucun fondement scientifique. Encore une fois (pour la 12.000ème fois), le discours qu’il développe n’est pas « on constate qu’aujourd’hui, dans nos sociétés, les femmes sont moins intéressées par l’informatique que les hommes », mais plutôt « il est normal que les femmes soient moins intéressées (et donc en moyenne moins bonnes) que les hommes, parce que c’est une prédisposition génétique ». C’est ça qui rend le propos discriminatoire et nauséabond.
        Un peu comme si je disais « il y a proportionnellement plus d’éboueurs noirs que de blancs, parce que les noirs sont génétiquement prédisposés au ramassage d’ordure ». Je caricature, mais la ligne de pensée est la même, et excuse moi de te le dire, mais elle est assez inacceptable.

  13. Le soucies avec l’offre svod disney + netflix + fox + amazon etc … Le soucie est que meme si nous prenons tous les abonnements, (excepté les disney, star wars ou marvel) comment fait on pour savoir sur quel abonnement est quel film, a mon sens c’est un des problèmes du vod, pour trouver ou se trouve un film dispo il faut rechercher sur le net ou l’offre la plus facilement trouvable se retrouve etre … L’offre illégale …

  14. Bonjour, c’est fatiguant quand même de ne plus pouvoir rien dire.. Oui les hommes et les femmes sont différents sur biens des points et alors ? Les femmes ont généralement un esprit de synthèse alors que les hommes sont plus dans le détail. C’est pas pour autant que je vais aller me plaindre, râler et encore moins demander un licenciement !
    Un peu de débat dans le podcast ferait du bien.

    • Salut Alfredo. Quelques réactions : non seulement j’aimerais bien que tu me dises si ton estimation « esprit de synthèse / dans les détails » vient d’une base scientifique sérieuse ou simplement de ton impression anecdotique (type « bah c’est bien connu ! »), mais en plus… Crois-tu vraiment que le but de son mémo de 10 pages était de dire « oui on est différent, et alors ? » L’idée était (et elle est toujours dans ces débats) d’influencer les tentatives d’équilibrage des opportunités pour les femmes dans l’industrie. Ensuite tu vas me dire « bah non tout va bien, s’il n’y a pas autant de femmes c’est qu’elles n’aiment pas ça ! » et là on partira sur un autre débat, mais penser que son mémo (ou ce courant de pensée) se limite à « bah on dit juste qu’on est différent, tout va bien ! » c’est ne pas comprendre ce qui se trame derrière tout ça et chez la droite alternative.
      En gros, ce mémo ne se limite pas à « on est différents et c’est pas grave » ; encore une fois (c’est pas faute de l’avoir répété dans l’émission pourtant), il part de cette base pour explique que les femmes sont de moins bonnes programmeuse (« en moyenne »). Et du coup, mécaniquement, justifie (sans aucune base scientifique sérieuse) l’idée qu’il est normal qu’il y ait moins de femmes codeuses que d’homme, alors que tout montre (là encore c’est pas faute de l’avoir expliqué / répété) que les femmes sont en fait au moins autant capable que les hommes dans ce domaine (le teste « à l’aveugle » des soumissions Github est très clair sur ce point).
      Bref, si on dit « ah oui, les femmes ont des seins et les hommes des testicules », on sera tous d’accord. Là où je m’insurge, c’est quand on suit avec la conclusion qu’il fait : « donc les hommes programment mieux ».

      Je pense (ou du moins j’espère) que tu seras d’accord sur le fait que avoir des seins ou des testicules n’influence en rien ta capacité à programmer (ou à cuisiner, ou à faire le ménage, ou à être architecte, ou à être médecin…).

      • Salut Patrick,
        L’esprit de synthèse / dans les détails ne vient pas d’une étude scientifique (possible, mais je n’ai pas cherché) et j’ai envie de dire « et alors ? ». Faut-il que tout soit validé par des « experts » pour que tu croies en quelque chose ? Si je sors 10 études sur les causes du diabète, je te garantis qu’elles ont des conclusions différentes. Personnellement, j’ai mes propres convictions avant d’accepter celles des autres.
        De plus, ce n’était qu’un exemple. Sur biens des points nous sommes différents. Ma femme me bat dans pleins de domaines et inversement. Nous sommes complémentaires et c’est très bien comme ça.
        Là, on parle de codage informatique mais le principe est le même dans d’autres métiers. Et franchement, si on me dit que les femmes sont meilleures pour faire tel ou tel boulot, je m’en moque éperdument ! De toute façon, on ne peut pas être bon de partout et il faut accepter nos différences plutôt que de vouloir être égaux dans tous les domaines.
        Enfin (il ne me semble pas l’avoir entendu dans le podcast), sait-on pourquoi/comment ce memo a été rendu publique ? Cette personne n’aurait pas dû être licenciée, point barre. On invoque la liberté d’expression quand ça nous arrange en fait, c’est ça ?
        Il fût un temps où être différent était une chose positive pour soi et la société dans laquelle on évolue…

      • > Personnellement, j’ai mes propres convictions avant d’accepter celles des autres.

        Je ne sais pas trop quoi répondre à ce type d’affirmation… Nous ne parlons pas de « celle des autres », mais de données scientifiques acceptées par la communauté. Mettre ces connaissances au même niveau que « j’ai l’impression » et ce dédain envers les « experts » est ce qui nous à donné des aberrations comme les mouvements de déni du changement climatique ou les hurluberlus qui ne veulent pas vacciner leurs enfants parce que « ça les rend autistes ». On estime qu’un consensus scientifique a autant de valeur qu’un publication reconnue, sous prétexte que « on ne sait pas » ou « on entend tout et son contraire » ou « à un moment les ‘scientifiques’ disaient que le soleil tournait autour de la terre donc lol ». Ca n’a bien sûr pas de sens, ces choses ne sont pas équivalentes et le processus scientifique rigoureux est ce qui a permis à la recherche de d’arriver à développer les technologies et les ordinateurs sur lesquels ces gens écrivent leurs inepties, mais ils s’en moquent, et préfère se réfugier derrière l’idée absurde que « j’ai l’impression » est aussi valable que « le consensus scientifique montre que ». C’est exactement ce que tu fais, et ça me désole.

        Pour revenir à nos moutons, il y a une différence entre dire « les hommes ont plus de masse musculaire que les femmes, en moyenne » (c’est facilement démontrable), et « les femmes sont moins bonnes en programmation que les hommes » (c’est faux et on peut le montrer aussi). Il y a une différence entre dire « ma femme aime bien passer l’aspirateur » et « les femmes adorent le ménage ». Et, pour la MILLIEME FOIS, ce mémo conclu à peu de choses près « les femmes sont moins bonne que les hommes en programmation ». Si on arrête de faire des généralités sur « on peut plus rien dire ! » et qu’on étudie cette proposition un instant, on se rend vite compte que cette conclusion est fausse, archi fausse. Elle n’a aucune base scientifique sérieuse, et elle conduit à exactement ce dont on parle : la discrimination.

        J’ajouterai que le courant de pensée qui veut qu’on peut se fier à ses impressions plutôt qu’à des conclusions scientifiques est *exactement* la base du mouvement de Donald Trump aux états-unis. Ils font fi de toute donnée académique qui ne leur plait pas, parce que « moi j’ai pas l’impression ». Je ne sais pas si tu en es proche, mais je crois, sans ironie ou agressivité aucune, que tu t’y sentirais très bien…

    • Après avoir lu ce mémo qui met en lumière la controverse -ce qui est toujours intéressant au sens pédagogique pour élever le débat- il faut bien comprendre que les assertions qui y sont faites et les hypothèses de départ dans une démarche d’argumentation scientifique (plutôt plausible à première vue) part d’un sophisme (les fleurs bons marché chez le fleuriste sont rares, tout ce qui est rare est cher, donc les fleurs bon marché chez le fleuriste sont chères ) qui rend ensuite tout le montage des arguments totalement erronés. L’équivoque part de l’assertion « les femmes sont biologiquement différentes, donc naturellement prédisposées à….. » J’en finirai par un questionnement/réflexion que je me pose: que répondrais-je à ma/une fillette qui me demanderai de lui expliquer pourquoi les femmes ne pourrait pas coder/développer comme un homme ?

      • La réponse à une fillette serait peut-être simplement qu’il n’y a aucune raison de penser qu’elle serait moins apte qu’un homme à un métier de la tech.

        L’incompréhension dans le débat pourrait-être que, parmi ceux qui trouvent que la réaction au mémo est disproportionnée, il y a des sexistes (type alt-right américaine) mais aussi d’autres qui pensent qu’il y a un malentendu. Que de dire qu’il y a une différence d’intérêt pour les métiers de la tech par genre, à un instant t, ne signifie pas qu’il y ait une différence de capacité à les exercer. Pas nécessairement des différences de nature par genre, mais peut-être simplement des différences culturelles, qui pourrait être corrigées.

        Simplement : comment expliquer le ratio homme/femmes dans les formations tech ? Comment l’améliorer ? Est-il réaliste de viser les 50%/50% dans les postes à responsabilités tech dans les prochaines années ou faudra-t-il plus de temps ? 5 ans ? 10 ans ?
        Pour comprendre le point de vue, de ceux qui trouvent la réaction au mémo disproportionnée, un exemple d’article (pas mal critiquable, un peu orienté, mais très accessible) est disponible ici : http://www.slate.fr/story/149598/personne-ecrit-de-manifeste-anti-diversite-google

      • La question de la cause est effectivement essentielle, et c’est là que se situe le vrai problème du mémo : il conclue que la cause est biologique / génétique (dans son chapitre « Why we are blind », et c’est de là que vient la vraie controverse. Après, à quel horizon doit-on envisager un équilibrage, et sous quelle forme… C’est un tout autre débat ! 🙂

  15. Contrairement à toi je n’ai pas la journée pour argumenter.
    Vu les prises de position subjectives répétées dans le podcast, j’en ai fini. Bye.

    • Hmmm, je ne commenterai pas sur la pique « moi j’ai pas de temps à perdre » dont tu aurais pu te passer, mais par contre je note ceci : dénoncer la subjectivité d’un défenseur de la méthode scientifique alors que ton argumentation se base tes impressions, c’est un peu fort de café tout de même.
      Bref, clairement on n’est pas d’accord sur le fond : moi je pense que les femmes sont parfaitement capable de programmer aussi bien que les hommes, et cette idée a visiblement du mal à passer (sinon le débat n’aurait pas lieu d’être). Etonnant retour en arrière… :/

  16. Salut
    Alors sur le train californien, l’idée est intéressante mais selon moi, une des véritables solutions d’avenir pour le stockage de l’énergie réside dans le stockage par volant d’inertie . C’est le même principe que le train mais dans le garage de Mme Michu et avec des matériaux « simples » (pas le Li-Ion ou autres trucs rares et bientôt hors de prix). Pour moi le véritable complément au maison solaire de Tesla par exemple plus que des batteries.
    Bref, une véritable brique supplémentaire dans la gestion de l’énergie dans le futur (même pour l’industrie) et qui ne coute pas grand chose avec une efficacité énergétique de plus de 95%.
    https://www.lesechos.fr/13/02/2017/LesEchos/22382-118-ECH_levisys-revolutionne-le-stockage-de-l-energie-avec-le-volant-d-inertie.htm
    Déjà exprimé par d’autres ici mais j’insiste car c’est de la tech à papa (de l’ingénierie mécanique avec des principes vieux de 100 ans) mais remis au gout du jour et terriblement pertinente avec la situation actuelle (réchauffement climatique + prix de l’énergie fossile/nucléaire qui finiront bien par devenir couteuse).

    Sinon j’ai gardé 2 rdvtech + 1 rdvjeux pour un Singapour-Paris, le top pour convertir du temps en valeur ajouté !

  17. Bonjour,
    je tenais à vous faire part de ma déception sur ce podcast, je suis désolé pour Camille mais j’avais l’impression qu’elle n’avait rien préparé et qu’elle ne savait pas trop quoi dire. Patrick lui sortait les vers du nez trop souvent.
    Ce post n’a pas pour objectif de troller Camille mais davantage pour lui permettre de s’améliorer et nous proposer plus de fluidité dans sa prochaine participation.
    Dans tout les cas, c’était agréable d’entendre une voix féminine dans ce très bon podcast.
    Merci et bonne continuation.

    ps: Ce serait vraiment cool si vous pouviez délocaliser les IRL. A Montpellier par exemple 😉

  18. Tiens, dans l’actualité on parle justement des effets de bord de la censure. Alors attention, là il est question de censure automatisée et sur des questions de propriété intellectuelle, donc on est pas dans le cas de censure pour incitation à la haine. https://www.nextinpact.com/news/105105-reforme-droit-dauteur-six-etats-membres-inquiets-dommages-collateraux.htm

    On peut tout de même se demander si un jour la censure pour incitation à la haine ne sera pas elle même automatisée. Je pense que c’est une question sérieuse vu l’augmentation des actes de haine. Et qu’en est-il aujourd’hui du recours effectif des individus concernés par cette censure ?

  19. Bonjour Patrick.
    Dans ce numéro du parle du stockage d’energie par « energie kinetique » comme une nouveauté.
    Pour info, EDF fait cela depuis pres d’un siecle avec l’eau de lacs situé à différentes altitudes.
    Ils font descendre l’eau quand la demande Electrique est forte pour générer de l’énergie.
    Puis quand la demande est plus faible, ils remonte l’eau avec des pompes.
    Ci dessous un lien vers un article wikipedia.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Lac_Noir_(Vosges)

  20. Chaque personne a une perception du monde plus ou moins unique, à la fois pour des raisons biologiques et des raisons sociales. Donc des hommes et des femmes partagent peut-être la même perception, mais dire que nous sommes tous égaux, entre humains, est une absurdité élémentaire.

    Ce podcast était très lourd dans la propagande idéologique, et vous en avez pleinement conscience en plus puisque vous réfléchissez bien sur l’impact qu’auraient vos propos et non pas sur le fond des choses.

    Spoiler : il vaut toujours mieux s’intéresser à et dire la vérité plutôt que de raconter n’importe quoi pour tenter de manipuler les gens, parce que d’une vous ne savez pas tout et ce que vous CROYEZ n’est pas la vérité révélée, et aussi parce qu’à ce petit jeu là les choses dépassent toujours les manipulateurs, et que les gens sont assez grands pour savoir ce qu’ils veulent penser, ô grands vénérables esprits des lumières.

    • > dire que nous sommes tous égaux, entre humains, est une absurdité élémentaire

      Je crois que tu confonds « égaux » et « identiques »… Car oui, je crois qu’on peut dire que tous les humains sont égaux, et si on ne peut pas tomber d’accord sur cette idée de base on ne va pas pouvoir continuer la discussion bien longtemps.

      • Tu cites la moitié de la phrase, j’ai essayé de clarifier avant. A ton tour de clarifier ce que signifie « être égaux » parce que ça sonne très creux, très démagogique.

        Je dis que chaque personne à une vision du monde différente, une perception différente, une culture différente, des aptitudes différentes, une éducation, un parcours, etc. Donc que l’on est absolument pas sur un pied d’égalité.

        Donc quel est ton propos ? En quoi est ce que deux personnes seraient donc égales ?

  21. Gaston Lagaffe dit:

    Bonjour Patrick,

    J’ai découvert votre podcast il y’a quelques mois, et votre chaine Youtube « nowtech », et je dois avouer que ce que vous faites est souvent intéressant, surtout sur « nowtech » que je suis régulièrement (le podcast « RDV tech » est intéressant mais j’écoute beaucoup moins, ça dépend des sujets).

    Mais là j’aimerais pousser un coup de gueule concernant cet épisode numéro 220 : Vous prétendez faire un débat sur les propos sexistes du mec bossant chez Google alors que vous êtes tout les 2 d’accord, je suis désolé mais ça c’est pas un débat! Ca l’aurait été si il y’avait eu au moins un contradicteur qui développe ses arguments sur ce sujet. Là on a eu droit à de la pure démagogie bien-pensante sur la forme, sans chercher à comprendre le fond des propos. Je ne cherche pas à défendre les propos de ce mec, mais prétendre faire un débat sans contradicteur et en versant dans la démagogie (on sent bien que Patrick voulait plaire à Camille), franchement j’ai trouvé ça pas du tout objectif.

    Quand à Camille elle est bien mignonne et je n’ai rien contre elle, mais franchement elle n’a pas été réellement pertinente et intéressante dans ses interventions où vous deviez souvent lui tirer les vers du nez ou orienter ses réponses. Bref, ça été le parfait contre exemple sur tout ce que vous disiez lors du « débat » sur les femmes dans le monde informatique…

  22. Bonjour,
    Merci PAtrick pour ce podcast de qualité comme d’habitude.
    Pour ma part je reviendrai sur le memo sexiste de 10 pages.
    Je suis moi même dans une boite qui pratique l’embauche avec la fameuse discrimination positive.

    Moi je trouve ça a vomir. Je trouve ça tout aussi idiot de ne pas embaucher une femme parceque c’est une femme et à l’inverse de l’embauché pour la même première raison.
    En 15 ans dans l’IT et dans de nombreux grands groupe que j’ai pu allé, je n’ai jamais vu ni entendu quelqu’un dénigrer une femme juste à cause de son genre.

Exprimez-vous !

*