Le RDV Tech 223 – Microsoft parie sur l’IA

 

Au programme :

  • MS Experience 2017 : IA à tous les niveaux.
  • Google et HTC, Pixels en plus.
  • Amazon rachète Carrefour, et met Alexa à tous les étages.
  • Elon Musk nous envoie sur Mars demain.
  • Et bien plus encore !

Pour soutenir l’émission, rendez-vous sur http://patreon.com/RDVTech

Plus d’infos sur l’épisode :

Vous pouvez télécharger le fichier MP3, et vous abonner par iTunes ou en RSS.

Commentaires

  1. Vous avez parler de la rgpd pendant cette emission, sur la protection des données à caractère personnelle. Je suis enseignant et utilisateur de beaucoup de service numérique (comme beaucoup d’entre nous) et cela pose énormément de problème sur le moindre travail d’élève où il va falloir utiliser des services éducation et pas grand public avec eux ce qui risque de freiner le développement du numérique à l’ecole. De plus éduquer les enseignants va être compliquer.

    • bonjour;
      Je ne comprend personnellement pas la raison de votre crainte sur ce sujet qui m’intéresse particulièrement

      En effet, je ne vois pas en quoi le GDPR impose aux élèves d’utiliser les services « éducation », au contraire il impose aux acteurs du marché qui cible des résidents européen de mettre en place de mesure pour protéger les données permettant ainsi de rediriger les élèves vers les sites grand public avec plus de confiance.
      Pourriez vous me dire sur quel aspect du règlement vous vous appuyer?

      En revanche, je suis d’accord qu’il faudrait éduquer les enseignant aux contraintes et risques du numérique, mais AMHA c’est valable pour les services « éducation » et les services grand public

      • Attention dvigneron, comme je le dis, la GDPR ne cible pas que les entreprises qui sont sur le marché du B2C (du grand public donc). Les entreprises qui possèdent en interne des données (personnelles) sur leurs salariés sont aussi concernées. Je pense notamment à tous les services RH. D’autres exemples : les chaînes d’hôtel, les tickets restaurants, etc.
        La volumétrie des données est variable et sans commune mesure avec un Google ou un Facebook, on est bien d’accord.
        Concernant l’éducation nationale, je ne comprends pas effectivement la remarque de Jeff Simon, la GDPR n’impose pas de ne pas utiliser de services numérique grand public (fermé).
        Ces services sont soumis à GDPR, et « garantissent » donc la bonne gestion des données qu’on y met.

        Après, il peut y avoir une décision/directive de l’éducation nationale pour privilégier leurs outils, mais cela n’est pas imposé par la GDPR.

      • re,
        je ne crois pas avoir écrit quoi que ce soit qui soit contraire à tout ce que tu dis…
        Et je serai justement curieux d’apprendre si justement l’éducation nationale utilise le GDPR pour déconseiller les autres services et le cas échéant avec quels arguments (c’est tout l’objectif de ma réponse à jeff SIMON)

        De plus par rapport aux enterprises B2B, je rajouterais que ce n’est pas parce que tu manipules des données dans un cadre pro que ce n’est pas de la donnée à caractère personnel, s’il y a ton nom sur une facture de METRO, elle doit être protégé au même titre que ta facture Carrefour…
        Mais c’est peut-être ce que tu sousentends avec les « autres exemples »
        A noter que le GDPR renforce aussi largement les responsabilités sur les sous-traitants, notamment sur les entreprise B2B qui manipulent les données pour le compte des sociétés B2C…

  2. N’écoute pas les haters, continue à dire disruptif. #ViveLeFranglais

  3. Un épisode au top avec beaucoup d’humour, on sent la différence avec les épisodes classiques où chacun est chez-soi ! Un numéro vraiment agréable à écouter, merci pour cet épisode et j’espère que vous réitérerez la chose à l’avenir !

  4. Salut, épisode intéressant comme d’habitude
    je plussoi les propos de @ChrisCamicas le GDPR inquiète bcp les entreprises ces derniers mois alors qu’il est connu depuis Mars 2016 qu’il allait entrer en application.
    Par contre c’est n’est pas la nomination d’un DPO (qui n’est pas obligatoire en soit pour toutes les entreprises) mais le risque de sanction porté à 2 ou 4% du CA mondial qui fait bouger les choses : avant il existait le rôle de CIL mais comme on ne risquait que 150 k€ puis 3 millions (oui je sais cela peu faire peur à un particulier mais je rappelle que l’on parle d’entreprise) il pouvait paraître intéressant de ne rien faire.

    De plus, pour l’utilisateur, les renforts du droit des personnes dont le droit à la portabilité (qui reste à définir techniquement), le principe de guichet unique et l’obligation de notification sous 72h en cas de fuite, me touche plus directement…

    • Complètement !
      Il faut savoir aussi que pour rassurer les entreprises, l’état va surtout jouer un rôle éducatif au début, la sanction même si inscrite dans la loi, ne sera pas forcément appliquée automatiquement (surtout au début).
      Je ne sais pas si c’est un manque de communication (Etat, Europe), ou une politique de l’autruche des entreprises, mais personnellement je n’en ai entendu parler que très récemment (2 mois environs).

      • le rôle éducatif, c’est effectivement ce qu’annonce la cnil et c’est d’ailleurs leurs habitudes quand on ne les prend pas pour des imbéciles…
        100% d’accord, les plafonds qui ne seront appliqués qu’en cas extrême , cependant c’est bien les chiffres qui doivent être utilisé pour mesurer les risques associés, et on peut être rassuré sur le fait que les entreprises vont lancer des actions avec ces montants.
        cependant, si au dès l’entrée en application du GDPR, il y a un equifax-like ou un deuxième deloitte en europe, je pense qu’il va y avoir un rôle éducatif pour les autres sociétés par l’exemple (et j’aimerais pas être le DPO impliqué) :)…

        concernant les annonces, la cnil et la presse spécialisée (en particulier dans le juridique informatique et la sécurité informatique) en a parlé des la publication et cela a été abordé dans plusieurs salons,
        Pour les autres organes de presse, je crains que le délai d’application de 2 ans des règlements européens ne rende le sujet peu attractif…
        Et ma vision est que comme trop souvent les entreprises ont mis du temps à ce mettre en route en particuliers principalement du fait de l’absence de guide pratique pour répondre aux questions : est-ce que je suis vraiment concerné (comme tu le dis plus haut la réponse est oui), qu’est-ce que je dois faire exactement (et la dessus toutes les réponses n’ont pas été donnée)…

  5. Salut, avant de lâcher mes remarques, je précise que j’aime ton podcast, mes critiques se veulent amicales et constructives 🙂

    Alors voilà, Patrick, il faut absolument que tu parles moins, surtout que tu ne répètes pas 5 fois la même chose avec une tournure différente ! On comprend souvent du premier coup. Par ailleurs tu te lances souvent dans une phrase alors que tu ne sais pas encore comment tu vas la tourner. Le résultat est un peu longuet à écouter alors que le contenu est plutôt intéressant ! Cela donne aussi une impression de manque de préparation.
    Concernant Jérôme, un peu moins de « euhhhhh » stp 🙂

    J’espère que cela ne sera pas mal pris, j’écoute toujours ce podcast avec grand intérêt, et je continuerai !
    Bonne continuation

    • Salut Marcel, et merci pour le commentaire ! Pour les choses répétées 5 fois, disons que j’essaye toujours de m’assurer que les gens comprennent les sujets (il y a pas mal de néophytes qui écoutent l’émission), mais c’est vrai que j’ai parfois tendance à trop épiloguer. J’essaye d’y faire plus attention, mais dans le « feu de l’action » ça n’est pas toujours facile… J’essayerai de mieux faire ! Par contre pour les « euh » c’est beaucoup plus dur ; dans ce genre de situation on ne peut pas parler d’une traite, et les « euh » sont juste un moment de poser pour penser au reste de sa phrase. Si tu y fais attention, je suis sûr que tu te rendras compte que tu le fais beaucoup aussi quand tu parles à des amis. C’est vrai que c’est un peu irritant quand on se focalise dessus… J’aimerais te dire que ça pourra disparaître, mais hélas ça serait te mentir. Donc on fera de notre mieux, mais pas de promesse. Merci en tous cas d’écouter, et d’avoir pris le temps de venir nous dire ce que tu penses !

Exprimez-vous !

*