Le RDV Tech 228 – Le Bitcoin perd la boule ?

 

Au programme :

  • Bitcoin, c’est n’importe quoi ?
  • Où en sont les investissement ?
  • Téléphones à l’école, Facebook à 13 ans, jouets connectés, emojis burger, PC ARM…
  • Et bien plus encore !

Pour soutenir l’émission, rendez-vous sur http://patreon.com/RDVTech

Plus d’infos sur l’épisode :

Vous pouvez télécharger le fichier MP3, et vous abonner par iTunes ou en RSS.

Commentaires

  1. Bonjour, juste un big-up à Jeff pour cet épisode où j’ai beaucoup appris sur les bitcoins et sur son envolée, ainsi que sur les investissements ! Jamais vraiment eu le temps de m’y intéresser d’habitude, et il nous a expliqué ça avec une clarté assez impressionnante.

  2. Bonjour et merci pour cet épisode.
    Attention quand meme, j ai entendu que windows sur arm etait une emulation. Je crois que c est faux. Et c est bien la plus value.
    Vite, rappellez cassim ! : )

    • En fait si je ne m’abuse ils ont recompilé une énorme partie de tout ce qui est nécessaire (windows, DLL, programmes de base comme Edge etc) et ils ont travaillé avec les gros développeurs pour leur faire recompiler leurs programmes aussi, mais bien sûr tout les acteurs de l’éco système Windows n’ont pas recompilé leurs programme pour ça, et il y a donc énormément de programmes qui devront tourner sous forme d’émulation. C’est d’ailleurs pour ça qu’il faut utiliser les versions 32 bits, le 64 bits n’étant pas émulé. A terme, si les PC ARM deviennent très communs, il y aura sans doute des dévs qui proposeront aussi une version ARM de leurs programmes (en plus du x86 32bits et x86 64bits), mais pour l’heure… Donc oui il y a beaucoup de recompilation, mais quand on se dit « c’est super parce que TOUT tournera », c’est aussi grace à une partie émulation…
      C’est en tous cas ce que j’ai compris, si je dis des bêtises je suis heureux qu’on me corrige ! 🙂

  3. Quelques rectifications et compléments d’infos par rapport au débat sur le bitcoin:
    – Pour ce qui est de la valeur des cryptomonnaies la presse se concentre sur Bitcoin, mais la valeur de l’éther est passée de 8 dollars à 600 dollars aujourd’hui, soit une hausse de 7500% en moins d’un an, augmentation bien plus importante en relatif que celle du bitcoin sur la même période (+1700%)
    – Si la société valve a retiré la possibilité de payer en bitcoin ce n’est pas a cause de la volatilité de la monnaie, qui jouait plutôt a leur avantage, mais a cause des temps de transaction et des frais de transaction, qui sont liés tous les deux à la saturation du réseau: plus il y a de transactions sur le réseau, plus ces transactions sont lentes à être processées et plus les frais de transaction augmentent car comme l’a rappelé très justement Korben, les frais de transaction sont utilisés pour prioriser les transactions par les mineurs. A noter d’ailleurs que les frais de transaction doivent être payés par les acheteurs, donc Valve voulait juste éviter que leurs clients paient 100 euros un jeu qui en vaut 80.
    – Quand Jeff dit (et il n’est malheureusement pas le seul) qu’il n’y a aucune valeur rattachée au bitcoin, que tout ça ne repose sur rien, non seulement c’est inexact mais en plus ça sous-entend que nos monnaies fiat ont une valeur intrinsèque, ce qui n’est pas le cas, surtout chez lui aux States. Rappelons que l’euro est produit par la dette sur base d’une réserve fractionnaire, qu’il n’y a plus aucune indexation sur l’or depuis longtemps, et qu’au final la valeur de nos monnaies traditionnelles repose elle-même sur la plus grande spéculation: qu’adviendra-t-il de notre cher dollar le jour ou la bulle des student loans va exploser encore plus fort que la bulle immobilière qui a été une des principales motivations à l’apparition du bitcoin? Mais ces bulles étaient légales donc ça va? Évidemment qu’il y a de la spéculation, mais rappelons quand même que le bitcoin est un système monétaire incorruptible, décentralisé, international et accessible sans frais ni procédure, et toutes ces fonctionnalités ont de la valeur en soit.
    – Il est important de rappeler aussi que l’aspect limité du stock, c’est propre à bitcoin, qui a été conçu comme une monnaie déflationnaire, c’est-à-dire avec un stock limité à terme pour une valeur croissante et donc des prix en bitcoin en baisse. Mais ce n’est pas le cas de toutes les cryptomonnaies. L’éther par exemple produit 3 ethers à chaque bloc, et le stock continuera de grandir de manière linéaire sans limite, donc c’est une monnaie à inflation constante. Et il y a d’autres monnaies avec d’autres règles.
    – Le bitcoin n’est en rien la monnaie de base pour acheter les autres cryptomonnaies comme le dit Korben. On peut acheter beaucoup de crypto-monnaies avec des monnaies fiat, sans passer du tout par le bitcoin. Et on peut aussi miner toutes les autres cryptomonnaies directement. En fait, même quand on veut échanger une crypto-monnaie contre une autre, le seul moyen qui existe aujourd’hui c’est de passer par une monnaie fiat. Ce sera bientôt possible de convertir directement de l’une en l’autre grace a ce qu’on appelle les lightning networks et les atomic swaps, mais le bitcoin n’a aucun rôle central là-dedans.
    – Le millier d’utilisateurs qui pourraient manipuler les cours, ça c’est du domaine du fantasme. D’abord il faut bien voir que la Chine est un gigantesque pays, et les fermes de minage dont on parle sont isolées les unes des autres par des couches et des couches de pouvoir locaux qui les cachent et les protègent jalousement parce qu’elles alimentent des économies parallèles. Sans ça, ça fait longtemps que le pouvoir chinois leur serait tombé dessus pour favoriser le yuan que pour le coup ils ne se privent pas pour manipuler.
    – Ensuite il faut bien comprendre la logique de base qui sous-tend ce qu’on appelle la crypto-économie: si tu essaies de manipuler la monnaie à ton avantage (ce qui au passage nécessite plus de 50% de la puissance du réseau dans le cas de bitcoin), tu prends le risque de faire baisser la confiance dans la monnaie, et donc la valeur de la monnaie dans laquelle tu es rémunéré, ce qui revient à scier la branche sur laquelle tu es assis. Économiquement ça ne fait aucun sens.
    – La raison pour laquelle beaucoup de minage de bitcoin se fait en chine n’est pas que grâce aux prix de l’électricité, mais aussi grâce à la disponibilité immédiate et très abordable de ce qu’on appelle les ASICS, des puces spécialisées dans le minage de bitcoin, donc impossibles à utiliser pour miner d’autres crypto-monnaies. Mais d’autres monnaies comme l’éther ne peuvent pas être minées avec des ASICS, et nécessitent des cartes graphiques accessibles et utilisables partout dans le monde où l’énergie est abordable, comme au Québec par exemple, où il y a beaucoup de mines qui commencent à ouvrir (2,5c du kWh et un froid qui facilite le refroidissement des installations en hiver)
    – Quand Patrick dit que dans le principe d’une crypto-monnaie, il y a la nécessité de cette puissance de calcul, ce n’est pas le cas. Bitcoin utilise un algorithme de consensus de type preuve-de-travail pour distribuer la responsabilité de l’évolution du registre, mais il existe des crypto-monnaies qui sont basées sur un autre type d’algorithme de consensus, comme la preuve d’enjeu par exemple, qui ne requiert aucune puissance de calcul pour le même objectif. Ethereum et son Éther vont même basculer à terme sur un algo de ce type. C’est juste qu’il est plus sophistiqué et que sa mise au point est complexe à grande échelle. Mais ce qui est inhérent au principe de la blockchain et de la crypto-monnaie, c’est un algo de consensus décentralisé, pas la preuve de travail.
    – L’alternative ce n’est pas de faire confiance à des gouvernements ou à des armées d’inconnus, car les armées d’inconnus ne font qu’exécuter des algorithmes, qui ont été prouvés mathématiquement depuis presque 10 ans et qui n’ont encore jamais été pris en défaut. L’alternative c’est donc gouvernements ou mathématiques.
    – Pour ce qui est du coût énergétique du bitcoin, j’invite tout le monde à lire cet article (https://www.bloomberg.com/view/articles/2017-12-07/bitcoin-is-greener-than-its-critics-think) qui explique notamment que le bitcoin (qui rappelons le est mondial) coute 8TWh par an, contre plus de 132 pour la seule extraction de l’or par exemple, sans même parler des coûts associés aux coffres, au transport, aux banques et aux systèmes de sécurité associés. Ca correspond aussi à moins d’un huitième de la consommation des seuls data centers américains, et seulement 0.21% de la consommation électrique totale américaine (on est loin des perspectives annoncées par Jeff). La production annuelle des pièces et billets consomme à elle seule plus de 11 TWh, sans parler encore une fois des data centers nécessaires pour stocker les comptes des banques et de tous les organismes de compensation et les banques centrales que le bitcoin remplace. Encore une fois, je suis toujours effaré de voir les banques et les multinationales les plus anti-écologiques participer à répandre ce genre de FUD sur une monnaie qui les menace directement. C’est la définition de l’hôpital qui se fout de la charité.
    – Il est important de ne pas confondre le prix des transactions, qui dépend des frais de transactions, qui dépendent eux même du niveau de saturation du réseau, et le coût du minage de ces transactions. Il faut savoir qu’il y a de nombreuses initiatives de recherches visant à augmenter le débit des transactions, ce qui permettra de processer un plus grand nombre de transactions à la seconde et donc de faire baisser les frais de transaction, indépendamment du cours des crypto-monnaies ou des coûts de l’électricité.
    – Le fait que le bitcoin consomme beaucoup, ou qu’il y ait un risque de centralisation est connu depuis longtemps, a tel point qu’Ethereum a prévu de remplacer son algorithme par une version plus sophistiquée mais avec une consommation électrique négligeable dès sa création en 2015. C’est quelque chose que la communauté sait et relativise depuis longtemps, mais par contre ce qui est nouveau, c’est l’utilisation et le gonflement de cet argument par les tenants des monnaies fiat pour décrédibiliser le bitcoin et les autres cryptomonnaies qui menacent leur monopole.
    – Comparer la consommation du bitcoin à l’échelle mondiale à n’importe quel pays pris individuellement n’a pas vraiment de sens.
    – La puissance informatique nécessaire pour miner du bitcoin n’a rien à voir avec le stock qui reste à miner. La libération de nouveaux bitcoins est une fonction du temps uniquement. Et les profits d’un mineur ne sont pas proportionnels à la puissance absolue de son matériel, mais à la proportion de sa puissance de calcul dans la puissance de calcul du réseau dans son ensemble. Et les algorithmes sont conçus pour que le rythme de libération de ces bitcoins ne soit justement pas affecté par la puissance du réseau. Si le cours du bitcoin baissait de moitié, et que tous les mineurs se débarrassaient de la moitié de leur matériel pour compenser, le rythme de libération des bitcoins (et le stock global) n’en seraient pas affectés. Et encore une fois, tout ceci est spécifique au bitcoin. Ce n’est pas le cas pour d’autres monnaies comme l’éther.
    – Je serais curieux d’avoir la source de l’estimation des 40% du trafic d’Ethereum monopolisé par CryptoKitties. Les articles que j’ai lus parlent de 10 à 15%. C’est beaucoup, mais bon, la sardine dans le port d’Helsinki tout ça…

    Bref, je sais très bien que vous n’y voyez pas à mal, et qu’il est inévitable d’amener vos propres expériences dans ce genre de débat, mais j’aurais vraiment trouvé intéressant de contre-balancer vos points de vue avec ceux de quelqu’un qui aurait pu vous apporter des réponses, débunker certains mythes et surtout ne pas entretenir le FUD dans lequel on baigne en ce moment, surtout sur un sujet aussi important pour la tech de demain. Et on pourrait croire que je parle de ça parce que c’est mon cheval de bataille, mais demandez à Jeff ce qu’en pense un gars comme Ben Horrowitz, qui m’a inspiré d’ailleurs à m’intéresser à la blockchain au départ. Alors oui je suis un pro-crypto, la blockchain est même mon principal domaine d’expertise ces temps-ci, donc mon point de vue est biaisé, mais sur bien d’autres sujets, Patrick a démontré que c’est justement l’opposition de ces points de vue qui crée le débat. J’espère avoir clarifié certains points, et insisté sur ceux qui ont été justement amenés quand même, et bien sûr, je suis volontaire pour apporter plus de précisions au besoin.

    • Salut Sébastien, et merci pour ce long commentaire ! Beaucoup de choses intéressantes bien sûr ; je vais répondre à quelques unes.

      – L’un des soucis pour Valve était bien la volatilité, en plus des problèmes de transaction. Je cite : « As of today, Steam will no longer support Bitcoin as a payment method on our platform due to high fees and volatility in the value of Bitcoin. » Je pense qu’on peut comprendre que ça leur pause des soucis : même si ça peut parfois tourner à leur avantage ça peut aussi être le contraire (et quand le fluctuations sont si importantes c’est un vrai problème), et surtout ça pose des soucis aux clients, qui peuvent demander des remboursement, etc. Bref, une monnaie volatile érode la confiance dans les transactions, ça n’est bon pour personne, c’est évident.
      https://steamcommunity.com/games/593110/announcements/detail/1464096684955433613

      – Sur la valeur intrinsèque d’une monnaie (dont parle Jeff), je pense que tu confonds deux choses : toutes les monnaies fiat reposent bien sûr que la perception de ce qui y est rattaché (l’économie des pays en question bien sûr, c’est la base). Personne ne le conteste. Mais aujourd’hui l’économie du Bitcoin est presque entièrement spéculative et n’a pas d’autre support solide (ou pas assez solide par rapport aux volumes de spéculation. Il y a effectivement des crises ou les bulles qui ont déstabilisé le dollars ou l’euro en ne représentant qu’une faible partie de leur volume, mais ça devrait être plus inquiétant que rassurant pour le Bitcoin : depuis un an, c’est une « crise » inflationniste permanente qui représente une énorme partie du volume (si ce n’est son intégralité). Tu es un peu en train de comparer le bolivar Vénézuélien au dollar américain en disant « regardez, c’est le même principe, c’est la même chose : la monnaie repose sur l’économie !! » sauf que l’économie des US, pour faillible qu’elle soit, et 1000 fois plus fiable que celle du Vénézuela… et du Bitcoin.

      – Les utilisateurs qui peuvent manipuler les cours, je suis désolé mais ça ne me parait pas du tout fantasmagorique. Si 1000 acteurs représentent 40% d’une monnaie, c’est une préoccupation. Ta réponse est que les fermes sont isolées… D’une part je ne crois pas qu’on le sache, et d’autre part des opérations de cette envergure ne peuvent pas rester longtemps en dehors des radars du gouvernement chinois, quand il s’inquiète par ailleurs d’inonder les réseaux sociaux d’histoire positives pour noyer les commentaires négatifs. S’ils ne s’y sont pas déjà intéressé (ce qui serait étrange), et bien le danger potentiel qu’ils s’émiscent dans ce système est réel : ils s’immiscent dans TOUS les autres.
      J’ajoute que tu ménages un peu la chèvre et le chou : soit le bitcoin a le potentiel que tu dis (et je le crois) et le gouvernement chinois essayerai automatiquement d’y mettre son grain de sel, soit le bitcoin n’a pas de gros potentiel, et… Je crois que nous sommes tous les deux d’accord que ça n’est pas le cas. Mais on ne peut pas raisonnablement penser que le bitcoin soit potentiellement une monnaie décentralisée qui aurait le pouvoir d’offrir une alternative aux monnaies fiat gouvernementales ET penser que la chine, qui héberge une énorme partie des acteurs de cette industrie, ne s’y intéresse tout simplement pas.

      – L’aspect limité du stock du bitcoin est peut-être limité au bitcoin, mais c’était notre sujet (on a même un gros symbole bitcoin dans l’illustration), donc c’est de ça qu’on parlait…
      – Preuve de travail / preuve d’enjeu / etc. Ok, d’autres systèmes existent, d’autres algorithmes sont en cours d’implémentation. Il n’empêche qu’aujourd’hui la question de la puissance de calcul / coût énergétique EST préoccupante. d’autant plus qu’on a dit que d’autres algorithmes pouvaient palier à ces soucis s’ils étaient implémenter, et qu’on a donc présenté cette alternative… voudrais-tu qu’on ne parle pas du soucis énergétique du tout ? Passer cette question sous silence me paraîtrait pour le coup irresponsable.

      Sur les CryptoKitties par contre, my bad, c’était bien 15% et non 40%.

      Bref, je crois qu’il y a dans cette conversation un vrai soucis entre les défenseurs du principe et les analystes du moment. Les uns croient au potentiel de l’idée, et voudraient, j’ai l’impression, gommer tous les défauts et les « growing pains » qui se font jour, parfois de manière inattendue, et que notent les analystes. Cette approche ne me parait pas être la bonne. Dans tout ce que tu dis, tu parles de changements à venir, de potentiels futurs, de problèmes qui seront « bien sûr » corrigés et de modifications qui sont déjà sur les rails. Ok, je ne dis pas le contraire, et je suis même certain qu’il y a effectivement toujours un potentiel énorme pour les crypto monnaies.
      Et je réfute le fait que tu nous entretenions un FUD artificiel (c’est même un insulte qui touche au coeur de mon travail et qui est difficile à avaler) : aujourd’hui nous parlons de la situation du bitcoin qui EST volatile et préoccupante, pour tout un tas de raisons. Ne pas en parler, comme je le disais, serait prendre un angle partisan justement, et prétendre que tout va bien au pays du bitcoin. Ca serait ne pas rendre service aux auditeurs, qui du coup ne comprendraient pas les raisons de l’agitation autour de cette monnaie.
      Dans cet épisode, nous avons essayé de répondre à la question « qu’est-ce que c’est que tout ce bordel autour du bitcoin en ce moment », pas de faire un exposé théorique sur « potentiel impact des cryptomonnaies du futur » (sujet que nous avons déjà, je pense, largement couvert au paravent).
      J’ai l’impression que tu réagis comme si nous étions en train de monter un fronde anti bitcoin, et c’est une ferveur que je retrouve souvent dans le monde de la technologie (ça me rappelle la réaction des fans de XBox One quand j’évoquais les problèmes structurels de la console ; ils ne voulaient pas admettre qu’il y avait des soucis pressants sur le moment, et préféraient évoquer constamment ce qu’on imaginait pour le futur).

      Quoi qu’il en soit, je clarifie une chose : je ne doute pas que les crypto monnaient aient un potentiel énorme. Je ne doute pas non plus que les problèmes qui se posent puissent être résolus à terme. Mais ça n’était pas le sujet de notre discussion, et je ne crois pas que qui que ce soit ait compris « les crypto monnaies sont condamnées ! » – cette interprétation me semble être un fantasme des défenseurs mordicus de ce fameux potentiel qu’elles ont effectivement.
      Non, ce que les gens ont compris, je pense, c’est « ok, en ce moment y’a un énorme bordel sur le bitcoin et plein de soucis qu’on n’avait pas vu venir, et maintenant au moins je comprends d’où viennent ces préoccupations ».

      Bref, il est l’heure de déjeuner, je vous laisse. 🙂
      (et merci encore pour le long commentaire, je suis sûr que tu exprimes le sentiment d’autres crypto-advocates, ça nous donne l’occasion de nous expliquer !)

      • Quand tu dis que la monnaie des Etats-Unis est 1000 fois plus fiable que celle du Bitcoin, là encore c’est une croyance, tout comme la mienne que les crypto-monnaies sont plus fiables que les monnaies fiat car incorruptibles. Et c’est justement cette différence de croyance, et une balance qui penche de plus en plus du côté des cryptos et de moins en moins du côté des gouvernements et des banques qui crée l’effet de ruée vers l’or. Encore une fois, le bitcoin est né juste après la crise des subprimes, et il ne se serait pas autant développé sans une méfiance grandissante vis-à-vis des institutions décentralisées. Maintenant évidemment qu’il y a de la spéculation encore une fois, et qu’une correction sur la valeur du bitcoin approche probablement, mais sous ces mouvements extrêmes il y a une tendance de fonds qu’il faut aussi pouvoir discerner.

        Sur les opportunités de manipulation du marché, encore une fois, quand tu sais comment tout celà fonctionne économiquement et techniquement, tu comprends que la manipulation des cours des crypto-monnaies n’est que théorique, alors que la manipulation des monnaies fiat est démontrée, qu’il s’agisse de la Chine avec le Yuan, du scandale du Libor et bien d’autres. Il est un fait qu’il sera toujours beaucoup plus facile de manipuler une monnaie centralisée qu’une monnaie décentralisée. D’un autre côté, Bitcoin est moins décentralisée que d’autres cryptomonnaies mais d’autres crypto-monnaies apportent de vraies solutions à ce problème, donc ça me paraissait important de remettre tout cela dans un contexte réel… et pas trop spéculatif…

        Pour ce qui est du coût énergétique, entendons-nous bien, je ne dis pas qu’il ne faut pas en parler, je trouvais juste dommage que ça ne soit pas plus mis en contexte, relativisé, comparé avec ce qui est comparable et équilibré par rapport au discours actuel répandu par les médias qui poussent un discours très alarmiste sur le sujet alors que le problème est moins grave qu’on le dit, et qu’en plus il n’a rien d’inhérent au concept de la blockchain et qu’il est tout à fait solutionnable. Encore une fois, ça manquait juste un peu de contre-point.

        Pour conclure, encore une fois, s’il y a une choses que j’ai toujours appréciée dans le Rendez-Vous Tech, c’est votre capacité à mettre les bonnes personnes autour de la table pour qu’il y ait débat et que tous les points de vue puissent s’exprimer. Sur cet épisode, tu ne peux pas nier que vous étiez beaucoup d’accord tous les trois, que vos arguments allaient beaucoup dans le sens de la méfiance et relayaient exagérément certaines questions inquiétantes et qu’il manquait des réponses et un contre-point. En plus, ton émission ne se fait évidemment pas dans le vide est intervient dans un contexte médiatique particulier, où beaucoup de fausses idées se répandent comme des traînées de poudre, et j’aurais trouvé intéressant d’utiliser votre indépendance pour équilibrer un peu plus le propos, et laisser les gens se faire une opinion basée un peu plus sur des faits que sur des croyances. Ce que vous faites super bien d’habitude, d’où ma déception sur cet épisode sur un sujet qui me passionne et me touche tout particulièrement.

        Mais bon il n’y a pas mort d’homme, le débat continue, et c’est ça le plus important, et c’est ça qui fait la force de la communauté que tu as créée aussi.

  4. Un grand merci pour cet épisode et tous les précédents. Et merci également pour ta toute petite parenthese politique! Faire du capital sur du capital c est le mal !

    Je vous souhaite à tous plein de bonnes choses er de courage pour l année à venir !

  5. Bonjour!
    Encore une fois, merci pour cet excellent épisode! Je donne une petite suite à Patrick, qui par deux fois a parlé de vidéos sur Youtube, celles qui ciblent les enfants et qui sont complètement hallucinantes (du moins d’un point de vue adulte!)
    Nous avons deux journalistes qui se sont intéressés à la question et qui a découvert que c’était un produit bien québécois (pas de quoi être fiers!). Son excellent reportage se retrouve sur le site de Medium, avec un reportage intitulé « Quand des créateurs Youtube piègent vos enfants… » Ça démontre la stratégie très tentaculaire de ceux qui ont créé ces vidéos… et finalement, on découvre que les copies de leur concept sont également créés par eux. Usine à clic, usine à fric parce que les vidéos font plus de 10 minutes, donc de la pub.
    Il y a également eu une entrevue qui a suivi ce reportage à l’émission la Sphère (Radio-Canada), ou il est possible d’en apprendre davantage (voir lien également). Ça s’écoute également en podcast aussi.
    J’espère que ça donne certaines réponses à cet étrange phénomène soulevé par Patrick.

    Merci Patrick et à ton équipe pour votre travail!

    https://medium.com/tabloid/vidéo-quand-des-créateurs-youtube-piègent-vos-enfants-avec-des-vidéos-de-spiderman-et-elsa-e10179b829d4
    http://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/la-sphere/segments/entrevue/49664/youtube-spider-man-elsa-joker-toy-monster-enfants-frederic-guindon

  6. Patrick :  »Luis Fonsi – Jvais vous pécho … peut etre que je ne connais pas l’originale »
    Aurais tu été épargné par Despacito ??

Répondre à lausolpel Annuler la réponse

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.