Le RDV Tech 279 – Combien vaut *vraiment* Facebook ?

 

Au programme :

  • Combien vaut pour vous le fait d’utiliser Facebook ?
  • Apple n’atteint pas ses objectifs ; le moment de faire le point sur l’ère post Steve Jobs.
  • Prévisions pour 2019, pour le CES, état du marché des enceintes intelligentes, téléphones Samsung et Nokia…
  • Et plus encore !

Pour soutenir l’émission, rendez-vous sur http://patreon.com/RDVTech

Plus d’infos sur l’épisode :

Vous pouvez télécharger le fichier MP3, et vous abonner par iTunes ou en RSS.

Commentaires

  1. Hello Patrick !

    Débat intéressant mais pour moi vous avez oublié un point primordial…

    Facebook est aussi important et utile parce qu’il est gratuit justement.
    La gratuité fait que tout le monde y est (ou presque), un peu comme le phénomène social de Fortnite en ce moment… Ca cartonne parce que tout le collègue/lycée est dessus.

    Là où je veux en venir, c’est que le jour ou ça devient payant, même 1€ par an, ou si il avait un quelconque système fantasmé qui rémunérerait les gens pour ne plus utiliser Facebook, tout s’écroulerait.
    Est-ce que ma grand-mère va payer pour utiliser FB ? Certainement pas… Et donc quand je vais poster des photos du petit dernier, elle ne les verra plus et je devrais lui envoyer en perso.
    Je sais bien qu’il n’est pas question que FB devienne payant mais je veux juste attirer l’attention que sa gratuité est une force pas uniquement financière mais aussi et surtout pour son hégémonie.

    Le jour ou Facebook ne représente plus que 60 ou 70% des internautes, c’est le début de la fin car il perdra tout son intéret de « réseau social ».

    Pourquoi Google Plus n’a jamais pris ? Pas parce que c’était un mauvais produit, mais parce qu’il n’y avait pas tout le monde.

    • Tu as raison, et c’est justement pour ça que l’étude est si intéressant : elle ne cherche pas à savoir combien « coûte » Facebook, mais quelle valeur les gens attribuent vraiment à leur utilisation. Les deux sont liés bien sûr, mais la question n’a jamais été tout à fait posée comme ça… Et oui le fait qu’ils soient aussi monopolistiques joue également (on en parle d’ailleurs), mais c’est un autre facteur à prendre en compte aussi. Donc on cet aspect dont parle l’étude me parait intéressant à mettre en valeur (en plus des autres également).

  2. Bonjour et bonne année,

    Patrick est-ce que tu pourrais donner le lien vers l’etude dont vous parlez durant le podcast ? ca m’interesserait de la lire.

    Bonne journée

  3. Bonjour Patrick,
    Merci pour cette émission que j’ai suivi avec intérêt comme les autres d’ailleurs.

    Il y a tout de même un petit point qui me chagrine, lorsque vous parlez d’alternatives à Facebook en laissant plus ou moins entendre qu’il n’en existe pas. En gros, je caricature à peine, ce serait soit ça soit on retourne à l’age de pierre avec les SMS…

    Si vous entendez par « alternative », un réseau social de même ampleur comptant à ce jour environ 2,27 milliards d’utilisateurs, évidement on ne peut pas dire qu’ils aient beaucoup de concurrence, je vous rejoins volontiers. A ce titre même un réseau social comme Twitter fait pâle figure avec pourtant environ 330 millions d’utilisateurs .

    Cependant, si l’on entend comme moi par « alternative » un réseau social qui à plus ou moins la même palette de fonctionnalités, j’entends par là: la possibilité d’échanger des messages (publics ou privés), partager des photos, vidéos, gifs, s’informer, débattre, suivre des utilisateurs etc… il existe plusieurs réseaux qui offrent ce même type de fonctionnalités, avec l’avantage non négligeable de ne pas faire commerce des données des utilisateurs, ce qui n’est pas rien.

    Je regrette cependant que ce discours (« C’est soit Facebook, soit les SMS… ») tende à confiner les utilisateurs dans de fausses certitudes ou croyances, j’aurais aimé entendre un peu plus de nuance.

    Je pense notamment (mais pas uniquement) aux différents réseaux appartenant au Fediverse comme:
    – Mastodon, Pleroma, Misskey, GnuSocial, Peertube, Pixelfed, Plume… etc
    Certes, j’anticipe un peu votre réponse, je suis d’accord que les alternatives que je cite ci-dessus ne sont de loin pas équivalentes en termes de taille (quantité d’utilisateurs) mais bien réelles en termes de fonctionnalités et surtout en termes de vie privée.

    Ces réseaux peuvent à mon sens tout à fait être des palliatifs, j’en suis la preuve vivante. Je me rappelle d’une excellente phrase que j’ai eu l’occasion t’entendre dans votre émission, je me permets d’ailleurs de vous citer: « soyons le changement ».

    Bonne continuation, merci pour votre émission.

    • Tu as raison, les alternatives existent techniquement, mais je crois que ce qui fait la force de Facebook c’est aussi le fait qu’il soit aussi universel, et c’est une de ses caractéristiques intrinsèques… Du coup, si on lui cherche une vraie alternative, il faut aussi imaginer au moins une popularité à peu près comparable. Peut-être pas 2 milliards d’utilisateurs, mais au moins que quelques amis y soient déjà. C’est un problème compliqué, parce que le cercle vicieux « pas populaire donc personne n’y va donc pas populaire » est difficile à briser. Et quand ça arrive (Instagram ou Whatsapp) Facebook s’est déjà jeté dessus.
      Ceci dit il est tout à fait possible qu’un truc inattendu se produise demain et crée justement une alternative cohérente… On ne peut pas savoir, c’est la magie de la tech. Mais aujourd’hui, pour les gens normaux, je persiste à dire qu’une vraie alternative nécessiterai que la personne qui veut bouger convainque tous ses amis de partir avec lui/elle, et ça c’est compliqué. Donc je ne pense pas qu’on puisse dire qu’il y a une vraie alternative « simple »… Hélas. :/

      • Et comment est-ce que Facebook est devenu gros ? Eux aussi ont commencé à zéro utilisateur. Donc, de dire que les petits resteront éternellement petits est démenti par l’histoire. Ce n’est pas de la prédiction que de simplement annoncer que les choses resteront comme elles sont.

        Au passage, il faut se méfier des chiffres genre  « 2 milliards d’utilisateurs ». C’est annoncé par Facebook, cela n’a pas été vérifié indépendamment, et, en prime, une bonne partie des comptes créés sont inactifs / abandonnés.

      • Je ne pense pas que qui que ce soit dise que les petits resteront éternellement petits… Simplement, aujourd’hui si on veut proposer une alternative à Facebook qui propose à monsieur tout-le-monde la même expérience que Facebook (c’est à dire voir toutes les infos de ses amis etc), à moins de convaincre ses amis d’y venir avec lui, il n’y en a pas. Ou alors peut-être Instagram… Qui est aussi Facebook.

  4. Bonjour Patrick,
    Vers 50’52 » tu cites une études qui évalue aux EU à 41% les « utilisateurs » qui ont une enceinte intelligente. Que doit on comprendre par « utilisateurs » ? Ça peut changer complètement l’interprétation de l’étude. Comme on peut faire dire n’importe quoi à des chiffres, je me permets de te poser la question. Si tu veux faire vite, tu peux nous donner la source.
    Une autre info intéressante serait aussi le pourcentage des personnes qui sollicitent effectivement l’assistant de leur enceinte.
    Merci pour ton travail.

    • Disons que ces appareils étant utilisés dans la maison, on parle forcément de personnes y ayant accès.
      La terminologie employée dans l’article auquel je me réfère est la suivante : « around 41 percent of U.S. consumers now owning a voice-activated speaker ». Je n’ai pas accès à l’étude elle-même (voici le lien de l’article : https://techcrunch.com/2018/12/28/smart-speakers-hit-critical-mass-in-2018/) mais je pense qu’il est évident qu’on ne prétend pas que chacun de ces utilisateurs possède individuellement une enceinte intelligente. Quand à ceux qui les utilisent effectivement, c’est bien sûr un autre chiffre, qui serait hyper intéressant aussi (et qu’on ne risque pas d’avoir de sitôt) mais qui indique autre chose. La question de l’installation chez les utilisateurs, si elle ne veut pas dire la même chose, n’en est pas moins très intéressante aussi…

      • Ok, donc c’est déjà plus clair. Tu avais traduit ‘consumers’ par ‘utilisateurs’, et cela me laissait penser qu’on était déjà dans une catégorie un peu spécifique; alors que l’article parle des consommateurs aux EU. Ce qui représente un taux d’adoption vraiment important.

      • Yep tout à fait. Du coup par curiosité, connais-tu un autre moyen de traduire consumer ? Le terme revient souvent, et s’il y en a un plus adapté en français je suis preneur !

  5. Coucou, bon épisode, comme d’habitude. Pour le sujet de l’âge des entreprises tech et le « manque » de nouvelle entreprise, j’ai pensé à Discord. Certes ça va faire 4 ans cette année, mais la manière dont ils ont bousculé le monde du VoIP est vraiment intéressant !

    • C’est vrai qu’ils sont devenus incontournables, mais c’est tout de même sur le marché spécifique des gamers ; je crois qu’on pensait plus au grand public (les autres boites citées sont Facebook, Google, Uber, etc…).

  6. Pour windows 10, je trouve ça toujours pathétique qu’en situation de monopole on puisse mettre 4 ans pour etre à la moitié de part de marché 🙁
    Heureusement pour eux qu’ils n’ont pas concurrence…

    En parlant de concurrence, on a pu voir dernièrement leur abandon du moteur de rendu d’Edge au profit de chromium (Google)

    En quelques années, sur des marchés concurrentiel on a vu:
    -l’abandon du zune (concurrent des ipods et autres baladeurs mp3)
    -l’abandon des tablettes surface RT (concurrent des tablettes android et iOs)
    -l’abandon de windows phone (concurrent de iOS et Android)
    – l’abandon de silverlight (concurrent de flash)
    – l’abandon de XBoxMusic/Groove Music (concurrent spotify,deezer..)

    et maintenant celle du moteur de Edge qui devient « juste » un encapsuleur de google chrome…

    Bref, dès qu’il y a de la concurrence…

Exprimez-vous !

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.