Positron 98 – Le ska, c’est du reggae

Au programme :

  • Divine Madness (Album de Madness, pour tous)
  • Mars Horizon (BD, pour les fans)
  • Siberia (Série NBC, pour tous)

Plus d’infos sur l’épisode :

Vous pouvez télécharger le fichier MP3, et vous abonner par iTunes ou en RSS

Commentaires

  1. pas écouté l’emission encore mais juste pour dire que Siberia est sympa si on kiffe Survivor, koh lanta qui dérape. mais malheureusement a été une série très frustrante …à la fin quand on sait qu’il n’y a pas de saison suivante….
    moii j’ai adoré (mes collègues aussi mais ont fini par me détester à la fin 😉

  2. J’ai écouté votre conseil sur le ska et Madness. Etant un passionné de musique et notamment de musique jamaïcaine du milieu du 20ème siècle, j’ai été particulièrement consterné par l’accumulation d’erreurs et d’approximations de votre part, en gros vous aviez tout faux ! Je me permets alors une petite intervention bienveillante pour remettre les pendules à l’heure. Le ska est une musique jamaïcaine née dans les années 50, elle est issue d’une hybridation du mento (musique traditionnelle locale) et du rhythm’n blues. En effet, la Jamaïque captait les ondes radio de la Floride et les jamaïcains ont très vite été des grands amateurs de musiques afro-américaines (soul et RnB). Les nombreuses formations musicales de l’ile reprenaient fréquemment ce qu’ils entendaient à la radio. Au fur et mesure ils se sont approprié le RnB en y ajoutant des touches personnelles, tel l’accord de guitare à contre temps hyper reconnaissable : le skank. Le ska est alors né ! Après vient le rocksteady (rythme plus lent, moins de cuivre, un chant plus soul), puis plus tard arrive le one drop (plus communément baptisé reggae) que tout le monde connaît grâce à Bob Marley. Par ailleurs, la Jamaïque étant une colonie britannique, la Grande Bretagne a accueillie de nombreux émigrés originaires des caraïbes, et avec eux les Rude Boys : jeunes noirs stylés, fans de musique. Ils se sont mélangés avec les Mods anglais (généralement blanc) initialement amateurs de soul, de jazz et de RnB pour lancer le mouvement skinheads. Les skinheads sont donc à l’origine un mouvement multiraciale et apolitique dont les seuls passions sont : musique, fringues, potes, bières, foot. Dans les années 70, la mode étant ce quelle est, le psychédélisme est passé par là, le reggae a basculé dans le mysticisme (le rastafarisme), beaucoup de skinheads se sont radicalisés (notamment a cause du National Front et des médias, mais ce serait trop long à expliquer) et le ska est tombé naturellement en désuétude. Dans les années 80, en plein Tchatcherisme, il y a eu un revival skinheads inattendu qui prêchait l’union entre les peuples en brandissant le symbole du quadrillage noir et blanc (la symbolique est évidente). C’est ainsi qu’est né le Two-Tone, qui est une relecture moderne du ska des années 50, dans lequel on retrouve des touches de pop ou de punk. Les plus connus sont évidemment Madness mais il y a aussi The Specials, The Beat, The Selecter ou Bad Manners. (UB40 n’a absolument rien à voir avec eux).
    Loin de moi l’idée de vous faire la morale, mais s’il vous plait, lorsque vous traitez d’un sujet, prenez quelques minutes pour vous renseigner, tout est sur internet. (J’avais déjà été atterré par votre intervention sur Portishead, mais je m’étais mis un bœuf sur la langue)
    Merci pour votre attention, bonne journée
    Briec

Exprimez-vous !

*