Le RDV Tech 342 – Un clavier qui change tout

Au programme :

  • Apple annonce de nouveaux produits
  • Gaëlle nous parle de Ma Classe a la Maison
  • Messages autodestructibles, Huawei AppSearch, reconnaissance vocale biaisée, Disney+ et bande passante, quarantaine par téléphone…
  • Et plus !

Infos et liens :

Comments

  1. Tout a fait d’accord avec Gaëlle, que je remercie de n’avoir pas succombé aux assauts péremptoires de Patrick qui faute d’arguments pertinents ou suffisamment convaincants joue l’effarouché pour faire pression sur les invités qui osent penser différemment que lui. J’ai trouvé ce passage de l’émission assez gênant personnellement.

    Déjà faudrait savoir de combien de personnes on parle: ces fameuses personnes malades qui sortent dans la rue pour « piquer les autres avec leur petites seringues coronavirus »… tu as l’air de penser que les gens malades sont tous inconscients et de petits terroristes en herbe qui vont aller pointer des seringues sur tous les passants… pour ma part je pense que c’est une vision erronée et certainement emprunte d’un peu voir beaucoup de paranoïa.

    Et ensuite, quid des personnes non-équipées ? Enfants, Ados, personnes âgées ou simplement ceux qui n’ont pas de smartphone ? Oui, il en existe. Ça peut te paraître dingue mais on a pas tous des iphone.
    Ceux qui n’ont plus les moyens de payer leur abonnement, ceux qui n’ont pas ou peu de couverture ou sont en zone blanche, ceux qui n’activent pas leur GPS, n’en on pas ou ne savent pas comment faire, ceux qui ont plusieurs téléphones, ceux qui ont des problèmes hardware ou software, ceux qui mentent, ceux qui sortent sans leur téléphone pour resquiller, ceux qui prennent leur douche ou qui sont occupés ailleurs et ne peuvent pas répondre, les personnes souffrant de certains handicaps, les mal entendants, les sourds, mal voyants, sans abris, smartphone déchargé, ceux qui ont des cartes ou des numéros étrangers etc.. ect… je pourrais continuer encore longtemps cette liste.
    Et ceux qui de toutes manières resquilleront comme c’est le cas actuellement malgré les attestations obligatoires et les contrôles et amendes.

    Ta soi-disant solution idéalisée est selon-moi tout bonnement lacunaire, inopportune, imparfaite voir certainement dangereuse a plus long terme. Certainement efficace ou « prétendument efficace » dans les pays très autoritaires ou le contrôle de la population ne s’exerce pas uniquement grâce au smartphone mais également via la présence des forces de l’ordre ou d’agents d’état, voir une forme d’auto-contrôle social et ou les punitions sévères qui découlent de la désobéissance sont le lot quotidien des citoyens oppressés.

    J’ai un peu l’impression que tu étais en train de dire entre les lignes, les pays autoritaires c’est quand même génial pour certains trucs, faudrait s’en inspirer de temps en temps. J’ai envie de te dire simplement: NON.

    Et j’ajouterai que c’est n’est pas parce-qu’on n’est pas d’accord avec toi qu’on doit absolument proposer une solution meilleure ou « parfaite ». Cette injonction souvent utilisée est tout bonnement ridicule.
    On peut d’abord être d’accord avec les mesures déjà prises ou vouloir en améliorer certaines. D’autre part ont peu également pointer du doigt les dysfonctionnements des mesures existantes sans forcément devoir absolument te donner la solution miracle que tu sembles attendre de tes contradicteurs.

    • Mario, c’est gentil d’avoir pris le temps de venir poster ton commentaire, mais sincèrement à sa lecture je ne sais pas si je dois rire ou pleurer… Ne pas être d’accord avec mes arguments c’est une chose, dire que « joue l’effarouché » parce que je n’en ai pas c’en est une autre, et je t’avoue que je n’apprécie pas vraiment, surtout quand on a passé 20 minutes à en parler en expliquant chacun nos positions.

      Bon je prends ma respiration et je vais répondre à ce que tu dis spécifiquement :

      [Les personnes malades sont responsables]
      On aurait pu le penser avant que le confinement ne soit mis en place chez nous (et ailleurs), mais aujourd’hui on est forcé de constater que beaucoup trop de gens sont au moins inconscients et au pire dangereux : on a vu le nombre de personnes qui continuaient à sortir sans tenir compte des consignes, et parmi eux tu peux être certain qu’il y a des malades. Ils ne le savent peut-être pas, mais ça n’est pas une excuse : c’est exactement le but de la distanciation sociale et on l’a expliqué à ne plus savoir comment le dire. Et pourtant ils ont continué à sortir. Donc ta foi en l’humanité est bien belle, mais les « petites seringues » dont tu te moques elles sont DEJA en balade dans la nature parce que les gens préfèrent sortir boire des bières plutôt que de suivre les instructions qui permettraient de ralentir la diffusion de la maladie ! A cause d’eux elle n’a pas été autant ralentie qu’elle aurait pu, et il y a plus de monde dans les hôpitaux ET plus de morts. On ne parle pas de théorie ou de fantasmes mais d’une situation bien réelle, factuelle et immédiate. Donc oui, partir du principe qu’il faut s’assurer que les instructions soient suivies ça n’est pas forcément risible. En rire ou l’écarter d’un geste sans la considérer sérieusement est simplement inconscient.
      SURTOUT quand certains cas avérés sont asymptomatiques ! Tester quelqu’un qui se sent bien et qui est quand même malade, tu vas me dire après tout ce qu’on a vu ces dix derniers jours qu’il n’y en aura pas qui vont sortir malgré l’interdiction ??… « Non mais allez c’est pas la majorité, y’en aura peut-être 2 ou 3 sur 100″… Et ben oui, bravo, tu as relancé l’épidémie : il suffit d’une personne atteinte pour la diffuser au monde entier : c’est comme ça que ça a commencé (et que ça commence toujours).

      [Il y a des personnes non équipées]
      Non mais… La je ne sais pas quoi répondre… On leur donne un téléphone, je sais pas ? Est-il besoin de rappeler encore (je l’ai fait plusieurs fois dans l’émission) qu’on parle des personnes malades en quarantaines ; pour les rares dont le forfait serait à plat (…) les autorités peuvent leur prêter un truc, je suis sûr que c’est à peu près envisageable. Un peu plus que de les mettre dans une chambre d’hôpital qu’on peut utiliser pour une personne qui en a plus besoin, ce qui est l’autre alternative.
      « Ca te parait dingue mais on a pas tous des iPhone » –> je pense que je vais l’encadrer celle là.

      Et puis pour les personnes qui ne peuvent pas utiliser ces moyens… Je sais pas quoi te dire ; on les met en quarantaine normale du coup ? Parce que je te rappelle qu’on parle d’une quarantaine nécessaire décidée par les autorités sanitaires, pas d’un caprice sécuritaire. Alors peut-être que la suite va être qu’on ne doit pas mettre les gens en quarantaine du tout, et dans ce cas on pourra se dire au revoir.
      Mais si tu es d’accord que la quarantaine est une mesure importante pour combattre la maladie, alors je te demande ce qu’on fait quand les hôpitaux sont pleins et qu’on a besoin des lits pour soigner ceux qui ont des symptômes graves…

      [Soi-disant solution idéalisée]
      Je passe sur la formule, mais je ne dis pas que c’est une solution idéale, mais peut-être une décision difficile mais nécessaire. Il y a tout de même une énorme différence que tu ne sembles pas percevoir.

      [Les pays autoritaires c’est cool]
      C’est marrant quand même, je parle des dérives autoritaires de la Chine (entre autres) à peu près un épisode sur deux, et le jour où je parle d’une mesure drastique comme peut-être nécessaire, je suis catalogué par certains comme défenseur de Staline… Bon, alors :
      – D’une part la mesure doit être jugée par son mérite, et pas forcément par son origine. Je suis sûr que le gouvernement chinois et le gouvernement russe (ou même les gouvernements américains, français ou autres) ont du faire dans leur Histoire quelques trucs pas super cons. S’ils sont généralement critiquables (très), ça ne veut pas dire que « ça vient de chez eux donc c’est forcément mauvais ». Si tu connais un con qui se met à courir dans l’autre sens parce qu’il y a un feu, tu vas pas te mettre à courir vers le feu pour faire le contraire.
      – D’autre part, je t’invite encore à faire attention à ce dont on parle, puisque, surprise, figure toi que sur ce sujet des quarantaines virtuelles on ne parle pas de la Chine mais de … Taiwan.
      Je ne vais pas te faire un cours de géopolitque mais non seulement ça n’est pas la même chose, et non seulement ça n’est pas vraiment un pays totalitaire (ça va on a le droit de parler de ce qu’ils font du coup ou toujours pas ?), mais en plus c’est l’un des rares pays qui a SUPER BIEN géré la crise depuis le début a réussi à endiguer le virus beaucoup plus vite que d’autres pays comme le notre. Aujourd’hui tous les experts et les épidémiologistes prennent et montrent ces pays d’Asie comme exemple ; échaudés par le SARS, ils se sont organisé et ont fait ce qu’il fallait très vite. Et au lieu de rire nous aurions du regarder ce qu’ils faisaient de plus près il y a déjà trois mois ! Donc oui, quand aujourd’hui ils disent que prendre ces mesures est nécessaire, il faut au MINIMUM considérer la chose avec attention et comprendre le pourquoi du comment de la décision, pas juste dire un « NON » péremptoire de principe.

      [Ce n’est pas parce qu’on n’a pas de solution parfaite que…]
      En fait on va schématiser en trois niveau :
      – On ne fait rien
      – On a une solution imparfaite
      – On a une solution parfaite
      Oui il y a souvent des cas où la solution imparfaite n’est pas souhaitable parce qu’elle fait plus de mal que de bien (ou un mal inacceptable).
      Mais il y a aussi des cas où l’option « on ne fait rien » est pire que le mal de la solution imparfaite. Et ici c’est bien le problème : tu as beau chanter « rolala la solution imparfaite c’est pas une défense », le problème est que ne rien faire est pire : on leur demande juste gentiment de rester chez eux, et bon si un sur 100 sort quand même boh c’est pas grave on va juste espérer qu’il ne contamine personne, allez ça passera bien… hein ?
      Pour résumer, si « ne rien faire » ne pose pas de problème, ok on peut oublier la solution imparfaite et en espérer une meilleure. Mais si « ne rien faire » est pire que la solution imparfaite, alors il faut hélas choisir la solution imparfaite !

      Le dogme est un travers horriblement dangereux, et je crois que c’est ce qu’on voit ici : on nous a rabâché des grands principes sur la privation de liberté (et moi le premier, je l’ai fait mille fois dans l’émission), mais c’est dans des cadres qui pourraient ne pas s’appliquer à toutes les situations. Mais comme on a ce principe coincé dans la tête, on est aveugle aux nécessités et aux spécificités de la situation à laquelle on est confronté et on a une réponse automatique qui nous fait faire d’énormes erreurs, en essayant de protéger un principe qui tombe à côté. C’est effectivement un fonctionnement dogmatique et un extrême dont il faut se méfier.

      Et j’ajoute en conclusion que tu semble également avoir mal compris ce que disaient Mathieu et Gaëlle, mais je vais t’aider et te donner un argument un peu plus solide sur lequel discuter la décision : ils n’étaient pas contre le principe de la quarantaine virtuelle pour cette quarantaine elle-même (je te rappelle qu’ils préconisaient le capteur à la cheville ou un appareil dédié), mais pour les conséquences futures sur les habitudes que ça pourrait donner pour les questions de privation de liberté. Donc non on n’est pas triste pour les gens malades qui seront fliqués, on a peur de ce que peut faire un état qui prendrait goût à ces mesures, et c’est ça le vrai coeur du problème, que tu ne sembles pas avoir compris du tout.

      Bref, je suis énervé et ça s’entend (se lit), mais tu as ouvert le bal avec un ton vraiment insultant (ou du moins c’est comme ça que je l’ai perçu) et je suis trop fatigué par ces histoires pour te répondre comme je le ferais habituellement en prenant de la hauteur.
      Je te demande du coup de m’excuser de me défouler un peu dans ce texte, mais le fond de ce que je dis et les problématiques que je pose restent valides. Peut-être qu’un jour nous nous croiseront et nous pourrons en reparler (plus calmement) autour d’un verre.
      D’ici là j’espère que le confinement ne durera pas trop longtemps, et qu’il ne sera pas trop allongé parce que certains inconscients ont décidé qu’il n’était pas si grave de sortir malgré les instructions…

      • Alors, avant de poursuivre notre échange je tiens a m’excuser si mon premier commentaire t’a paru agressif. J’avoue que je l’ai écrit un peu dans la foulée et qu’après relecture je me dis que j’aurais pu être un peu moins incisif ou mettre un peu plus de rondeurs dans mes propos, je m’en veux un peu, ce n’est pas dans mes habitudes. Ça a au moins le mérite de traduire ma pensée même si après coup je me dis que j’aurais pu être un peu plus diplomate. Et donc, je ne t’en tiens pas du tout rigueur lorsque tu réponds sur le même ton, c’est normal.

        Cependant, permets moi de te dire que selon moi tu déplaces complètement le débat dans ta réponse. Tu m’emmènes sur les terrain de l’importance des mesures de quarantaine que je n’ai pourtant jamais nié…
        Tu dis que je ne veux « rien faire » mais ce n’est pas du tout ma position, relis mon commentaire plus attentivement.
        Les mesures prises par les différents gouvernements ne sont pas « rien » à ce que je sache ? Ce sont des mesures drastiques et inédites à la hauteur de l’enjeu, qu’il faut bien entendu respecter ça me semble inutile de le répéter ici tellement cela me semble évident.
        Et je ne suis pas non plus un irresponsable comme tu sembles le dire, qui pense qu’on peut continuer de faire la nouba en se fichant de la quarantaine. Je sais très bien l’importance du confinement et son utilité pour tenter d’endiguer l’épidémie et soulager les systèmes de santé.

        Ce que je dis en revanche c’est que tu proposes une solution bancale et d’ailleurs peu détaillée en substance, très largement imparfaite et quasi-impossible a faire respecter et mettre en place. De plus elle serait potentiellement dangereuse a plus long terme justement en pensant aux dérives liberticides que certains États serait tentés d’en faire par la suite une fois l’infrastructure mise en place, c’est bien a cela que je pensais dans mon premier commentaire, je pensais avoir été clair…

        Effectivement c’est bien a la Chine que je pensais lorsque j’ai dit cela et je sais très bien que tu n’idolâtres pas Staline ou le parti communisme Chinois, je n’ai jamais dit, ni pensé cela un seul instant. Je ne comprends même pas pourquoi tu en fais état dans ta réponse, mais passons.
        Je ne dis pas non plus que Taiwan soit un pays autoritaire… merci de me prendre encore une fois pour un neuneu et de m’asséner des banalités. Ce qui est terrible avec cette façon que tu as de procéder c’est que tu obliges ton interlocuteur a se justifier sur des propos qu’il n’a jamais tenus, ce qui est peut-être habile pour essayer de le discréditer mais complètement stérile lorsqu’il s’agit de faire avancer le débat.

        Je pense que le débat justement n’est pas du tout aussi simple que tu tentes de le poser. Selon moi il y a d’avantage de mesures plus importantes que celle que tu préconise et qui ont sans doute des résultats beaucoup plus tangibles. Je conçois qu’il s’agisse d’un podcast tech, mais la tech ne résout pas tout.
        Je pense que l’Europe et même plus largement le monde a nettement sous-estimé cette épidémie. A part certains pays asiatiques qui comme tu le dis très justement – là on est d’accord – ont pris les devants car ils ont déjà fait face a l’épidémie de SRAS notamment.
        Je préférerai par exemple qu’en plus des mesures prises par les différents gouvernements « qui ne sont pas rien », qu’on investisse plus largement dans la détection systématique comme l’a fait par exemple Singapour, les résultats semblent beaucoup plus tangibles et ils semblent arriver assez bien a contenir l’épidémie. Mais là encore il ne s’agit pas d’une seule mesure miracle qui donnerait des résultats spectaculaires, il s’agit d’un ensemble de mesures dont toute la société civile s’empare car ayant déjà subi l’épidémie de SRAS – comme tu le dis très justement – ils sont d’autant plus réactifs et prompts a prendre la menace très au sérieux. Et on sait que la réactivité est très importance pour contenir l’épidémie. Je dirais que c’est peut-être là le point de faiblesse de l’Europe ou du reste du monde, on a pris cette épidémie un peu trop a la légère.

        Et je finirais donc par ce point d’accord entre nous histoire de terminer sur une note plus douce.

      • Bon du coup je te remercie à mon tour d’avoir pris le temps de re-répondre et de le faire sur le ton de la conciliation, alors que moi j’ai été un peu méchant dans mon commentaire. Tu as été « the bigger person » et je suis reconnaissant. Vraiment mes auditeurs sont formidable. 🙂

        Bon ensuite pour le sujet, c’est toi qui évoque les pays totalitaires alors qu’on parlait d’une mesure prise à Taiwan ; soit je n’ai pas compris où tu voulais en venir, soit il y a effectivement un raccourci particulièrement accrobatique…

        Et pour la mesure elle-même, comprenons bien les données du problème *spécifique* auquel on essaye de répondre. On ne parle pas du combat contre l’épidémie en général, mais de la question de la quarantaine spécifiquement. Donc les données :
        – Il y a des gens qu’il faut mettre en quarantaine parce qu’ils sont malades.
        – On n’a plus assez de lieux pour les isoler.
        – On leur demande de rester chez eux mais l’expérience dans cette crise a montré que certains (même une minorité) sortiront quand même.
        – Si même une personne sort, elle ira infecter d’autres personnes et l’épidémie sera relancée avec tout ce que ça implique.

        Du coup on fait quoi ? Vraiment, concrètement, on fait quoi ? On ne parle pas des mesures de distanciation sociale ou de fermeture des frontières que tu évoques et que les gouvernements ont effectivement déjà prises, on parle de cette question spécifique et précise des personnes en quarantaine. Donc on met des garde devant leurs portes (pas sûr que ça serait moins « totalitaire ») ? On construit des hôpitaux de fortune pour les y caser (pas sûr que ça serait plus cool pour eux) ? Vraiment, que suggères-tu ?

        Et je suis désolé, mais la réponse « bah je sais pas mais ça c’est pas bien » n’est vraiment pas une réponse valable… C’est un problème auquel sont visiblement confrontés les pays qui ont bien géré la crise et qui sont sur la voix de la guérison. Alors si tu dis « bon ben on leur demande juste gentiment » alors qu’on sait que certains ne respecteront pas cette consigne, c’est, pardonne moi d’utiliser encore l’image, mais c’est bien l’équivalent de se dire qu’on va laisser quelques personnes se balader dans les rues avec des seringues de COVID19 et piquer ceux qu’ils croisent. Très concrètement c’est exactement ça : ils vont sortir quand même et infecter des gens qu’ils rencontrent. Et relancer potentiellement toute l’épidémie. C’est à la fois irresponsable et invraisemblable, puisqu’il suffirait de s’assurer qu’ils restent chez eux pendant 15 jours !

        Bref, je ne sais pas si on tombera d’accord mais si tu ne me donne pas une solution alternative je ne sais pas si on peut arriver où que ce soit… :/

  2. notstephou dit:

    Super invités !! Gaëlle toujours au top et Mathieu je l’adore aussi, on sent qu’il prépare les sujets, c’est l’un des seuls invités qui n’a pas un biais pour Apple et ça, ça fait du bien, j’aimerai que tu l’invite plus ! 🙂

    Par ailleurs, je trouve que tu as fait preuve d’un peu trop de paternalisme sur le sujet du COVID-19.
    Ça ne me dérange pas quand tu coupe les invités pour avancer dans un sujet pour maintenir le rythme de TON podcast, mais là quand tu les coupe pour dire ta vérité, j’aime moins et clairement Gaëlle a été parfait dans son rôle de co-animatrice régulière en se permettant de te le faire comprendre d’une façon élégante et drôle !

    Mais t’es quand même mon Best Podcaster Forever Patrick :p

    • Hehe merci pour le compliment, j’apprécie ! 🙂 C’est vrai que j’ai tendance à parler beaucoup, mais sur ce point précis (quand j’ai coupé brusquement Mathieu) c’était un moment ou il ne s’agissait pas de « ma » vérité mais d’une mauvaise compréhension de la réalité de la situation. Il y a très peu de cas ou je suis vraiment ferme sur ces interventions, mais dire qu’on pourrait juste généraliser le confinement est à la fois faux et dangereux : penser que les choses se passeraient très bien si tout le monde restait chez eux est terriblement « misguided » (comment fait on pour livrer la bouffe dans les magasins ? Cultiver les champs pour les récoltes de l’automne prochain ? Maintenir les infrastructures du quotidien (pas que l’électricité ou l’eau mais aussi les poubelles etc). Et c’est une idée qui court et que j’ai vu passer à plusieurs reprises, à laquelle je veux couper court directement dans mon émission, sur ma plateforme. Donc oui, très rarement (je pense) je coupe sèchement une idée ou une discussion parce que c’est une chose que j’estime ne pas être factuelle et devoir corriger pour mettre les choses au clair.
      Bon maintenant quand j’interromps les gens juste pour donner mon avis c’est autre chose et ça arrive aussi, je travaille sur moi pour le faire moins ! 🙂 Ceci dit je pense qu’on a bien compris leur point de vue quand même et on a pu avoir la conversation, j’ai pas non plus empêché les gens de parler tout court…

  3. Tu m’excuseras je réponds ici car je ne peux pas répondre sous ton dernier commentaire, il n’y a pas de lien « répondre ».

    Concernant la mésentente lorsque j’ai fait allusion aux pays autoritaires je ne faisais pas référence à Taïwan mais a la solution de contrôle que tu proposais qui m’évoquais le contrôle social Chinois. Mais ce n’est pas important, j’aurais peut-être du préciser.

    Encore une fois tu m’enjoins a te faire des propositions mais je t’ai déjà répondu, c’est juste que tu n’acceptes pas mes réponses, du moins tant qu’elles ne vont pas dans ton sens.

    D’une part, les mesures de confinement et distanciation sociale sont selon moi adaptées a la situation et suffisantes pour arriver aux objectifs soulevés, c’est a dire endiguer le virus et réduire la charge des services de soins. Si tant est que les gens prennent la mesure de l’enjeu, ce qui me semble être désormais le cas malgré peut-être un retard a l’allumage certainement du en partie également a une communication un peu laxiste ou contradictoire de la part du gouvernement au début de l’épidémie.
    D’autre part on nous dit qu’il existe des cas de personnes qui sont asymptomatiques et qui peuvent circuler librement et contaminer des gens a leur insu… ta solution n’y changerai absolument rien. Et pour finir il faudrait « obligatoirement » tester tout le monde hors ce n’est pas le cas actuellement en France puisqu’on demande aux gens qui ont des symptômes de rester chez eux.

    Et encore une fois cela ne changerai rien au problème, les gens qui sont vraiment inconscients ou malintentionnés continueront de resquiller, c’est pas ta mesurette qui les dissuadera… c’est pas un coup de téléphone ou un gps qui réglera quoi que ce soit.

    • (oui c’est mal foutu il faut remonter sur le dernier « répondre » disponible).

      Je ne vais pas prolonger sur la Chine, mais j’ai parlé du système de crédit social Chinois à de nombreuses reprises et ça n’était vraiment pas en bien… Mais bon.

      Sur la question de la quarantaine je comprends mieux ce que tu veux dire : pour toi il y a déjà des gens malades partout et donc quelques personnes en plus ne changeraient pas grand chose. Le truc c’est que d’une part je ne suis pas convaincu de ce fait (chaque personne en plus augmente la propagation de manière significative), mais surtout je pense qu’on parle d’un stade différent de la pandémie : si on est sur la fin de la phase trois (ça semble être leur cas) et qu’on a commencé à réussir à en maîtriser la propagation, il n’y a plus tant de gens asymptomatiques dans la population générale, et la présence de ceux ci peut tout refaire basculer !
      Dans notre situation actuelle, avec tant de gens qui font déjà n’importe quoi, ça ne changerait peut-être pas grand chose, je veux bien le croire (avec l’avis d’un épidémiologiste ça serait mieux quand même ; je ne suis pas sur qu’un médecin dirait « rho ça va y’a déjà 10 personnes malades dans le quartier, mettez-en 12 ça change rien », mais bon). Mais dans une phase où on commence à maîtriser les choses, le risque de voir repartir un foyer est j’imagine beaucoup plus important et problématique ! C’est comme ça que je le comprends en tous cas.

      • Oui enfin, vaut mieux mettre les chiffres de côté vu que ni toi, ni moi n’avons de sources fiables a ce propos. (Je parle des personnes se sachant infectées qui continuerai a avoir un comportement irresponsable)

        Pour moi penser qu’on peut tout résoudre avec la tech est tout bonnement utopique, j’ai même envie de dire dystopique.
        Je serais favorable pour qu’on mette a disposition des gens qui le souhaitent et dont on sait qu’ils sont infectés une application ou une aide quelconque pour les aider dans leur quotidien. Il ne faut pas voir ses gens uniquement comme des dangers ou des bombes a retardement. Il y a de fortes chances que ces gens ne soient pas seuls dans leur foyer, on ne peut pas uniquement dire « restez chez vous on va vous tracker et vous punir si vous sortez », ils sont déjà victimes du virus.
        Il y a d’innombrables cas et situations dont on ne peut prévoir les dénouements et les impacts de telles mesures. La taille des habitations fait que certains pourront se confiner facilement et ne pas contaminer leur famille. D’autres contamineront malgré toutes leurs précautions et leur bonne volonté des membres de leur famille. Si une personne seule avec un enfant en bas age à sa charge et des revenus faibles pourra peut-être avoir besoin d’aide pour s’occuper de l’enfant ou faire les courses etc … je pense aux personnes soufrant de handicaps etc..

        J’ai lu qu’il y a eu a ce jour à peine 60’000 dépistés depuis le début de l’épidémie en France… je préférerai nettement qu’on mette le paquet sur les dépistages massif qui sont des mesures qui ont elles prouvées leur efficacité. D’ailleurs c’est bien cela que préconise l’OMS quand ils disent: « Testez, testez, testez. »

        D’autre part je ne pense pas qu’on puisse transposer aussi simplement le cas de certains États asiatiques a la France, je pense notamment a Taïwan ou Singapour.
        Il y a énormément de différences: je pense basiquement à la superficie, le nombre d’habitants, leur préparation et les infrastructures héritées de l’épidémie du SRAS, les moyens a disposition ou même la situation géographique particulière du fait que Taïwan comme Singapour sont tous deux des États insulaires.

        Quant a la seconde ou troisième phase de l’épidémie en question dont tu parles j’avoue humblement que je n’en suis pas a me projeter aussi loin mais je ne suis toujours pas convaincu que la solution que tu évoques puisse y changer grand-chose malheureusement. Cela ne dépend pas d’un tracking coercitif et punitif c’est une chaîne de responsabilités et de bonnes décisions collectives qui fera qu’on arrivera a endiguer cette pandémie.

      • Bon je crois qu’on est en train de tourner en rond donc on va en rester là. J’ajoute juste que la phase 3 c’est pas dans un futur lointain, c’est celle dans laquelle on est en ce moment… Et j’ajoute tout de même une question : tu es d’accord que dans les situations d’épidémie il y a certaines personnes qu’il faut mettre en quarantaine quand même non ? Avec nos discussions je commence à en douter…

        Bref, je te remercie de la discussion et je te souhaite tout de même une bonne fin de semaine !

  4. Un épisode vraiment intéressant. Le débat de fin, bien que sans doute complexe à gérer (je viens de lires l’échange avec Mario) sont un vrais plus du podcast.
    J’aporte ma petite pière à l’édifice : moi je suis déficient immunitairement (je ne vais pas m’étaler ici sur ma santé), jeune papa de 33ans, je vois le non respect des consignes d’on œil vraiment inquiet les mesures prise par le gouvernement (je suis belge). Ce matin, la pharmacienne m’expliquait au téléphone qu’elle avait des clients qui venait tous les jours : « ça nous fais notre sortie de la journée » principalement chez les personnes agées. Et comme ce rendre à la pharmacie est un motif de sortie valable… Je trouve qu’il y a une étrange dualité entre la gravité de la situation et la manière de communiqué des médias. Lorsqu’on lis un l’article de Thomas Pueyo ou la lettre du virologue Marc Wathelet, on prend conscience du drame pandémique qui se joue. Mais quand on regarde la TV…bin on l’impression que c’est grave « mais ça va aller ». Je ne peux pas croire que nos gouvernement soit si naïf, j’imagine que c’est pour éviter la panique ? Mais le résultat c’est que mes parents vont toujours acheter le pain le lundi et le mercredi, le mardi c’est le supermarché, et le vendredi le magasin bio. Mais comme dit ma mère (qui au passage n’a plus qu’un poumon) « faut pas t’inquiéter ton père mes des gants et moi une écharpe devant ma bouche ».

Speak Your Mind

*